Music in the sky

samedi 30 mai 2015

Sofia - Jour 7 - Partie 2 - Du coté d'Alexandre

Nous sommes toujours à Sofia pour continuer nos retrouvailles avec la capitale bulgare... Et nous voilà sur cette grande esplanade en face de l'un des bâtiments les plus célèbres de la ville: la Cathédrale Alexandre Nevski!


Mais avant de pénétrer dans ce monument, il ne faut pas rater l'église de brique sur la gauche, l'église qui a donné son nom à la ville: la basilique Sainte Sophie.


Comme beaucoup d'autres églises, elle fut un temps transformée en mosquée, et d'ailleurs il y a une histoire là dessus: la mosquée fut abandonnée après deux tremblements de terres qui survinrent en 1818 et 1848: le premier détruisit le minaret et le second tua le fils de l'Imam. Deux raisons pour que les ottomans abandonnent l'endroit, qui ne fut restauré que récemment.
Toute de brique rouge vêtue, l'intérieur est également resté en l'état, ce qui lui donne un aspect un peu particulier et modeste, même si la grandeur de ses voutes impressionne...


Puis vient enfin le tour de la grande cathédrale. Elle fut construite en 1912 en hommage aux soldats russes venus libérer le pays des turcs. De style Byzantin, elle paraît immense de l'extérieur, et peut d'ailleurs accueillir plus de 10000 fidèles. Pourtant bizarrement, de l'intérieur elle semble presque petite... bon de toute façons je peux dire ce que je veux: les photos sont interdites à l'intérieur. Néanmoins on voit que l'édifice a du coûter une certaine somme (4 millions de leva de l'époque): autel de marbre, sculptures... Le dôme central est recouvert de 8kg d'or.


Il y a également une exposition d’icônes ancestrales (payante) en sous sol dans la crypte (Photos interdites également). Je crois que je dois être le seul visiteur et donc toutes les gardiennes du musée ont les yeux sur moi... pas question de prendre une photo en douce. De toute façon, tous ces Jésus et ces St Georges ça devient un peu répétitif. La seule oeuvre intéressante est cette vieille icone du Christ, plusieurs fois rafistolée et repeinte, où les chercheurs avaient tenté de reconstituer les différentes couches et modifications au cours des siècles...


Je rejoins Florence qui m'attend à l'extérieur et nous continuons à nous balader sans but autour de l'esplanade. A droite de la cathédrale, plusieurs dames vendent des napperons tissés à la main. Alors que Flo marchande pour un centre de table, je suis intéressé par ceux de cette vieille dame qui tricote tranquille. Pas besoin de marchander, à 60 leva (30€) le centre de table, je me fais un plaisir de rendre heureuse cette dame... Il ne faut pas oublier que la Bulgarie est un pays pauvre où chacun tente de se débrouiller pour gagner sa vie!


Il n'y a pas que de la broderie sur cette esplanade. De l'autre coté de la cathédrale, il y a un marché aux puces, où l'on trouve surtout des icônes, des icônes des icônes... et quelques objets de l'ère communiste.


C'est l'instant détente, l'instant de se poser un instant sur la terrasse d'un bar improvisé, sous les branches des arbres...


... et puis au bout d'un moment de regarder sa montre et de s’apercevoir qu'il est presque 20h. On reprend donc notre balade au hasard des rues, repassant devant des lieux connus ou inconnus, et nous finissons à pile 20h devant le palais présidentiel pour voir la dernière relève de ces messieurs les gardes... à croire qu'ils nous attendaient pour rentrer chez eux!


Enfin voilà je range mon appareil photo pour la soirée... c'est bien aussi de se reposer l'objectif.
Après avoir fait quelques courses au supermarché pour ramener des souvenirs, nous dinerons dans un restaurant branchouille nommé Keba, où ils font des grillades et de la très bonne limonade maison.
Et en rentrant à l'auberge de jeunesse, nous tombons sur Milo, l'un des employés, qui fête son anniversaire. L'occasion de discuter un moment de la jeunesse bulgare, de l'avenir du pays gangrené par la corruption et la crise. Parler de la France où d'après eux on serait trop laxistes envers les immigrés (c'est la deuxième fois qu'on nous le dit... c'est quoi cette réputation?).
Enfin bon une question reste en suspens... est ce que je pourrais refermer ma valise pour reprendre l'avion demain?


Esplanade:

 

Sainte Sophie:

 

Cathédrale Alexandre Nevski:

 

Napperons et marché aux puces:


Relève de la garde:




dimanche 24 mai 2015

Sofia - Jour 7 - Partie 1 - Retour à Sofia

 Et oui! Nous voilà déjà dans le bus qui nous ramène de Plovdiv vers Sofia! Un voyage de quelques heures ponctué par les nids d'abeilles de l'autoroute (regardez moi l'état de cette chaussée!) et par la soupe de la radio bulgare... "Comment ça va? Comme ci comme ci comme ci comme ça!..." (The Shorts - 1983 ça date un peu quand même).


10h30, nous voilà dans la capitale bulgare, avec à notre sortie du métro le palais de la culture, un immense bâtiment à l'architecture toute soviétique... ça nous change des belles maisons de bois de Plovdiv!


Nous déposons nos bagages à l'auberge, discutons un instant avec Yvo, puis nous repartons dans les rues de la ville. Un beau ciel bleu est là pour nous accueillir, et nous allons déjeuner en terrasse du sympathique restaurant végétarien qu'ils nous avaient conseillé à l'auberge... avec en dessert du Boza, cette boisson bulgare à base de céréales fermentées au gout bizarre... un peu beurk!


Le boulevard Vitosha est plein de gens qui profitent du soleil pour faire du lèche vitrine. De quoi se balader un peu... Moi j'ai envie qu'on aille refaire notre balade du premier jour (celle du free tour), question de passer par les endroits que nous n'avions pas pu visiter... et sous le soleil cette fois.


Et sous le regard de sainte Sophie, qui nous surveille avec son hibou au bras, nous visitons la petite église Sveta Petka Samardzhiyska, certainement la plus petite de la ville et la moins bien située (coincée entre le métro et la route). L'intérieur est très petit, tellement petit qu'il n'y a même pas moyen d'y voir les peintures murales du 14ème siècle (c'est fermé au public).


Nous continuons notre chemin sur la grande place Nezavisimost, avec à l'intérieur de la cour de l'hôtel Crillon, l'église Saint Georges. C'est la plus ancienne de la ville, et elle date même de l'empire romain car il s'agissait d'un temple, lui même construit sur un ancien site païen de Serdica (l'ancien nom romain de Sofia).
Le bâtiment a donc toujours été utilisé, et à l'intérieur on voit bien les 3 différentes couches de fresques: romaine, turque (elle fut transformée en mosquée) puis catholique. Avec ses murs de brique, cette église a un charme particulier, vous ne trouvez pas?


L'intérieur n'est pas bien grand, mais les photos ne sont pas permises. Je vais me rattraper en faisant quelque photos de la garde nationale, en place devant le palais présidentiel... imperturbables.


Bon allez, on va laisser ces messieurs tranquilles. Nous longeons le parc Ivan Vazov qui contrairement à l'autre jour est noir de monde (il suffit d'un peu de soleil!), et nous nous dirigeons vers l'église russe Saint Nikolaï.


L'intérieur est très sombre mais on voit bien que l'édifice date des années 1900 car les fresques font penser à l'iconographie de cette époque. Mais je vois déjà poindre au loin le dôme doré de notre prochaine destination... la suite au prochain numéro!



Voyage retour:
 

Balade:

 

Petite Eglise:

 

Place Nezavisimost:


 

Eglise St Georges:

 

Sur le chemin:

 

Eglise St Nikolaï: