lundi 18 novembre 2019

Prague - Jour 1 - Partie 1 - Pile à l'heure...

Comme toujours, la première nuit dans un lieu inconnu est la plus difficile: on a tous mal dormi. Peut être à cause des matelas qui sont trop mous... ou trop durs?
Pendant que les autres défilent dans la salle de bain, j'en profite pour faire le tour du propriétaire...


La déco est hétéroclite. Il y a plein de tableaux divers accrochés au mur, et chacun est une histoire à lui tout seul... comme cette vieille carte de Paris. Difficile à reconnaître, penchée comme ça, avec la Seine au milieu!
Il y a aussi des affiches de Lawrence d'Arabie, des photos de voyages en orient ou en France...


Voici notre grande chambre avec la mezzanine où j'ai dormi. La porte à droite donne sur une grande salle à manger...


Nous sommes dans un vrai appartement de famille: il y a encore des photos personnelles sur les murs, et un vase avec des fleurs. Là on aperçoit la porte vitrée qui donne sur le vestibule d'entrée, derrière une petite cuisine et encore derrière une toute petite salle de bain. En fait la mère de Martina habite ici aussi: il y a une porte dans le vestibule qui mène à ses appartements privés (ce qui fait qu'elle passe par notre appartement pour rentrer chez elle... mais nous ne la verrons pas du tout durant tout notre séjour).



Il nous faudra 3 clés: une pour notre salon et notre chambre + une pour la porte de l'appartement + une pour la porte d'en bas.
Mais attaquons nous à notre petit déjeuner! Nous avons acheté du jus de fruit et des brioches au mini market chinois hier soir, et surtout nous entamons le kouglof que nous a laissé notre hôte en cadeau de bienvenue...


Après quelques discussions matinales sur le sens de la vie, nous décollons vers 9h30, prêts à affronter le grand froid de l'hiver...


Pour rejoindre la place de la vieille ville il suffit de prendre à gauche et de continuer... c'est tout droit.


Le centre de la ville est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, et c'est vrai que quand on voit le mélange d'architectures gothique, renaissance et baroque autour de nous, on comprend l'importance historique de la ville, au cœur de l'Europe centrale.


Et nous y voilà: Starometske Namesti (Place de la vieille ville), avec ses cabanes du marché de Noël qui viennent juste d'ouvrir, son grand sapin illuminé et derrière les flèches imposantes de la cathédrale Notre Dame du Tyn.


Ce gros ensemble statuaire de bronze, c'est le monument dédié à Jan Hus, un précurseur des pensées de l'église protestante, qui fut condamné au bûcher par l'église à cause de ses idées réformatrices. Il était patriote et fut le premier dans ses livres à écrire en tchèque en utilisant les accents propres à la langue de son pays. Il est considéré comme un héros national car après son supplice, les royaumes d'Europe menacèrent  d'envahir le pays afin de le débarrasser des 'hérétiques' qui suivaient Jan Hus. Les Tchèques se défendirent avec fougue: ce furent les guerres hussites qui se soldèrent par l'acceptation de l'église de Rome des nouvelles églises protestantes.


Il fait super froid! Notre séjour commence à peine et nous voilà déjà frigorifiés, gelés sur place! On pourrait se réchauffer d'un premier vin chaud ou d'une de ces brioches cuites à la broche, mais on va préférer s'atteler aux choses sérieuses en nous dirigeant vers la tour de l'horloge astronomique... est ce que ça réchauffe? Je ne sais pas.


Cette horloge aurait été construite en 1410 et modifiée en 1490. C'est l'un des joyaux de la ville et on dit que l'on aurait crevé les yeux de l'horloger qui l'a construite afin qu'il ne puisse plus reproduire de pareil chef d'oeuvre dans une autre ville.
En haut il y a le cadran astronomique, avec (en plus des aiguilles de l'heure et des minutes) un système complexe de cadrans indiquant les signes zodiacaux mais aussi les cycles de la lune et la position du soleil dans le ciel.
En bas, un deuxième cadran correspond au calendrier, avec les jours de l'année et le nom des saints...


Et en plus, à chaque heure... des automates s'animent!
Il y a déjà beaucoup de monde agglutiné autour de la fameuse horloge, ce qui prête à penser que 10 heure va bientôt sonner...


... et en effet ça s'agite: le squelette de la mort tire sur le cordon de la clochette d'une main et tourne son sablier de l'autre.


Les apôtres défilent un à un derrière les 2 petites fenêtres pendant que le coq en or chante et remue des ailes... et c'est terminé? Bon je ne dirais pas que c'est le plus grand des spectacles mais quand on connait l'age de l'horloge, c'est quand même un bel ouvrage pour l'époque!



Donc voilà une première chose de faite: voir l'heure sonnée par les automates de l'horloge. Mine de rien c'est pas mal car je me rappelle que lors de mon dernier voyage ici on avait raté à chaque fois l'heure fatidique.



Ensuite... j'avais justement prévu d'aller tout en haut de la tour pour avoir une vue unique sur toute la ville. Ce n'est pas encore ouvert mais il y a déjà une sacré file d'attente...
Alors que nous patientons patiemment, nous sommes abordés par un drôle de gars qui nous parle français. Il est guide touristique et s'appelle Rezki. Il commence par nous expliquer un astuce pour ne pas faire la queue pour visiter la tour: aller faire d'abord la visite guidée de l'hôtel de ville tout contre, par lequel on peut ensuite directement entrer dans la tour sans attendre.



Il en profite pour nous glisser un prospectus sur les visites guidées en français qu'il organise: ça coûte 6€ et le prochain est à 11h. On se tâte... on avait prévu de faire une visite free tour tout de suite après mais là, 6€ c'est pas cher... et c'est en français!
Donc changement de programme: on va se balader un peu en attendant 11h et on visitera l'hôtel de ville et la tour un autre jour.


On pourrait fainéantiser et faire le marché de Noël, mais on a trop envie de découvrir la ville: nous allons visiter Notre Dame du Tyn, dont on aperçoit les deux tours au fond. On a l'impression qu'elle lève sa tête par dessus les toits voisins pour nous dire "hého! je suis ici!".


Pour y accéder, il faut traverser le porche d'un des immeubles construit juste devant l'église, qui est entièrement entourée de bâtiments. Ça me fait penser à Notre Dame de Paris, qui au moyen age était également entièrement cachée par des habitations, avant que Violet Le Duc ne les détruise pour faire une grande place devant la Cathédrale.


C'est vrai qu'on ne peut pas prendre de recul pour en admirer la façade. de plus l'intérieur est très sombre (et les photos sont interdites). Entre autres découvertes il y a le tombeau de Tycho Brahe, un astrologue illustre, professeur de Kepler et personnage historique. C'était un sacré personnage qui eut le bout du nez coupé lors d'un duel et qui avait l'habitude de porter un postiche en or à la place. Il serait mort d'une cystite, sa vessie explosant après s'être trop longtemps retenu d'aller uriner... sympa.


Après un tour rapide de l'église, nous ressortons en passant sur le côté conformément aux conseils de mon bouquin...


Derrière la cathédrale se trouve la place de l'Ungelt. Il s'agit d'une des plus vieilles de la ville(datant du 11ème siècle), avec une maison possédant une loggia à arcade de style Renaissance. Elle abrite aussi un musée et magasin de marionnettes (fermé à cette heure-ci).


C'est le moment de rejoindre le lieu de rendez-vous de la visite guidée...


Retournons vers l'animation de la place de la vieille ville où nous devons rejoindre le guide devant la boutique Cartier.
Nous passons devant le palais Kinsky, bâtiment baroque qui accueille maintenant un musée, avec en ce moment une exposition sur... le Douanier Rousseau!
Un peu de France qui nous a suivi jusqu'ici...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------