Music in the sky

dimanche 21 août 2011

Les pavés de Tallinn...

Estonie jour 2 - Tallinn

Voilà notre deuxième journée à Tallinn qui débute...

Après un petit déjeuner tout simple dans notre petit appartement, nous allons faire un tour à l'office de tourisme, question de louer des audioguides en français très utiles pour notre balade sur les pavés de la vieille ville...


Sur la place Niguliste, en face de l'office de tourisme, a lieu une partie des fêtes médiévales de ce weekend (dont nous avons visité le marché la veille).

Il y a là des démonstrations de façonnage de canoé, ferronnerie, cordage et métier à tisser. On y vent fleurs séchées, tissus et onguents. Et des ateliers pour les enfants. Il n'y a pas grand monde, les touristes préfèrent peut être se presser vers la place de l’hôtel de ville... ils ont bien tort c'est très sympa. On ne regrette pas d'être venu ce weekend là!







Bon, c'est pas tout ça, on a du chemin à faire! On a décidé de suivre l'itinéraire conseillé par le guide du Petit futé: il permet de faire le tour de la vielle ville.
A vrai dire on n'aura pas le temps de le faire en entier et de plus certains endroits seront fermés car nous y serons après l'heure de fermeture(comme les magasins du passage Katarina, ou le musée Niguliste). Mais ça ne fait rien car la vieille ville est toute petite et après en avoir fait 2 ou 3 fois le tour, vous serez capable de retourner ou bon vous semble dans les jours qui suivent.
Je dirais que pour Tallinn, un minimum de 3 jours de visites est nécessaire. Nous ne sommes restés malheureusement qu'un jour et demi, plus une demi journée à la fin du voyage.

Voici le plan de la balade. Comme vous le voyez il y a pleiiiin de choses à voir!



La colline de Toompea fut le centre incontesté de Tallinn depuis le début. Dés le 11ème siècle on y construisit une forteresse en bois pour protéger la ville, en passe de devenir un des principaux ports de la mer Baltique. Les danois qui envahirent le pays transformèrent le château en pierre et la ville moyenâgeuse prit forme, tout comme son nom: Tallinn, qui veut dire 'ville danoise' en estonien. En 1927 ce sont les chevaliers teutoniques qui débarquent. La ville s'agrandit, avec la colline de Toompea où habitent les seigneurs et la ville basse où séjournent les artisans et bourgeois. Cette coupure en 2 de la ville a façonné la vie de celle ci: tous les soirs, les portes de l’accès à la colline de Toompea étaient fermées. Au 14ème siècle, la ville est l'une des plus prospères d'Europe du nord. Mais le pays reste néanmoins une colonie sans identité propre, ballotté entre la Suède et la Russie, malgré ses richesses.
C'est dans la confusion de la fin de la première guerre mondiale que l'Estonie proclame son indépendance, avant d'être emportée par la seconde grande guerre. Comme elle se situe aux portes de la Russie, elle subit les assauts des allemands et des russes qui bombardent Tallinn. Fort heureusement, la plupart de ses superbes bâtiments sont intacts!
La suite on la connait: intégrée à l'URSS, plus de 100000 déportés en Sibérie, l'indépendance en 1991. Et un pays qui ne cesse d'évoluer depuis. Tallinn en porte les marques: entre les bateaux du port moderne, où débarquent les touristes finlandais et russes, la minorité russe (descendante des ouvriers de l'URSS) massée dans les banlieues pauvres, et le quartier des affaires dont on voit se profiler les buildings pas si loin que ça...
Voilà ça c'était le paragraphe historique. Maintenant on va marcher un peu!

Püha Vaimu
On commence par traverser la Raekoja Plats, déjà vue hier, avec la pharmacie, puis on prend la toute petite rue Saiakang et nous voilà devant l'église du saint esprit (Püha Vaimu, à tes souhaits), en pleine messe...

Ouverte de 9h à 17h - Entrée 1€
Cette petite église date du 13ème siècle, et si elle parait austère de l'extérieur (mis à part sa vieille horloge du 17ème siècle, la plus ancienne de Tallinn), l'intérieur est une profusion de bois sculpté, notamment son autel datant de 1483, qui est l'un des joyaux de la ville.








La rue Pikk

Nous descendons la rue Pikk. C'est une longue rue qui descend jusqu'aux portes de la ville. C'est une rue qui prit très vite de l'importance dans la ville, car elle relie directement le port au centre de la ville, jusqu'à la forteresse de Toompea. Elle est bordée de bâtiments élégants qui appartenaient à de riches marchands. Certains servaient d’entrepôts, comme les maisons appelées les 3 sœurs (en bas de la rue), où 2 bâtiments ont été annexés et rattachés au premier. Levez la tête également, à l'angle de la rue Hobusepea, pour y voir un drôle de bonhomme qui vous regarde d'un air amusé, et son chat noir de l'autre coté, puis plus loin un bâtiment d'architecture égyptienne. Au n°26, la guilde des têtes noires, et sa porte à tête de nègre.







Allez tout au bout, tout au bout de la rue, jusqu'aux remparts et la tour Margareta, où se trouve le musée de la marine. Cette tour était la plus large des tours de la ville, et servait de principale tour de défense.






Un petit détour hors de la ville fortifiée, pour en admirer les remparts. Dans le parc nous parcourons une exposition florale... pour changer un peu des vieilles pierres.
Retour via la porte de la tour de la vierge (Neitsitorn). Utilisée au moyen age comme prison pour les prostituées, il est possible d'y monter, d'observer les toits de la ville... et même d'y boire un verre dans son bar lounge (mais plus de prostituées... enfin j'espère)!







Voilà la grande église Saint Olaf! Avec sa pointe à 159m, on la voit de loin! Vraiment impressionnante par sa hauteur (de l'intérieur comme de l'extérieur), elle était sensée guider les bateaux qui pouvaient l’apercevoir depuis la mer au loin. Tellement imposante que tout un tas de légendes courent sur sa construction: son architecte serait le diable en personne! On peut monter tout en haut pour admirer la vue, mais là... j'ai pas le courage!





De là le plan nous conseille d'aller du coté du passage Katarina, mais voyant le temps passer nous décidons d'aller directement vers la colline de Toompea, car nous devons rendre nos audioguides bientôt.

Toompea

L’accès à la colline se fait via la petite rue de Pikkjalg (la rue de la longue jambe), rue en pente et avec si peu de visibilité qu'elle servait d'examen de passage pour le permis de conduire des cochers (vous le saviez, vous, qu'il y avait un permis de conduire pour cochers?). Cette rue commence par une porte cochère car rappelez vous la colline de Toompea, où logeaient les seigneurs, était fermée le soir venue pour y interdire l’accès aux 'manants'.






Tout en haut, la cathédrale orthodoxe Alexandre Nevski. Assez imposante elle aussi, elle fut construite en 1900 par les russes qui gouvernaient le pays à cette époque et souhaitaient ainsi asseoir leur pouvoir sur la ville en impressionnant la population. Pas de photos à l'intérieur même si je l'ai trouvé un peu décevante... de l'intérieur (un peu petit en fait).





Un peu plus loin, c'est une église danoise luthérienne qui nous accueille: Toomkirik. C'est l'une des plus anciennes (1240). Austère vue de l'extérieur, elle l'est aussi de l'intérieur (photos interdites), même si l'ambiance est impressionnante, avec plein de dalles funéraires, et d'immenses exvoto accrochés au mur. Je décide de faire une petite excursion tout en haut du clocher, sur le 'toit' de la ville. Seul visiteur, je suis précédé par le jeune employé qui m'ouvre la porte dissimulée au fond de l'église et une fois arrivé me surveille pendant que je prend mes photos. La vue est vraiment superbe...






Voilà, nous nous arrêtons là pour ce qui est de la balade guidée... Mais en se baladant au hasard dans les rues on peut apercevoir encore plein de choses! Il suffit de se laisser guider par nos pas... d'autant plus que le soleil n'est pas encore couché...








Voilà voilà... Je n'oublie rien? Ah si! La découverte culinaire du jour! Un restaurant qui se trouve juste en face de l'appartement et où il y a toujours plein de monde. Accosté par un bonhomme habillé en bouffon (sans jeu de mot!), nous avons décidé de gouter à leur cuisine aux inspirations du moyen age: Olde Hansa.



Ce qui pourrait s'apparenter à un piège à touriste s'avère finalement être une bonne expérience. Dans un décor d'époque (et un bâtiment d'époque), avec des serveurs habillés comme il se doit, et à la lueur des bougies, les plats aussi sont des découvertes: inspirés des plats du moyen age, on peut y manger de l'ours, de l'élan ou du sanglier, avec un assaisonnement mélangeant les épices sucrés, noix et céréales que l'on utilisait jadis. Jusqu'aux latrines qui sont d'époque... et ouais! Un magasin attenant au restaurant permet également de continuer à se mettre dans l'ambiance. Allez donc voir sur leur site internet. Leurs menus ont l'air pantagruéliques!






Cette fois ci j'ai tout dit! Longue journée vous ne trouvez pas?
Mais le voyage continue... Demain on quitte Tallinn pour aller... vous verrez bien!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire