Music in the sky

samedi 18 novembre 2017

Ljubljana - Jour 3 - Partie 1 - Les marchés de Provence de Slovénie

Un nouveau jour commence sous le ciel bleu de Slovénie... et moi je m'apprête à quitter le lac de Bled pour rejoindre la capitale.
Enfin j'essaie: j'avale mon petit déjeuner rapido et je me presse sur le chemin de l'arrêt de bus... déjà 8h20. Si ça continue je vais le rater ce bus de 8h30!
Et ça monte en plus. J'arrive pile au moment où le bus va fermer ses portes et repartir! J'ai de la chance qu'il ait 4 minutes de retard...


1h30 plus tard me voilà à Ljubljana et je commence à prendre mes premières photos de la journée... les forêts et le lac de Bled ont laissé la place aux immeubles et aux voitures.
Plutôt que de rêvasser je ferais mieux de chercher mon chemin, car je dois encore aller poser mes valises dans mon AiBnb.
Mais me voilà arrivé: Tanya et sa copine Sondra m'accueillent avec un grand sourire. Même la chienne Kai aboie gentiment en remuant la queue! Nous discutons un moment puis elle me remet un plan de la ville avec quelques explications et conseils.


Bon alors en route!
Le centre ville, c'est pas très compliqué: c'est tout droit. Et à 10 minutes à pieds.
Je passe devant des immeubles qui auraient bien besoin d'un ravalement de façade, et de petites maisons un peu vieillottes, mais ça ne manque pas de charme...
Et puis nous voilà arrivé au fleuve, et au fameux pont des dragons, l'un des emblèmes de la ville.


Toutes griffes dehors, ils n 'ont pas l'air très accueillants ces dragons. Et il y a une histoire derrière ce pont, qui est l'un des derniers construits aux abords de la vieille ville.
Construit en 1901 dans un style Art nouveau à l'époque où la Slovénie faisait partie de l'empire Austro-hongrois, il devait être un cadeau en l'honneur des 60 ans de l'empereur François Joseph. Il est l'un des premiers ponts à avoir été construit en béton et pas en pierre.



Quand aux dragons, ils font référence à la légende qui dit que le héros antique Jason (avec ses argonautes), après avoir volé la toison d'or, s'échoua à côté de Ljublana et qu'il délivra les habitants de la région d'un méchant dragon qui y faisait régner la terreur.
Avant de continuer notre périple, je propose de nous arrêter un instant dans l'un des restaurants qui bordent les quais afin de prendre un petit thé matinal et surtout... pour aller faire un tour aux toilettes.


J'avoue que j'ai eu un peu de mal à digérer la pizza jalapeno d'hier soir. Et pendant que je vais au petit coin, profitez en pour observer cette couronne de fleurs séchées qui est accrochée à la fenêtre du restaurant. J'en ai vu un peu partout en vente sur le marché par la suite, ça doit être une tradition d'ici.
Si vous regardez bien dans celle ci, il y a un petit moineau qui s'ébat dans les brindilles, en tentant d'en manger les graines...


Mais il est temps de repartir!
Comme vous le voyez, les abords de la rivière Ljubljanica sont superbes: il y a de notre côté la nouvelle ville et de l'autre la vielle ville avec derrière ces arches le marché couvert. On voit derrière les tours blanches de la cathédrale, et on aperçoit même en haut de la colline les remparts du vieux château médiéval.


Traversons le pont des dragons pour pénétrer dans le marché de Ljubljana. Un marché qui me rappelle bien les marchés de ma Provence natale: le soleil, des étals généreux de fruits et légumes à profusion!


Il y a quand même quelques différences, comme des snacks qui vendent du poisson en friture, et où les gens font déjà la queue.


Je me balade dans les allées des marchants de fruits et légumes, et rempli mon objectif des couleurs environnantes...



Il y a tellement de marchands que c'est à se demander si il y a vraiment de la concurrence.


En fait, cette profusion me rappelle que la Slovénie n'est finalement pas si loin que ça de l'Italie, et nous nous en rendrons compte dans la cuisine qui aura parfois quelques airs italiens...



Il y a aussi une influence de la gastronomie austro-hongroise, comme par exemple avec toutes les sortes de poivrons (qui servent à faire le paprika et le goulash), ou encore ces cornichons crus qu'on voit rarement sur nos marchés français...


Ces tranches de pastèques sont encerclées de mouches... ça fait pas envie. Par contre les myrtilles et les fraises... je me laisserais bien tenter.


Au niveau des prix, je ne trouve pas ça si bon marché que ça. Ça ressemble à peu près à nos prix français.


Il y aussi un truc assez sympa et qu'on aimerait bien voir sur nos marchés français: un distributeur de lait. Au verre ou à la bouteille, et on peut venir avec sa propre bouteille à remplir.


Le marché de la vieille ville se trouve à cet endroit depuis très longtemps. Il a même été aménagé par un architecte prestigieux. Retenez bien ce nom: Joze Plecnik. C'est l'un des principaux architectes slovènes dont nous entendrons beaucoup parler dans les jours qui viennent puisqu'il a construit la plupart des bâtiments intéressants de Ljubljana.


En ce qui concerne le marché, Plecnik a construit en 1942, entre la place du marché et la rivière, un bâtiment pour abriter le marché couvert (avec au sous sol les poissonniers, au rez de chaussée les restaurants). Et en bon admirateur de l'architecture grecque, il dessina une allée de superbes colonnades pour surveiller le marché.
Regardez bien la photo ci-dessus: il y a un effet d'optique pour augmenter l'impression de profondeur du bâtiment: les socles des colonnes sont plus petits vers le fond.


Il avait également prévu de construire un large pont pour relier directement le marché à l'autre rive, mais n'obtint pas les fonds nécessaires, et ce ne fut qu'en 2010 que l'on construisit le pont des bouchers, où nous nous trouvons maintenant.


Bon je ne sais pas ce que Plecnik aurait pensé des sculptures que la mairie a décidé d'exposer sur ce pont. Il y a la statue déchiquetée sensée représenter Prométhée, et ces 2 têtes de moutons morts entourées de cadenas. C'est très... spécial.


On a quand même une belle vue sur la petite rivière Ljubljanica qui traverse la ville, avec le bâtiment du marché à gauche et au loin le triple pont, qui est aussi l'un des emblèmes de la ville. On ira dans ce coin dans pas longtemps...


Bon vous les avez remarquées: les guirlandes de cadenas que les amoureux stupides ont l'habitude d'accrocher partout dès qu'ils voient un pont. Il y a même un amoureux de la pédale qui a accroché son antivol...


Mais retournons du côté de la vieille ville où nous n'avons pas fini notre petit tour du marché. Sous le bâtiment central on peut accéder à un petit marché intérieur où l'on vend des céréales, du pain, du fromage, de la volaille...


J'achète un sachet de thé en vrac. Je crois que cela va devenir l'une de mes habitudes dans les capitales que je visiterais: acheter du thé ou de la tisane, à déguster une fois à Paris en se rappelant ses nombreux voyages...


 Il va bientôt être l'heure du déjeuner, et je pense que je ne vais pas aller bien loin pour trouver de quoi me sustenter...
Il y a cette épicerie cachée au fond de la place, et qui vend aussi du pain, et quelques spécialités slovènes, comme ce feuilleté au fromage que je vais déguster sur un banc à l'ombre, à côté du pont des bouchers.


J'ai encore un peu faim, et je crois que j'ai repéré sur le marché un truc sympa: ça ressemble un peu à de la pizza cuite au feu de bois. Sous nos yeux, le cuistot pétrit la pâte à pain (grisâtre, comme si c'était de la farine de sarrasin), la décore de fromage blanc et de morceaux de lard, avant de l'enfourner.


Finalement le gout sera plutôt décevant... Tout comme mon dessert: un glacier ambulant fait des genres de petites coupes avec du biscuit, de la glace au chocolat blanc et du sirop de baies roses.
J'aurais peut être dû me contenter d'une barquette de myrtilles...

Enfin bon! Il fait chaud et la deuxième partie de cette journée va commencer... mais ce sera pour la prochaine fois!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------