Music in the sky

samedi 23 avril 2016

Szia, Budapest!

Et oui! Déjà une nouvelle ville! On m'avait dit plein de bonnes choses sur Budapest: que c'était une ville pleine de romantisme, de charme...
Et bin en fait j'en suis revenu... déçu! Je ne sais pas pourquoi. Enfin si je sais: il a plu tout le temps! Pendant tout mon voyage je n'ai dû avoir qu'une heure ou deux de soleil en tout et pour tout! Et pas de la petite pluie qui disparaissait au bout de 10 minutes comme à Copenhague: de la vilaine pluie froide qui vous fatigue et vous donne envie de ne pas mettre le nez dehors!



Bon j'exagère un peu, mais je crois que c'est le mauvais temps qui a faussé l'image que je pouvais avoir de la ville... Parce qu'à bien y réfléchir, en retombant sur le fil de mes photos, j'ai vu et fait plein de choses extraordinaires à Budapest, par exemple tous les bains thermaux dans lesquels je me suis baigné, comme celui de Széchény, qui représente la Hongrie dans le parc Mini-Europe de Bruxelles.
Profiter de bains thermaux dans une capitale européenne, c'est unique ça, non?



Je me rappelle aussi avoir beaucoup marché à Budapest. La ville est séparée en deux par le Danube, avec à sa droite la colline de Buda où se trouve le château qui surplombe la ville, et de l'autre Pest qui est traditionnellement plus populaire. Le fleuve est traversé par des ponts monumentaux et il y a des choses à voir de chaque côté... de quoi crapahuter pas mal.


  • Dates du voyage: du 10 au 15 Septembre 2014 (4 jours 1/2). D’après ce que j'ai vu c'est pourtant une bonne période, avec 7 jours de pluie en moyenne dans le mois... faut croire que j'ai pas eu de chance!
  • Budget: Eux non plus ne sont pas passés à l'Euro. Un Euro vaut plus de 300 Forint, ce qui veut dire qu'on se retrouve avec un gros paquet de biffetons dans le portefeuille, et l'impression d'être riche...
  • Pour y aller: Air France pour 232€.  Un peu plus de 2h de vol. Arrivé le mercredi soir vers 22h30, j'ai dû repartir le lundi après midi à 15h .
  • Pour se déplacer: Je ne me rappelle pas avoir pris le métro (même si je l'ai pris, forcément). Par contre j'ai pris le tramway et le bus (pas très cher je crois)... et comme d'habitude j'ai marché!

  •  Pour y loger: AirBnb, hébergé par un couple de garçons. Ils étaient très organisés: le transfert était possible pour 20€ depuis l'aéroport et Istvan est donc venu me chercher avec sa voiture et nous avons discuté tout le long du voyage, avec des conseils sur des lieux à visiter, notamment un fameux marché couvert que je n'avais pas alors l'intention de voir mais qui s'avèrera être un lieu à ne pas manquer...


Ils étaient même un peu trop organisés: on voit que la location de son appartement via AirBnb peut être une bonne source de revenu (surtout pour un pays comme la Hongrie), car sur les 2 chambres de leur appartement 3 pièces, les 2 chambres étaient louées! Et les 2 hôtes ne logeaient donc pas sur place (chez des amis ou de la famille?), ce qui à mon avis n'est pas très dans l'esprit du AirBnb.
Quand à mes voisins d'appartement je ne les ai pas beaucoup vu non plus, étant moi même toujours en vadrouille... 



Ce qui m'a épaté dans ce logement, c'est d'abord l'immeuble. De devant on se dit déjà qu'il n'est plus tout jeune, et l'intérieur c'est pire: le vestibule fait penser à un vieux film de gangster, l'ascenseur grillagé avec sa porte qu'il faut tirer bien fort paraît d'un autre age, et un coup d’œil sur la cour et on a vraiment l'impression d'être dans un vieux HLM un peu vétuste.


C'est d'ailleurs certainement un ancien immeuble ouvrier de l'ère communiste...
Mais alors, on est surpris quand on franchit la porte de l'appartement de se trouver devant une cuisine design, et la petite salle de bain pareil...

 
C'est le paradoxe de Budapest je crois: en me baladant un peu dans la ville j'ai pu apercevoir pas mal d'immeubles presque en ruine, mais à travers les fenêtres on voyait que les gens qui y vivaient n'étaient pas si pauvre que ça. C'est vrai que ça coute cher d'entretenir un immeuble...

 
Et la chambre aussi est pas mal: lumineuse, avec un bon lit douillet... et le wifi!
Sur la table, il y avait plein de prospectus touristiques, et même un plan en français.

 
Le seul hic: l'immeuble se trouve un peu loin du centre touristique. Istvan a eu la bonne idée de me montrer le chemin à prendre pour y aller à pied, en 45 minutes quand même. Pourtant je l'ai fait plusieurs fois, notamment pour revenir car je rentrais généralement après la fermeture du métro...


Bon... voilà on va dire que la nuit s'est bien passée, que c'est le matin et qu'une nouvelle journée va commencer! J'ouvre les stores et puis... oh lala quel temps pourri!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire