Music in the sky

dimanche 25 février 2018

Riga - Jour 3 - Partie 1 - Morts et bons vivants

Dur dur le réveil ce matin. Je crois même que j'ai fait des cauchemars cette nuit...
Aujourd'hui je vais commencer ma journée par un petit détour hors de Riga, et cela ne va d'ailleurs pas être facile.
Mais pour l'instant je vais prendre le bus n° 18 pour qu'il me mène à la gare... sauf qu'il ne va pas à la gare. Ça commence bien.


Bon, je vais devoir y aller à pied, et finalement ce n'est pas très loin. Elle a l'air sympa cette boulangerie qui fait des pains orientaux, dommage que j'ai déjà pris mon petit déjeuner...


La fille du centre d'info de la gare de Riga n'est pas très souriante mais elle me renseigne sur le bus que je dois prendre pour aller à ma destination: le mémorial de Salaspils.
Le départ du bus ne se trouve pas à la gare mais un peu plus loin, au pied du palais des sciences et de l'industrie.
L'occasion une fois de plus de faire une photo de cet impressionnant bâtiment aux allures de vieux building New yorkais...


Voilà mon bus qui arrive. Le chauffeur n'a pas l'air commode: il ne parle pas un mot d'anglais et se contente de me faire payer de manière expéditive: 1€.
Est ce que je suis bien sur le bon chemin? En cours de route, le chauffeur demande à un jeune homme (au visage méchamment amoché mais qui parle anglais), de me demander où je vais exactement.
Un touriste étranger qui veut se rendre dans la banlieue de Riga, ça ne doit pas courir les rues...


J'essaie d'expliquer tant bien que mal, avec mon plan en main, que je vais bien au mémorial de Salaspils, mais apparemment personne ne connait. Sur mon plan (imprimé depuis google map), j'avais noté que je devais descendre à l'arrêt Darzini.
Je ne comprends pas grand chose mais le chauffeur fait participer tout le bus et tout le monde semble tomber d'accord sur "Darzini Darzini".
Le jeune qui parle anglais descend à un arrêt, et moi je me demande où je vais atterrir...


En passant je vois que le bus passe devant le grand panneau annonçant le chemin du mémorial, et je comprends qu'en fait le chauffeur n'a pas vraiment compris que je devais descendre à l'arrêt de bus qui se trouvait juste devant. Une seule solution pour moi: descendre au prochain arrêt et prendre le prochain bus en sens inverse.
Le voilà justement qui arrive, et me voici très vite devant le chemin qui mène au mémorial. On ne peut pas le rater, c'est écrit en gros: SALASPILS 1941 1944.


Je ne suis pas seul à descendre à cet arrêt: un vieux couple est aussi là avec des fleurs, car la route qui mène au mémorial longe également un cimetière.
En Lettonie, les cimetières sont construits au milieu des forêts, les tombes entre les grands arbres. Il y a même des bancs pour s'asseoir devant la tombe du défunt aimé...
C'est joli comme endroit, vous ne trouvez pas?


Mais je n'ai pas le temps de me reposer, j'ai encore de la marche à faire pour atteindre le mémorial. La route traverse la forêt, puis un passage à niveau (où un train arrive justement). Je désespère un peu mais voilà enfin le parking du mémorial...


Le mémorial du camp de Salaspils se trouve juste derrière ces arbres. Il faut passer au dessous de cette grosse barre de béton.
Salaspils fut un camp de travail construit par les nazis afin de séquestrer des prisonniers soviétiques et politiques. Rappelons qu'avant d'être envahis, le pays était aux mains de l'URSS qui y avait détaché des civils.


Les baraquements ont depuis longtemps été détruits, et seules les statues du mémorial se dressent dans l'enceinte de l'ancien camp. Ça n'a pas l'air bien grand et pourtant, on estime que 50000 soviétiques, juifs et opposants y auraient trouvé la mort (dont 12000 enfants), principalement à cause des conditions de vie très rude.


On ne peut pas dire qu'il y ai beaucoup de touristes. En tout et pour tout, je verrais juste un couple et 3 autres personnes pendant toute la durée de ma visite. En effet, d'après ce que j'ai pu lire sur wikipedia, si les communistes ont fait installer le mémorial en 1967, le nouveau gouvernement letton est assez réticent à mettre en avant ce camp qui honore les victimes soviétiques des nazis...
C'est un peu polémique comme endroit.


En tout cas, moi je le trouve vraiment impressionnant ce mémorial, avec ses immenses statues dans des positions dramatiques. Je me sens d'humeur... noir et blanc!


Je passe donc un moment à faire le tour du camp, en essayant d'alterner les angles de vue et les effets...


Le parc n'est pas vraiment entretenu... le gazon est plein de trous de taupes!


Il y a aussi des genres de blocs de béton, en guise d'autel, chacun à un endroit où se trouvait l'une des baraques de prisonniers...


Sur celui-ci, des jouets d'enfant ont été amenés en guise d'hommage posthume. C'est en effet dans ce baraquement que se trouvaient emprisonnés les enfants...


Il y a aussi une sorte de gros cube de marbre (qui commence sérieusement à se fissurer) avec une gerbe de fleurs en plastique. En approchant son oreille, on peut entendre le bruit d'un cœur qui bat...


On peut également pénétrer dans le grand bloc de béton qui fait office de mur d'entrée du mémorial, où seul le vent semble s'engouffrer . Mis à part l'escalier qui permet d'accéder à une terrasse d'observation, le bâtiment est désespérément vide...


Je prends une dernière photo et il est temps de repartir.


Je n'ai pas le temps d'arriver à l'arrêt de bus que déjà en voilà un qui vient.
Cette fois-ci il est plein et je vais devoir rester debout pendant une bonne partie du trajet.
Riga me revoilà! Je rejoins la vieille ville en passant par le grand marché central que j'ai déjà visité hier avec la visite guidée.
Si on en profitait pour faire quelques photos, puisqu'on a un peu plus de temps?


Voilà tout d'abord le marché extérieur: vêtements, outillage, etc...


Il y a des boutiques qui vendent de l'ambre: c'est vrais que c'est l'une des spécialités des pays baltes. Je vais peut être rapporter un petit pendentif...


Sur les bords du bâtiment principal, c'est là que se sont installés les fruits et légumes.
Regardez moi ces champignons! Les lettons en sont de grands consommateurs d'après ce qu'on m'a dit.


J'aime pas les champignons! Je préfère les fruits. Et en plein été, il y en a pour tous les goûts...


Pastèques, melons, prunes...


Et surtout: des fraises et des fruits rouges!


On entre dans l'un des grands hangars qui font la particularité architecturale du marché. C'est vrai qu'on voit bien que ce sont d'anciens hangars à zeppelin allemands qui ont été recyclés...


Bon: passons sur la boucherie charcuterie, ça n'a rien de ragoutant. Comment ça se cuisine, le museau de cochon?


Au rayon fromagerie, il y a aussi quelques spécialités, comme ces genres de fromages en "miettes"...


Du côté des condiments, on peut trouver de la "choucroute"... ou quelque chose comme ça.


Et puis toujours, le poisson séché, qui ne m'inspire pas vraiment...


J'essaie de faire un tour pour voir si il y aurait quelques restaurant sympas à l'intérieur du marché...
Il y a bien quelques fast food, mais rien de bien folichon. Je prends un petit bretzel au cumin à 70 centimes pour patienter. Il est un peu rassi...


Je croise le guide du free tour suivi par sa nuée de touristes du jour. C'est vrai que c'est l'horaire...


Bon! Midi passé, on s'en retourne donc en direction de la vieille ville...
On a encore plein de choses à voir.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------