dimanche 30 septembre 2018

Athènes - Jour 8 - Partie 2 - Nuit sur Athènes

Nous voilà arrivés à Athènes... enfin pas tout à fait car il faut se coltiner les embouteillages. Et en plus... les transports en commun sont en grève pour le weekend. Notre bus finit pas prendre un raccourci par de petites rues...
On est presque dans les temps et nous allons d'hôtel en hôtel pour déposer les voyageurs. Soit disant il faut donner un pourboire au chauffeur et au guide... moi je l'ai pas trouvé génial ce guide donc il n'aura rien de ma poche!


Home sweet home! Après toutes ces heures restés assis, nos jambes nous démangent, on laisse donc nos affaires à l'appartement et on repart en balade. Direction le mont Lycabette, question de prendre quelques photos de la ville de nuit!


Il y a quand même plus (beaucoup plus) de voitures dans les rues que les jours précédents. Les restaurants de Kolonaki sont aussi plein de monde.


Ça monte toujours autant pour aller au funiculaire qui ne passe que toutes les 1/2 heures et que nous attendrons bien 10 minutes.


Une fois en haut, c'est l'instant photo! C'est aussi le moment où je regrette de ne pas avoir pris mon trépied qui me permettrait d'avoir de belles photos de nuit bien léchées... Mais de toute façon je manque de patience. Les vrais photographes, eux, peuvent rester des heures pour une bonne photo.


C'est une soirée tranquille sous le ciel étoilé, avec les ruines des temples antiques qui brillent dans la nuit...


Nous ne sommes pas seuls sur les lieux, plein de touristes ont eu la même idée...


On se demande si on va dîner au restaurant du mont Lycabette ou redescendre, mais ça a l'air cher alors on attend le prochain funiculaire (pendant 30 minutes).
Pour le repas, on retournera dans la petite allée de l'autre jour pour trouver notre bonheur dans un restaurant au nom évocateur: 'meat, meat, meat'! En sortant, mon envie de crêpe sera satisfaite avec une crêpe orange chocolat, dévorée sur le chemin du retour...


On tombe sur la relève de la garde qui, c'est confirmé par l'officier, se fait bien 24 heure sur 24. Nous rentrons à l'appartement où je me penche sérieusement sur la rédaction de mon compte rendu de la journée. J'en profite pour demander à Frédéric et Pierre-André ce que le guide Georgios a raconté tout au long de la journée, alors que moi j'avais laissé tombé l'idée de tenter de suivre ses explications . Et bin il a dit des tas de choses! Je ne sais pas pourquoi moi j'ai eu tant de mal à comprendre ce qu'il disait...
Bon c'est peut être un peu tard mais voici ce qu'il en résulte (avec quelques photos d'Athènes la nuit, car je n'ai pas de photo de reste sur les monastères) :



Dans la première église, le seuil de la porte d'entrée est très bas pour que personne ne puisse y entrer à dos de cheval: d'une part pour empêcher les turcs de le faire et d'autre part parce que c'est annonciateur de fin du monde.
Les églises sont orientées toujours d'Est en Ouest, avec la fresque de sortie du tombeau sur le mur Est. Au sol de la salle principale, le sceau au centre de la pièce symbolise le centre du monde. Et au dessus, l'immense lustre est agrémenté d'une grosse boule blanche symbolisant un œuf et donc la naissance.


A la sortie de la pièce, la date de construction est inscrite en toutes lettres en grec ancien qui diffère du grec actuel et des chiffres romains. Il y a également une icone qui n'est visible par personne car elle est cachée derrière l'iconostase.


Le musée du monastère était l'ancien réfectoire à l'époque où il abritait 200 moines, qui faisaient des "tours de garde" pour ne pas dormir tous en même temps (il n'y avait pas la place pour 200 lits dans le monastère). Aujourd'hui l'endroit n'est plus habité que par 12 monesses. Parmi les manuscrits il y en a un écrit sur une peau de veau car les papyrus étaient interdits par les turcs.
Je me rappelle qu'il avait parlé de peau de veau mais la raison m'avait totalement échappée. J'avais vraiment un problème avec la façon de parler du guide dont je n'ai pas compris la moitié des explications!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


samedi 29 septembre 2018

Athènes - Jour 8 - Partie 1 - A l'assaut des météores

6 heure du matin.
Un peu tôt quand même le réveil... Mais le petit déjeuner buffet, comme le repas de la veille, est super copieux. Le bus nous attend à 8 heure pile et nous commençons par traverser Kalambaka pour aller faire un premier arrêt à  la manufacture d'icônes religieuses.


Et déjà du parking les gros rochers qui surplombent la ville et qui nous ont donné l'idée de venir ici: les Météores. Je zoome un peu...


Voilà! C'est l'un des monastères qui se sont installés tout en haut de ces rochers, loin de hommes. D'ici quelques heures, nous serons exactement là haut.


La visite de la manufacture commence par une démonstration assez rapide d'une dame qui nous explique les différentes étapes de la fabrication d'une icône.


Plusieurs couches sont nécessaires pour obtenir un résultat final...


Et le décor utilise de la feuille d'or avant de recouvrir le tout d'un vernis protecteur.


Bien entendu, la visite se conclut par un magasin avec un étage d’icônes et un autre d'objets en tout genre...


Vous reconnaissez cette icône? Oui c'est bien Jean Paul II, qui n'est pas un saint de l'église orthodoxe mais plutôt de l'église catholique romaine. Bref, ils s'adaptent aux croyances des étrangers. A quand une icône à l'effigie du Dalaï Lama? Ou de Mahomet? Ou un monstre en spaghetti?


Je découvre aussi le "gobelet de Pythagore". Cette coupe aurait été inventée par le célèbre mathématicien pour apprendre à ses élèves à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre. En effet, quand on remplit le verre en dépassant la marque de niveau, celui-ci se vide entièrement par le milieu.


Nous voilà repartis - sans acheter quoi que ce soit - et notre bus gravit la pente qui va nous mener vers les fameux monastères.


Plusieurs arrêts sont prévus, avec un premier spot pour prendre en photo plusieurs de ces monastères si particuliers. Comme vous le voyez, ceux-ci sont vraiment coupés du monde. Pour celui là par exemple (le monastère de la Sainte Trinité) l'accès se fait uniquement par une petite passerelle suspendue à une corde qu'on voit sur la gauche.


Je pense que la construction des bâtiments - et surtout l'acheminement des pierres - a dû être une sacré prouesse.
Le site -avec ses 6 monastères - est d'ailleurs classé patrimoine mondial par l'UNESCO.


L'isolement de ces monastères n'avait pas seulement un intérêt propre à la recherche du recueillement de ses occupants, mais aussi défensif. A l'époque où le pays était une proie pour tous les envahisseurs (ottoman, gothiques...), on était certainement à l'abri dans ce genre d'endroit.


Tout en bas, on aperçoit la ville de Kalambaka...


Je pense que nous allons visiter un monastère qui est plus facilement accessible pour les touristes: Agios Stefanos, un monastère féminin fondé en 1191.


Les chats sont venus nous accueillir en nous souhaitant la bienvenue...


Pour entrer, une tenue correcte est exigée: bras couverts et pas de jupe pour les dames, et pas de short pour ces messieurs. Sinon, on peut toujours utiliser les robes fournies à l'entrée pour se couvrir les jambes.


Georgios achète les billets d'entrée, puis les donne à ses "assistants" - deux gamins chinois faisant partie de notre groupe - pour qu'ils nous les distribuent.
Il y a une petite cour mais ce que nous allons surtout visiter ce sera la chapelle vers laquelle nous nous dirigeons.


Devant l'entrée il y a accroché une planche de bois: on appelle les fidèles à la messe en tapant dessus avec un marteau. Et oui il n'y a pas de cloche dans cette église...
Cela fait référence à Noé, qui appela les animaux en tapant sur un bout de bois pour les attirer vers son arche et les mettre à l'abri.


A l'intérieur, c'est très petit, ce qui explique pourquoi les photos y sont interdites. Bon je vais essayer de zoomer et de vous décrire ce qu'on y voit quand même.
Les fresques qui recouvrent entièrement les murs de la première salle ont été restaurées il y a peu et étincellent de dorures. Elles paraissent toutes fraîches même si le dessin n'a pas changé depuis des centaines d'années.



Et c'est très gore: les scènes de trépanation, d'empalement, de victimes coupées en deux (dans le sens de la longueur), ou bien brûlées vives... rien n'est épargné aux martyrs. Nous nous attardons devant la grande fresque représentant le jugement dernier, avec son fleuve de sang qui traverse la scène et se dirige vers le Léviathan, le monstre des enfers prêt à dévorer les pauvres pêcheurs. Dans la religion orthodoxe, le purgatoire n'existe pas.
A droite du fleuve, des rois anciens semblent figés dans la montagne alors que Jésus, le roi des rois, est seul à la gravir. Sous eux, des animaux fantastiques semblent dévorer des membres humains.


Un incident survient alors: un petit groupe de touristes allemands avec leur guide viennent d'entrer dans la chapelle et parlent un peu fort (comme des allemands, quoi!). Ça énerve notre Georgios qui n'arrive plus à se faire entendre et n'hésite pas à les sermonner (comme si il était le seul à pouvoir hausser la voix ici).
J'ai d'ailleurs moi même un peu de mal à suivre les explications de notre guide, avec sa façon de parler un peu particulière.



De chaque côté du passage menant à la pièce principale, 2 fresques représentent les échelles par lesquelles les fidèles montent au ciel rejoindre le Christ.Sur le chemin, des diablotins tentent de les faire tomber...
Dans la salle principale il y a un grand lustre rond et bien sûr une iconostase au fond. C'est ici que se déroulent les offices. Les fresques sont dédiées à la vie de Jésus et notamment la scène de la sortie du tombeau qui se trouve toujours sur le mur Est, là où se lève le soleil.


Cette chapelle est vraiment minuscule, surtout quand on pense que jusqu'à 200 moines pouvaient vivre sur le rocher. A mon avis ils ne devaient pas tous assister à la messe en même temps.


Je décide d'arrêter de suivre les commentaires du guide, que je n'arrive pas à comprendre avec son accent et ses phrases en italien. Juste à côté de la chapelle il y a un petit musée avec des objets liturgiques (habits, croix, couteau servant à couper le pain, etc...). Il y a aussi quelque vieux manuscrits sur lequel Georgios va parler un moment. Aucune idée de ce qu'il raconte, j'ai mis sur "off" mon traducteur Georgios/français.


Je m'éclipse pendant que le guide parle et je vais prendre une photo du paysage depuis la terrasse. Et puis... je m'aperçois que je suis seul... où est passé le groupe? Sont ils sortis ou bien en train de visiter une autre partie du bâtiment?
Je reste un moment mais ne voyant toujours personne je finis par sortir pour m'apercevoir une fois arrivé au bus qu'ils sont déjà tous dedans à m'attendre. Un peu plus ils m'oubliaient ici!
Quoique... un stage de moine, pourquoi pas?


Le prochain monastère que nous allons visiter n'est pas bien loin, c'est celui de Roussanou (même si le guide nous l'a présenté comme le monastère de Santa Barbara), en bas à droite sur la photo. Mais nous n'allons pas nous y rendre tout de suite...



Tout d'abord nous pouvons prendre quelques photos des chats et surtout de la vue depuis ce rocher. C'est l'instant selfie par excellence et il faut faire presque la queue pour être pris en photo à l'endroit stratégique...


Moi, je préférerais être à la place de ce gars au loin qui se balade seul sur les météores. C'est un endroit parfait pour randonner et se perdre...


Un petit chemin à travers les arbres va nous mener jusqu'à l'entrée du monastère, qui a l'air encore plus petit que le précédent.


Je n'arriverais pas le dernier pour une fois, car il y a un vieux bonhomme dans notre groupe qui descend doucement doucement avec des bâtons.


A certains endroits du chemin, on a accès à une vue dégagée sur la vallée et les étranges rochers que je ne me lasse pas de photographier...


Nous voici arrivés à l'entrée du monastère où nous attend Georgios (il es venu avec le bus qui est garé un peu plus loin en contrebas). On accède à Saint Rossanou par un simple escalier, terminé par un pont levis...



Nous commençons par une explication sur les drapeaux qui flottent à côté de l'entrée. L'aigle à deux têtes est l'emblème de l'église orthodoxe.
Les billets d'entrée ont déjà été distribués mais ça ne fait rien on me laisse quand même rejoindre le groupe sans billet.


La cour intérieure est minuscule et on accède presque directement à l'église qui est tellement petite que tout notre groupe ne peut y entrer en même temps. Du coup moi et quelque 2-3 autres nous devrons rester dans la salle à côté... et être privés des explications du guide! Je trouve pas ça sympa de sa part de ne pas avoir prévu de faire deux groupes. De toute façon je l'aime pas ce Georgios... na!



Il y a une nonne qui vend des cailloux qu'elle dessine elle même avec des feutres, et elle inscrit mon prénom sur le petit caillou que je viens de lui acheter (qui représente le monastère sur son rocher). J'aurais dû lui demander de l'écrire en grec... εριk


Une fois le groupe sorti, je visite moi aussi les deux petites salles de l'église - qui ont été bien chauffées par toute cette foule! C'est bien plus petit et plus sombre que dans le monastère précédent. Néanmoins les termes bordés par les fresques sont les mêmes: martyrs, jugement dernier, vie de Jésus. Il y a un petit reliquaire qui contient... je ne sais pas, notre guide ayant déjà filé. L'un des livres de prière a été oublié dans un coin...


Redescente vers notre bus pour un embarquement immédiat. Nous passons devant des vignes (les premières de tout notre voyage) et les gros rochers où nous apercevons à plusieurs reprises des petites taches: ce sont des grimpeurs. Les météores sont connus pour être un bon spot d'escalade.
Regardez bien la photo ci-dessus... on en aperçoit deux!


Certaines grottes de la paroi sont remplies de drapeaux et de vêtements laissés par les alpinistes pour marquer leur passage.


Nous allons déjeuner à Kalambaka dans un restaurant dont notre guide nous parle depuis la veille. Ça a l'air d'être un endroit sympa dirigé par une dame soucieuse de faire de la bonne cuisine familiale traditionnelle. Et c'est vrai qu'on s'est régalé! Le système, c'est qu'on fait la queue pour accéder aux cuisines où les deux patronnes, devant leurs multiples marmites, nous servent ce que l'on montre du doigt.



Du coup, on ne sait pas vraiment le nom de ce qu'on va manger (c'est du veau ou du porc?) mais au final c'est très bon. Il y a un perroquet dans un coin qui tente d'attirer l'attention. Pas le temps pour un dessert, on paie notre repas et le bus est déjà là pour l'embarquement.



Le trajet retour va être bien long, et je vais donc me plonger dans ma tablette afin de regarder quelques films, entre deux arrêts pipi dans des stations service. De temps en temps, le guide prend le micro et baragouine quelques trucs mais moi je suis ailleurs, et à vrai dire ce type m'énerve un peu...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------