Music in the sky

samedi 11 avril 2015

Sofia - Jour 5 - Partie 2 - Le Plovdiv d'en bas

Nous sommes toujours dans la sympathique ville de Plovdiv! Et après avoir visité la partie la plus ancienne de la ville, nous allons descendre de notre colline pour découvrir une ville plus moderne, mais qui ne manque pas de charme pour autant... et qui a encore plein d'histoires à raconter.


Commençons par une vue d'ensemble sur la ville. Comme vous le voyez sur la photo, celle ci est entourée de collines toutes proches, et on voit poindre plein de bâtiments de couleurs et d'époques différentes. En avant pour un voyage dans l'Histoire, et notre premier arrêt sera... la Rome antique!


 Le musée Trackart n'est pas très grand (une seule salle), et son entrée est cachée sous la route nationale, pas très loin du tunnel. Mais il vaut quand même le coup, par sa très grande mosaïque et surtout sa collection d'objets en verres datant de l'antiquité. Colorés et en parfait état, c'est étonnant devoir la précision de ces objets... Certaines coupelles sont faites avec la méthode dite "mille fiori", encore utilisée de nos jours dans les fonderies de Murano, en Italie.


Le gardien du musée parle assez bien anglais, et nous restons un instant à discuter avec lui sur l'histoire et les vestiges bulgares... mais il est temps de partir. Nous avons rendez vous... pour un tour de Plovdiv gratuit
Comme pour Sofia, il existe ici aussi une visite guidée gratuite de la ville, avec pourboire à la fin... et Mel, la jeune guide, a mérité son pourboire, car cette visite fut encore plus intéressante que celle de la capitale bulgare. Le point de rendez vous se trouve devant la poste, un bâtiment qui du premier coup d’œil ne peut dater que de l'époque soviétique. 


Nous sommes 7 touristes, moins nombreux que pour la visite de Sofia. Et la balade ne sera pas facile car il va se mettre à pleuvoir peu à peu. Courage! D'autant plus que la visite est intéressante et pleines d'anecdotes: la tombe du soldat soviétique, immortalisé ici car il serait resté à son poste même quand le bâtiment était en feu, quitte à en perdre la vie. La ville est construite au centre de 7 collines (dont l'une a été détruite pour en faire des pavés). Puis notre balade continue par la rue Batemberg, piétonne et bordée d'élégants bâtiments...


Le mot "Allack" est un mot employé à tout bout de champ par les gens d'ici. Il signifie "ne rien faire" et cela semble être une spécialité de la ville où l'on bien envie de se balader au hasard, sans but, sans rien faire... S'asseoir à coté de la statue de Milo et lui chuchoter nos secrets à l'oreille. D'après Mel, le personnage aurait réellement existé et était un séducteur avéré... était il en train d'écouter tout ce que les gens disaient sur lui ou bien de guetter les pas d'un mari jaloux?


On ne peut voir qu'un petit morceau du stade romain, qui est encore enfoui sous la ville mais qui devait être immense, à en croire sa maquette...


Par contre, la mosquée Djoumaya ("la mosquée du vendredi"), dont on pouvait apercevoir le minaret du haut de la colline, est intacte et peut encore se visiter... on se promet de revenir demain pour la visite. Construite au XIVeme siècle, elle est encore utilisée de nos jours et reste l'une des plus grandes du pays. Le cadran solaire à l'extérieur a été offert par un officier russe en 1878.


Pour la suite de la visite, il va falloir à nouveau grimper sur la même colline que nous avons descendu tantôt, question de ne rien oublier de l'Histoire du pays. A commencer par l'église Sveta Bogoroditsa où fut dite pour la première fois la messe en bulgare en 1860. A l'époque cela fut une petite révolution, car cela ouvrit la voie aux courants nationalistes qui allaient mener à la libération du pays de l'emprise turque. Une fresque intérieure commémore cet événement, à la fois politique et religieux.


Bien sûr nous allons voir le théâtre romain que nous avons déjà visité, et nous allons passer devant la maison de Lamartine (cf épisode précédent), mais nous ferons aussi un arrêt pour observer au loin les quartiers populaires avec ses immeubles HLM. A l'époque de leur construction (sous les communistes), les bulgares avaient développé une technique innovante pour l'époque pour construire ces tours: les appartements étaient préfabriqués et assemblés sur place, comme des lego.


Et nous allons terminer tout en haut de la colline, dans les ruines de la citadelle Nebet Tepe, qui date de la période Thrace et détruite en 342 avant JC. Sous la pluie, la visite se termine donc avec une vue plongeante sur toute la ville... Une visite qui nous aura fait passer des Thraces jusqu'à l'époque soviétique, en passant par l'époque romaine, l'occupation turque et la renaissance bulgare... une sacré ville cette ville!


Pour la suite de la soirée, nous allons tout d'abord retourner à notre auberge toute proche, histoire de sécher un peu. Puis la pluie s'étant tue, et la nuit étant venue, un dîner en ville suivi d'un dernier tour dans les rues de la vieille ville... et puis enfin dormir mais pas n'importe où: dans une maison bâtie en 1868... et ouais!

Galeria Tackart:


La Poste:


Batemberg:



Mosquée:


Vieille ville:





Balade de nuit:




1 commentaire: