samedi 16 juin 2018

Athènes - Jour 2 - Partie 2 - Manger des pierres et des fruits

Nous quittons donc l'Acropole et nous voilà sur la promenade de Dionysos. En fait nous faisons le chemin inverse qu'empruntait le cortège des Panathénées quand ils allaient à l'Acropole rendre hommage aux Dieux... Je me demande si ils avaient autant chaud que nous, qui tentons de nous protéger du soleil en cherchant tant bien que mal un peu d'ombre.


On va certainement trouver de l'ombre dans le musée de l'Acropole qui se trouve sur notre chemin, et que nous allons maintenant visiter. Il a été construit en 2009 pour abriter les objets archéologiques trouvés dans l'Acropole.


Comme souvent dans les villes très anciennes comme Athènes, en creusant les fondations du musée ils ont découvert des ruines archéologiques qu'ils ont gardées intactes et intégrées au bâtiment. On aperçoit des rues, des maisons, des escaliers, des fours...


Le billet d'entrée est à 5€ mais ... aujourd'hui ils ferment exceptionnellement à 15h (à cause des fêtes de Pâques)! Il nous reste donc... 1h45 pour tout visiter! Et en plus on a prévu de déjeuner avant dans le restaurant du musée! Relèverons nous le défi?
On monte donc direct au restaurant, de la terrasse duquel on a une belle vue sur l'Acropole.


Mais nous nous allons plutôt nous installer à l'intérieur, où il y a la climatisation. Un peu de fraîcheur...
On a de la chance le service est rapide. Pour ma part, ce sera des pois chiche avec du porc fumé (c'est quand même plus typique que des spaghettis bolognaise vous ne trouvez pas?). Et pour finir mon premier café grec du voyage: oui celui qui laisse un genre de boue noire au fond de la tasse. Je pense que ce ne sera pas le dernier...


Bon allez 14h vite vite! Normalement les photos sont interdites dans le musée, mais on ne me le fera remarquer que plus tard dans la visite. Alors, pour l'instant, comme je n'ai pas vu les écriteaux...


Nous allons commencer par le dernier étage avec les reproductions miniatures des frontons du Parthénon: la naissance d'Athéna et là on reconnait bien la scène qui l'opposa à Jupiter et où elle offrit l'olivier en cadeau aux Athéniens.


Le musée fut construit dans l'espoir d'y héberger les frises du Parthénon, qui sont - comme chacun le sait - gardées jalousement par les britanniques. La salle est bien là, mais ce sont des reproductions qui ornent le mur que la salle entoure...


Je reconnais quelques unes des scènes représentées et que j'avais vues 4 mois plus tôt au British Museum. Et n'en déplaise aux Rosbifs, je préfère cette muséographie, moins sombre et éclairée par la lumière du jour...


Sur les légendes ils ont écrit dans quel musée se trouve la pièce originale. Tiens? Celle-ci se trouve au Louvre...


On a aussi de cette salle une très belle vue sur le vrai Acropole à travers les persiennes des grandes baies vitrées...


On n'a pas le temps de lire les explications détaillées mais je sais déjà que les 160 m de frises représentent le conflit entre dieux et centaures...


... et au dessous la procession des Panathénées avec musiciens, cavaliers, animaux et offrandes...


Je me demande si quand ils auront fini la réfection du Parthénon il ressemblera à ça.


A l'étage au dessous se trouvent les fameuses statues "archaïques", et c'est à ce moment que l'on me fera remarquer que les photos sont interdites, alors je ne vous les montrerais pas (on en verra au musée d'Archéologie), mais tout ce que je peux vous dire c'est que le style est un peu différent des statues actuelles du Parthénon.


D'après les explications, je comprends que dans l'Antiquité, suite à un conflit avec les Perses, l'Acropole a été ravagé et les grecs ont alors décidé de le reconstruire entièrement à la mode de l'époque (dans le style que nous lui connaissons actuellement).
Les anciennes statues ont été alors enterrées autour de l'Acropole, pour être redécouvertes et exposées ici.


Bon nombre ont encore leurs couleurs d'origine et j'aimerais bien avoir plus de temps pour pouvoir les admirer mais je sens l'étau des gardiens qui se resserre peu à peu sur moi et me dirige vers la sortie.
J'ai juste le temps de prendre quelques photos des Caryatides du temple d'Erechtéion de ce matin, et cette fois ce sont les vraies, pas des copies...


L'architecture du musée a gagné un prix de l'Union Européenne, et c'est vrai que les espaces sont larges et laissent la place aux œuvres, illuminées par la lumière naturelle du jour.
Bon , cette fois ci c'est fini je me dirige vers la sortie où je retrouve les deux autres...



Un petit tour par la boutique du musée, et puis aussi quelques photos des intéressantes maquettes représentant l'évolution de l'Acropole au fil des siècles. Au moyen age, le rocher était surmonté de tours défensives crénelées...


Une fois dehors, nous continuons notre promenade en contournant une fois de plus l'Acropole, mais nous allons maintenant changer de quartier. La promenade Dionysos contourne le rocher et mène vers les quartiers de Philopappos et Thisio...


Et on s'aperçoit qu'en fait à Athènes il y a des ruines antiques un peu partout. A droite le sol d'une maison antique avec son carrelage en mosaïque presque intact...



A gauche la grotte dite 'Sanctuaire de Pan' et où l'on honorait le petit dieux aux pattes fourchues.


Sur le chemin il y a plein de vendeurs de rue avec leurs étalages, et une vieille dame qui essaie de vendre sa nappe blanche faite à la main. On longe le quartier du Thisio, avec ses bars avec terrasse sur le toit, et un cinéma en plein air qui ne joue pas de films intéressants..


La rue s'appelle maintenant Ernou. D'ailleurs la plupart des noms de rue ici se terminent en -ou, et nous donnent envie d'y aller faire un tour.
Les ruines de Keramikos sont également fermées à 15h aujourd'hui... Pourtant j'avais vérifié sur internet avant de venir, mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises, avec ces grecs!


Nous décidons de changer de plan et de tracer jusqu'à Gazi... haut lieu de la vie nocturne d'après mon guide. On aperçoit les cheminées de l'ancienne usine à gaz (une vraie), transformée en musée/centre culturel/bar, etc...


Encore une grande fresque toute colorée... sur un genre de hangar industriel.


L'enceinte de Technopolis (c'est comme ça que s'appelle le centre culturel de l'ancienne usine) est bien vide: les bars ne sont pas encore ouverts à cette heure-ci et les halls d'exposition aussi. Il y a juste quelques enfants qui s'amusent dans le parc...


Bon alors là on ne sait plus quoi faire... Si on allait voir les étals du marché central? Mais je vous averti il va falloir marcher ce n'est pas la porte à côté!


On traverse le quartier qu'on pourrait appeler Chinatown: des immeubles un peu pourris pleins de cartons et des magasins semi-grossistes avec des enseignes écrites en chinois...



Puis quelques magasins d'épices et salons de coiffure nous indiquent que la communauté bangladeshi ou pakistanaise a aussi investi les lieux...


Certains immeubles du quartier semblent complètement abandonnés, et d'autres juste à côté sont refaits à neuf et ont même du charme, avec des balcons plein de plantes colorées...



Voilà enfin la place du marché central d'Athènes et sous la halle de pierre, le marché aux viandes...


C'est la fin de journée et les bouchers nettoient les sols à grand coup de jets d'eau... attention ça glisse!


Plein de barbaque partout avec des abats dégoulinants... c'est pas très ragoutant!


Des touristes japonais se font photographier devant les étals... on est quand même un peu cons nous les touristes!


Bon, on ne va pas rester trop longtemps dans les parages (beurk)... Il y a aussi un marché aux poissons dans cette halle mais on ne le trouve pas, alors on décide de sortir pour aller sur la petite place en face où se vendent les fruits et légumes.


Les prix sont vraiment bas comparés à ceux pratiqués en France.


Alors comme spécialité il y a bien sûr les olives: de toutes sortes, vertes, noires, grosses ou petites, salées ou pimentées...


Et il y a aussi des piments bien rouges!


Je crois qu'on en a fini pour cet après midi. Nous nous arrêtons un instant dans un snack pour un nouveau café, mais cette fois-ci "frappé", c'est à dire glacé. Mine de rien, ça vous donne un bon coup de fouet pour continuer la journée!


Après maintes réflexions philosophiques (enfin... ça parlait surtout foot et ciné), nous repartons en direction de la place Monastiraki pour débuter officiellement notre soirée.
Mais moi, sur le chemin, je suis interpellé par une drôle de petite pâtisserie spécialisée dans les petits gâteaux... et spécialement dans les "macarons".


Mmmm il a l'air bon mon macaron à la rose, n'est ce pas?
Comme le dit mon bracelet: I love Athens!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire