Music in the sky

lundi 21 mars 2016

Copenhague - Jour 3 - Partie 2 - La basilique de Saint Denis

Il faut que j'explique un peu le titre de cet article: La Cathédrale de Roskilde, c'est un peu la basilique de Saint Denis du Danemark.
En effet, comme pour l'église qui se trouve en banlieue parisienne, c'est là que sont enterrés les principaux monarques du Danemark , et depuis plus de mille ans. Et contrairement à celle de France, les révolutionnaires ne sont pas passés par là pour tout mettre en pièce, ce qui explique que le 'Domkirke' a été classée Patrimoine mondial par l'UNESCO.


Au début s'élevait ici l'une des premières églises du pays, élevée par le roi Harald à la dent bleue, et où il fut lui même enterré en l'an de grâce 985. L'église de bois fut alors reconstruite en 1080 pour donner ce grand bâtiment rouge:


Une fois passé l'entrée, je me munis du fascicule très détaillé et en français qui va nous raconter toute l'histoire de cette église... Et puis je lève les yeux... wow c'est immense!


La déco semble assez dépouillée mais on sent le poids de l'Histoire sur nos épaules. Le sol est jonché de tombes sur lesquelles on ne lit plus les inscriptions, usées par les pas des visiteurs...



Si les murs blancs peuvent paraître dépouillés, cela met encore plus en valeur les éléments de bois sculptés et colorés qui y sont agrippés, comme la chaire ou la loge royale. Ou encore l'orgue de 1654, qui semble suspendue au dessus de nos têtes...


Les petits personnages sculptés dans le bois, courtisans, angelots, semblent sortir la tête pour nous surveiller du coin de l’œil.
C'est très baroque tout ça...


Dans la nef juste derrière apparaît le splendide retable tout en bois doré, qui raconte la vie de Jésus Christ. Il a été réalisé en 1560 à Anvers, mais personne ne sait en quelle année il est arrivé au Danemark...



Le retable est sculpté avec tellement de précision que je reste un moment à essayer de distinguer les différentes scènes...


Derrière la nef, voici les premiers tombeaux royaux. Le plus ancien est le gisant du duc Christoffer. La statue du gisant a été retrouvée en 1878, 500 ans après sa mort, coupée en morceaux dans des coffres de bois. Il fut reconstitué et serti de pierres précieuses, mais on voit encore la séparation entre les 3 morceaux...


Sur les piliers sont représentés les quatre nobles et évêques qui ont participé à l'édition de l'église, et qui seraient morts avant l'achèvement de celle-ci. Ils seraient même enterrés... à l'intérieur du pilier!


Chacune des chapelles qui entourent la nef est occupée par des tombeaux royaux... et il y a foule: en tout 20 rois et 17 reines! En passant de l'une à l'autre des chapelles on change d'époque et de style.
Dans celle ci nous avons des rois issus du 19ème siècle. Les murs blancs contrastent avec les élégants cercueils drapés de velours noir...


 Sur l'un des cercueils, une couronne dorée offerte par la société de défense des droits des femmes, en hommage au roi Frederik VII qui inscrivit le droit des femmes dans la constitution danoise.


Dans la chapelle des rois mages, les murs sont peints de ménestrels, d'anges, de chevaliers... on est en pleine renaissance, et c'est donc ici que sont enterrés Christian I et la reine Dorothea, morts au 15ème siècle.


Sur l'un des piliers de cette chapelle ont été tracés les tailles des rois (danois ou étrangers) qui sont venus visiter l'endroit. Le plus grand étant Christian I du Danemark (enterré ici), qui mesurait... 2m19! Et le plus petit fut Christian VII, avec seulement 1m64. En 6 générations ils ont perdu 55cm!


Il est temps de prendre de la hauteur en montant les escaliers vers le déambulatoire. Il n'y a pas grand chose à voir en haut, mais on a une très belle vue d'ensemble de l'immensité de la cathédrale...


On voit aussi très bien la loge royale, étincelante de dorures et de bois sculpté. De quoi en mettre plein la vue au petit peuple qui regarde en bas...



Dans la chapelle de Christian IV (datant de 1620), deux grands tableaux représentent deux scènes de la vie du monarque. Nous sommes en pleine époque des mousquetaires: sur chaque cercueil on peut voir l'épée caractéristique de cette époque.


La porte forgée est également superbe.Le maitre ferronnier a signé son œuvre en bas de la porte: "Mon nom est Casper Finck, ce travail a fait ma renommée".


La dernière chapelle n'est pas tout à fait terminée. Et pour cause: elle abritera les tombeaux de la reine et du roi actuel du Danemark. Ils ont quand même déjà décidé du design du futur sarcophage.
C'est quand même un peu glauque non? Elle est pas encore morte mais tout est déjà prêt...


C'est l'heure de s'en aller! Mais avant jetons un dernier coup d’œil à l'horloge automate, où toutes les heures Saint Georges s'anime pour terrasser le Dragon. Celui ci agonise alors en émettant un son strident reproduit à partir de tuyaux d'orgue qui sonnent faux. A côté d'eux, Christine la sonneuse secoue la tête tandis que Pierre l'assourdissant sonne la cloche. Elle date de 1741 cette horloge et elle fonctionne encore!


Voilà! Notre visite est terminée. Je trouve que ça valait le coup, non? J'ai particulièrement apprécié le fait qu'en changeant de chapelle on pouvait changer d'époque, un peu comme dans un musée...


Je prends encore quelques photos de la très calme ville de Roskilde, et on va se diriger sans attendre vers la gare pour rentrer à Copenhague.
C'est que... on a encore pas mal de choses à faire ce soir!
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Extérieur:




Nef:

   

Chapelle Frederik V:

 

Chapelle des rois mages: 

Déambulatoire:

   

Chapelle Christian IV:

   

Chapelle Sainte Brigitte:

   

Extérieur: