Music in the sky

samedi 29 juillet 2017

Helsinki - Jour 2 - Partie 1 - La ville fantôme

Dur dur le réveil! Enfin bon me voilà levé et prêt à partir.
C'est Samedi et il est presque 9h. Je mets le pied dehors et alors là... le désert...
Ils sont où les gens?


Et oui, comme je l'avais lu sur internet avant de venir, pour la Saint Juhannus - qui est aussi la fête nationale - les rues de la capitale sont désertes: les habitants sont tous partis en famille dans leur maison de campagne...
Et comme cette année la Saint Jean tombe un Vendredi, la ville sera carrément vide jusqu'au Dimanche. Musées fermés, restaurants fermés, magasins fermés, le marché couvert d'Hakaniemi fermé. Même le métro n'ouvre qu'à partir de 11h!
Mais qu'est ce que je vais bien pouvoir faire aujourd'hui?
Bon on va commencer par prendre un tramway...


En centre ville, du côté de la gare centrale, il n'y a pas vraiment plus de monde. Je commence
par errer un peu dans les rues d'Helsinki.
Premier objectif: la piscine Yrjönkatu. Il s'agit de la plus ancienne et première piscine publique du pays, datant de 1928, dans laquelle on a la particularité de se baigner... nu!
Chose que je ne risque pas de faire aujourd'hui puisque la piscine est fermé de... Mai à Septembre.


Donc voilà ça c'est réglé.  La photo de l'entrée de la piscine (ci-dessus)n'est pas non plus exceptionnelle.
Par contre en face il y a la tour de l’hôtel Torni, construite également en 1928 et où j'ai prévu d'aller dans les jours qui viennent, histoire d'avoir une vue d'ensemble de la ville, d'en haut...



Objectif n° 2: le petit déjeuner. Là je vais avoir du mal à trouver un restaurant car tout est fermé.
Vous voyez ce bâtiment en bois de forme cylindrique? Et bien c'est une église. Mais ce sera pour plus tard... pour l'instant on cherche un endroit pour manger, on a dit!



Je commence à désespérer un peu. Le centre commercial en face de la gare centrale est fermé, mais par contre le Mac'Do est ouvert. Quand on n'a pas le choix...
Les autres clients sont déjà au hamburger frites, moi ce sera plus sucré quand même.
Puisque pour l'instant tout est fermé, je prends mon temps et je tente de mettre à jour mon planning de la journée...
Inutile d'imaginer aller visiter le musée Ateneum, qu'on aperçoit en face de la gare centrale, car  il est fermé, et pas à cause de la fête nationale, mais parce qu'il est en travaux!


Mais il faut bien repartir à un moment. Je passe par la gare centrale où il y a un peu plus de monde, des cartes postales et de quoi grignoter...
Et puis je me retrouve dans les rues vides de la capitale, allant en direction de l'avenue d'Esplanadi. Deux musiciens des rues jouent du xylophone et attirent le peu de touristes qui comme moi errent dans le quartier.


La rue Aleksanterinkatu est pleine de grands magasins, qui d'habitude sont pleins de consommateurs le samedi, mais après tout l'absence de la foule permet de mieux observer les bâtiments et leur décoration...


Il y a plein de styles différents, parfois plus massifs, d'autres plus élégants...


J'entre sous un porche qui mène à une cour ombragée et en levant les yeux je découvre cette jolie fresque aux airs de palais italien. Parfois on aimerait avoir un guide touristique pour nous expliquer les choses...


Nous voici enfin arrivés à l'Esplanadi, cette avenue avec sa promenade au milieu, par laquelle j'étais revenu la veille.
Il commence à y avoir un peu plus de monde...


Depuis 1812, cette avenue est l'une des préférée des helsinkien qui viennent s'y reposer ou se balader.
Une dame me demande de la prendre en photo avec un appareil jetable devant la statue de Runeberg... ça existe encore les appareils jetables?


Je crois bien que depuis hier c'est toujours la même mouette qui fait le guet sur la tête de ce pauvre Johan Ludwig, le poète national de la Finlande. Elles ne respectent vraiment rien ces bestioles!

Oui c'est à toi que je parle la mouette!
 

Nous allons continuer notre chemin... Tout au bout de l'Esplanadi, c'est le port. Il y aura peut être plus d'animations?

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Kallio:

Centre ville:




Aleksanterinkatu:

 Esplanadi:

samedi 22 juillet 2017

Helsinki - Jour 1 - Partie 3 - Les feux de la Saint Jean

Voilà donc notre soirée qui continue avec un grand feu de joie!
Moi je m'imaginais que l'on attendait qu'il fasse nuit noire pour allumer les buchers de la Saint Jean, mais c'est vrai que nous sommes le 19 Juillet, c'est le solstice d'été et le soleil de minuit en Finlande donc nous aurons forcément de la luminosité, comme en plein jour!



Mais c'est quand même beau!
Il y a la foule pour l'allumage du feu des enfants. Je ne verrais pas l'allumage de près mais je vais finalement trouver un endroit juste en face pour pouvoir prendre des photos avec mon zoom... 


Pour les feux des enfants, il y a 4 petits talus de formes différentes...
Le solstice d'été est fêté depuis la nuit des temps. C'était une tradition païenne qui fut récupérée par les chrétiens pour fêter la naissance de Saint Jean Baptiste. Et l'on allumait de grands buchers le soir de la Saint Jean, y compris à Paris où c'était le roi qui allumait le feu lui même...


Je laisse les spectateurs à leurs occupations pyromanes et je décide de continuer ma visite de l'ile et des différentes édifices du musée : cabanes, moulin, etc...



J'en profite pour passer au restaurant pour un chocolat chaud et une brioche à la cannelle, histoire de me donner des forces pour le reste de la soirée...


Mais retournons dans le feu de l'action!
Je trouve un chemin pour accéder au deuxième point d'allumage, en face de 2 buchers (un petit et un gros) qui sont les suivants sur la liste.


Il y a moins de monde ici car la foule est restée de l'autre côté, en face, où les feux de joie des enfants sont en train de s'éteindre...
Et au milieu, sur une petite ile artificielle, le bucher le plus volumineux, qui sera allumé en dernier.



Les pompiers arrivent et se préparent. Ce sont eux qui sont en charge d'allumer les feux, et nous nous n'avons pas le droit d'approcher, une question de sécurité.


Et quand le  feu commencera à bien flamber, on comprendra pourquoi on ne peut s'approcher, car même à quelques mètres, la chaleur est intense...

Chaque feu semble être différent, à la fois dans sa forme et dans les morceaux de bois utilisés: branches quelconques ou épines de pin...




Ça y est, ça flambe...
C'est bizarre, tout le monde regarde ces feux comme si c'était un feu d'artifice alors que ça va finalement très doucement...



Dans la baie il y a plein de bateaux qui se sont également amarrés pour observer les feux. Il y a même une famille venue avec leur petite barque, et un groupe de kayakistes...


C'est le moment d'allumer le gros bucher en face de nous.
A côté de moi, un jeune homme s'est installé avec un trépied et règle consciencieusement son appareil. Il y a une très belle luminosité en cette fin de journée.


On est à 5 mètres et on sent bien la chaleur du feu, qui devient de plus en plus forte...


Une longue barque se dirige vers le bucher qui se trouve au milieu de l'eau. C'est le feu de joie des mariés, et le jeune couple qui va allumer la flamme sous nos yeux vient juste d'être uni dans l'église qui se trouve dans le musée de l'ile.


Ce feu ci, fait de branches de sapin vertes, s'enflamme et se consume très vite, avec de grandes gerbes de flammes dans le ciel.


Cette fois ci tous les feux ont été allumés, et les gens commencent à partir, petit à petit...
Pourtant la soirée n'est pas encore terminée!
Et les feux brulent encore...



Le ciel est tout clair et une couleur orangée de coucher de soleil envahit la baie.
De quoi faire de superbes photos...


Je finis quand même par rejoindre la piste de danse, où l'ambiance bat son plein, et pas seulement sur de la musique traditionnelle.


Les musiciens s'arrêtent, et on annonce officiellement que l'on va organiser une "polonaise", et que chacun est invité à les rejoindre sur la piste.
C'est une danse un peu spéciale, mais que je vais trouver géniale: les couples se tiennent par la main en file indienne, et les organisateurs du groupe folklorique les dirigent, leur indiquant une direction.
En accompagnement musical, une clarinette et un accordéon jouent des airs connus et entrainants, parmi lesquels je reconnais Angrybird, Rasputin, Star Wars...


Les groupes font le tour du public, vont au bout de la piste puis les couples sont coupés pour se rejoindre en  2 files qui se rejoignent au bout de la piste et sont "collés" en file de 4, 8,... puis en étoile, et en tourniquet et tout ça finit par un amas de danseurs se tenant par la main et le cercle se resserre et tourne, tourne...
Je ne sais pas si j'arrive à bien expliquer ça...



En tout cas, ça a duré au moins 15 minutes et les danseurs se sont bien amusés. Il doit bien y avoir 200 personnes sur la piste!



C'est 23h30 à peine, mais il est temps pour moi de rentrer.
Finalement j'ai passé une très bonne soirée à Seurasaari. Ça a un peu rattrapé cette journée où je n'ai pas arrêté de galérer.
J'ai surtout aimé l'ambiance très bon enfant des festivités et des attractions. Ça valait bien le coup de venir en Finlande à cette époque là pour voir ça, car ça donne une image différente du pays et de ses gens...


Le Bus 245 me ramène en ville  et me laisse je ne sais où mais en tout cas pas loin de la gare centrale.
Enfin j'espère... je sors mon plan de ma poche.
Ça va je suis sur l'avenue qui s'appelle Esplanadi, et il suffit d'aller tout au bout de la promenade arborée pour arriver sur le port...


Il est beau de nuit le port, avec ses monuments illuminés. Là ce bâtiment blanc c'est la cathédrale Uspenski que nous visiterons demain.


Vide, le port respire le calme...
Je pense que je tenterais d'y revenir en soirée dans les jours qui viennent, car il doit être très photogénique au soleil couchant.


J'ai encore de la marche avant d'arriver à la maison...
Mais je ne peux pas me perdre: le quartier où se trouve l'appartement se situe tout en bas de l'église Kallion, qu'on aperçoit à l'horizon sur la photo ci-dessous.


Les rues sont vraiment désertes, et me voilà arrivé vers minuit passé.
Caroline dort donc pas de bruit, et tachons d’empêcher les deux chats curieux de rentrer dans ma chambre pour fouiller dans mes valises...



Il faut encore que je réfléchisse au programme de demain... on n'est pas couchés!

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Feux des enfants:

 Maisons:
 Feux:
 Danses:

 Helsinki: