Music in the sky

samedi 23 janvier 2016

Copenhague - Jour 1 - Partie 1 - On Bike with Mike

Brooom Broooooom!  Je suis réveillé à 7h par le grondement du tonnerre. Ça promet!
Pourvu que la pluie ne foute pas ma matinée en l'air! C'est que... j'ai prévu mon parapluie mais pas mon K-way. Et faire du vélo sous la pluie ça m'inspire moyen...
Ah oui c'est vrai je vous l'ai pas dit: ce matin on fait du vélo... avec Mike!


Bon pour l'instant on est à pied, et les températures... c'est pas très chaud pour un mois de Juin... Bon il ne fait pas très froid non plus: j'avais prévu de mettre ma veste mais toute la journée elle va rester dans mon sac.
Je comptais prendre le bus pour aller en centre ville et puis... j'ai pas trouvé l'arrêt de bus. Je marche donc dans les rues de Vesterbrö, le quartier où je crèche, en direction du centre. Plein de bâtiments d'habitations se succèdent. Une architecture massive et fonctionnelle. Et puis, en se rapprochant de la gare centrale, des bars branchés et des sex shops...



Qu'est ce qu'il y a comme vélos! Je ne m'attendais pas à en voir autant, garés un peu partout. Je croise des tas de mamans amenant leurs gamins à l'école à vélo, des étudiants, des gars en costard...  Il parait que 60% des habitants de la ville utilisent leur vélo chaque jour. Plus qu'Amsterdam, Copenhague est vraiment la ville de la petite reine!


Je ne suis pas très en avance. Il va falloir que je marche un peu vite pour ne pas rater mon rendez vous...
J'avais prévu de m'arrêter prendre un petit déjeuner quelque part mais je vais devoir me contenter d'un roulé à la cannelle et d'un chocolat dévorés sur le chemin.
Pas le temps de prendre des photos du Tivoli ni de l'Hôtel de ville... je dois être à 10h au magasin des BikeMike Tour.
Puisqu'ici on aime les vélos, pourquoi ne pas commencer notre visite de la ville par un tour guidé des principaux points d'intérêt?


Et je ne suis pas le seul à avoir eu cette idée. Il y a déjà 20 autres personnes qui  attendent devant la petite boutique.
Mike, notre guide, est un gars de 60 ans aux lunettes orange fluo. Un peu bizarre au premier abord, il parlera beaucoup pendant le trajet, et pas forcément de la ville, mais aussi entre autre de... sa femme, qui vient de Mongolie.
Bon allez! Chacun prend un casque et un vélo, les consignes de sécurité, et c'est parti!
L'été danois, c'est un peu de pluie, un peu de soleil, puis un peu de pluie, un peu de soleil, etc... de quoi prendre quelques belles photos par intermittence...


 Premier arrêt dans la vieille cour de l'université. Les danois seraient ceux qui paient le plus de taxes en Europe (Sisi j'ai vérifié: plus qu'en France. On va arrêter de se plaindre), et d'après Mike personne ici ne s'en plaint, car ils sont attachés à leur protection sociale et à l'éducation gratuite.
"On est tous assurés d'arriver à 80 ans!", dit-il.


Deuxième arrêt sur une sympathique place appelée la cour des jésuites, avec un vieil arbre au milieu et tout autour des maisons à pignon datant du XVIIIème siècle, appelées Ildebrandshuse. C'est un coin à restaurants sympas.


 Nous passons devant la place de l'hôtel de ville et son clocher. Plus loin nous entrons dans la cour d'un bâtiment de brique, et faisons un arrêt devant la statue d'un homme illustre, N.F.S. Grundtvig.
Pendant toute sa vie, ce prêtre et poète fut un ardent défenseur de la démocratie et fit tout pour y faire entrer son pays.



 Il serait mort à 89 ans et reste très respecté par les danois, notamment pour les chansons qu'il a écrites, devenues des hymnes traditionnels. D'ailleurs demain (le 21 juin) aura lieu en ce lieu un marathon de chant qui devrait durer toute la (longue) journée.


Arrêt suivant, le palais du gouvernement, qui abrite également le parlement. La plupart des membres du gouvernement (chef compris), ainsi que des parlementaires, sont des femmes, ce qui est unique en Europe. Aujourd'hui c'est la femme qui fait vivre le foyer, y compris chez Mike!
Il y a également dans le bâtiment une succursale du restaurant Noma, le restaurant le plus étoilé au monde (où il faut réserver 3 mois à l'avance).


Nous continuons notre balade en vélo. Certains ont du mal à suivre, notamment le gars qui a mis son gamin à l'avant du vélo "brouette"(une spécialité d'ici). Nous passons devant la vieille bibliothèque, derrière laquelle une passerelle mène vers la nouvelle bibliothèque moderne, surnommée le Diamant, pour sa couleur noire brillante.


 C'est le moment de s'arrêter pour une pause pipi. Nous sommes arrivés au bord de l'eau. Même s'il y a plein de bâtiments modernes , je trouve que cette partie de la ville est très agréable ...


Quand nous repartons, la pluie commence à tomber... et à bien tomber!
De quoi rafraichir un peu mademoiselle la sirène, mais pour nous ça va plutôt nous faire presser le pas, question de trouver très vite un abri!


 On ne va donc pas s'arrêter devant le Borsen, et on va aller directement s'abriter sous la très belle fresque toute dorée du théâtre national...


Et puis, comme pour exaucer nos prières, le soleil revient et chasse la pluie. Quel taquin ce temps de Juin! Nous reprenons donc nos vélos direction le spot touristique par excellence, le petit port de Myhavn, avec ses voiliers amarrés et ses maisons colorées. Et Mike qui nous parle de... crème glacée (?). Parfois on a du mal à te suivre, Mike...


 Pas loin de là, le château d'AmalienBorg, entouré de douves, et qui contient la résidence de la Reine et celle de son fils. Il paraît que si on vient à 13h30 on peut croiser la reine qui ramène ses petits enfants de l'école... en vélo comme toutes les grand mères de Copenhague!

Au fond de la place, on aperçoit le dôme de l'église Frederik, construite pour ressembler (en plus petite) à la basilique Saint Pierre de Rome.


Pendant que Mike fait son speech, nous sommes un peu dérangés par des gars en bleus qui s'agitent dans le fond: c'est l'heure de la relève de la garde royale. Malgré le costume un peu similaire à ceux des gardes de la Reine britannique, la cérémonie est moins tape-à-l’œil. Pas d'orchestre jouant 'Gode save the queen', et pas besoin de mettre de grosses barrières pour retenir les touristes(il n'y en a pas tant que ça).



Visiter une ville en vélo, ça va quand même plus vite qu'à pied. En quelque coups de pédale nous voilà tout au bout du port, près du petit rocher sur lequel se trouve la petite sirène.
Seule sur son rocher, elle nous regarde de son air triste, nous les hommes qui nous affairons autour d'elle, touristes préoccupés par une seule chose: ramener notre selfie avec la célèbre petite statue en toile de fond.
Il parait que la sculpture était presque inconnue du public avant qu'une chanson ne la rende célèbre dans le monde entier.


Bon, on a du retard, on va un peu tracer pour le retour au magasin, en passant néanmoins par des endroits intéressants: le pont où il passe tellement de vélos qu'il faut faire vraiment gaffe, un resto à hamburger que Mike nous conseille chaleureusement, et un marché couvert où je pense aller déjeuner une fois le tour terminé.


Voilà un voyage qui commence bien, vous ne trouvez pas? On a déjà vu pas mal de choses de la ville, et moi j'ai repéré quelques endroits à visiter plus en détail plus tard. Quand à notre guide, Mike, il est un peu farfelu mais son tour était bien ficelé...
Cet après midi j'abandonne mon vélo... et je chausse mon appareil photo!

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vesterbrö:


Université:
 

Place des jésuites:
 

 Place de l'hôtel de ville:

   

 Palais du gouvernement:

   

Bibliothèque:

   

Théâtre national:

   

Palais royal:

   
Petite sirène:

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire