jeudi 15 novembre 2018

Photo du mois : Abécédaire

Ecri'turbulente a choisi le thème de ce mois-ci: Abécédaire

Note de l'auteur-e : Ni calligraphie, ni broderie au point de croix, mais notre environnement champêtre ou urbain qui naturellement dessine les lettres de l'alphabet. Attention, on n'arrange pas trois brins d'herbe pour qu'ils deviennent un N. On observe autour de soi, on photographie et c'est tout !

Je n'ai pas eu à aller chercher bien loin... Alors attention, roulement de tambour... voici la star des lettres: le A!



Tout simplement!
Je pense que d'autres parisiens comme moi auront eu la même idée: Eurydice, Mirovinben, Laurent Nicolas, Cricriyom from Paris, Danièle.B, Xoliv', Pat, Tambour Major, Marie-Paule, Who cares?, Lilousoleil, Julia, Alexinparis, Cara, Gine, DelphineF, ChristL, Mamysoren, J'habite à Waterford, Giselle 43, Brindille, Ventsetvoyages, Nanie, Aude, Blogoth67, Gilsoub, Nanouk, Sous mon arbre, magda627, Philisine Cave, El Padawan, Christophe, Sandrin, Pilisi, Morgane Byloos Photography, La Tribu de Chacha, Pink Turtle, Jakline, Lavandine, Krn, Angélique, Frédéric, Céline in Paris, Josiane, Escribouillages, écri'turbulente, Amartia, Nicky, Akaieric, Josette, Renepaulhenry.

samedi 10 novembre 2018

Vilnius - Jour 3 - Partie 1 - Liberté!

Je fais un essai de grasse matinée ce matin: réveil à 8h30!!!! A défaut de rêver de voyage en ballon, je crois que j'ai plutôt mal dormi cette nuit. J'ai fait des cauchemars...


Pour le petit déjeuner, je décide aussi de me faire plaisir et d'aller dehors dans une crêperie de la rue Piliès, qui a l'air d'être charmante, Pilies Kepyklele.


Le thé est très bon, et comme j'ai vraiment faim je prends une crêpe banane chocolat et une autre au cottage cheese et raisin. Ça ne vaut pas les vrais crêpes bretonnes, mais c'est un bon petit déjeuner pour un dimanche matin. La salle se remplit d'ailleurs peu à peu... l'endroit doit être connu des locaux.

Aujourd'hui nous allons visiter une autre partie de la ville de Vilnius, et nous allons d'abord sortir de la vieille ville en prenant l'avenue Gedymin en face de la cathédrale.


Exceptionnellement ce jour l'avenue est fermée à la circulation : il y a un marché d'artisanat tout au long de la rue.

Ça a l'air plutôt sympa... bonjour madame!


Et du coup, sur le chemin, me voilà tenté par plein de choses appétissantes: du pain noir, du fromage, de la tisane...
Le pain noir d'ici est particulièrement bon.


Je décide donc de laisser tomber mon emploi du temps initial (je devais louer un vélo pour aller plus vite): je vais d'abord flâner un peu et faire quelques emplettes... et puis après on verra!


Ces 3 "Belphégor" sont les muses qui gardent la porte du Théâtre national d'Art dramatique, devant lequel nous passons...


Saint Georges est lui aussi en train de veiller sur nous. Nous sommes dans l'une des avenues les plus classes de la ville, avec plusieurs galeries marchandes, théâtres, grands magasins, etc...


En continuant la balade toujours sur la longue avenue Gedymin, la foire laisse place à des activités sportives et des stands d'initiation: basket, yoga, football américain, trampoline...


Il y a un parc avec une estrade et de la musique, et à mon avis il va bientôt y avoir une démonstration de flamenco...


Mais nous finissons par arriver au but de notre balade: le grand bâtiment blanc où se trouvait l'ancien Q.G. du KGB. D'ailleurs plusieurs plaques commémoratives évoquent la mémoire des victimes de la dictature communiste.



Il y a aussi un petit mémorial, monticule de pierre surplombé d'une croix et devant lequel les gerbes de fleurs sont encore fraîches.


Le bâtiment a été transformé en musée appelé Musée du génocide (bien sûr dédié aux victimes de l'ère soviétique) et nous nous dirigeons donc vers l'entrée en passant devant ces panneaux où sont affichés des dessins d'enfant évoquant la répression communiste.



Certains dessins sont très inspirés...


A l'entrée du musée il y a un groupe de touristes français avec leur guide qui viennent justement d'en sortir, et celle-ci leur explique la signification du gros bloc de pierre installé devant l'entrée: c'est un monument évoquant la shoah et qui fut transféré ici après plein de péripéties.
J'ai un choix à faire pour la suite du programme: est ce que je visite le musée maintenant ou est ce que je vais plutôt continuer en direction du parlement? On va continuer à marcher un peu...


Nous arpentons donc à nouveau l'avenue Gedymin et les piétons - comme les voitures -  se font de plus en plus rares...


Tout ça se termine par un pont sur la rivière Néris, que nous ne traverserons pas car ce que nous sommes venus voir se trouve juste avant...


Le Parlement de Lituanie! Plutôt moche, hein? Pourtant l'endroit où nous nous trouvons est très cher au cœur des lituaniens car il s'y est tournée une page importante dans l'Histoire du pays. En 1990, menés par un gouvernement réformateur, la Lituanie proclame son indépendance vis à vis de l'union soviétique. Ils sont très vite suivis par les autres pays baltes (Estonie et Lettonie).
En représailles, l'URSS décide d'abord de constituer un blocus du pays puis il envoie finalement l'armée envahir les pays baltes, ce qui donnera lieu aux événements de Janvier 1991.


Les affrontements les plus violents eurent lieu à Vilnius. Les  chars russes défilent dans la ville en direction du parlement. Le peuple décide de ne pas se laisser faire et plus de 50000 personnes manifestent. Des barricades ont notamment été construites autour du parlement pour le protéger de l'arrivée de l'armée. C'est une partie de celles-ci qui ont été conservées sur le parvis du Parlement.


 Les gros blocs de béton, barbelés et tags ont été entourés d'une vitrine de verre, ce qui n'est pas top pour les photos.
A propos, Lituanie ça se dit en lituanien : "Lietuva".


L'armée soviétique finit par repartir quelques jours plus tard, le 13 janvier, laissant la place à la liberté.
Seuls 14 civils périrent dans ces évènements, dont la plupart à la tour de la télévision (que nous visiterons ce soir).


Il y a aussi sur les lieux une petite chapelle (les lituaniens sont très croyants) et une plaque dédiée aux victimes du génocide tchétchène... pied de nez envers la Russie?
Je crois que les bases de cette journée sont bien posées: aujourd'hui nous nous intéressons à l'Histoire du pays, et plus particulièrement à son passé soviétique... on continue?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------