samedi 30 juin 2018

Jour 2 - Partie 3 - Résurrection!

C'est le début de soirée qui s'installe peu à peu sur Athènes.
La place Monastiraki est la place la plus centrale du centre ville... et la plus touristique certainement.
On a une belle vue sur l'Acropole, il y a une station de métro et c'est l'endroit parfait pour se donner rendez vous avant de décider de quel côté de la ville on va finir la soirée...


Il y a donc toujours de l'agitation sur cette place, et particulièrement ce soir: de jeunes américains font une chorégraphie, il y a tout un tas de type qui tentent de vous attirer et de vous vendre je ne sais quoi.
Moi je me fais aborder par Gégé, un black qui m'enroule un bracelet de tissus autour du poignet et sans se démonter me demande 3€. Il me raconte qu'il joue du Reggae tous les soirs dans le club du coin et m'invite à aller le voir un de ces soirs...
Ils sont où Fred et Pierre André? 


Dans un coin de la place figure l'un des rares vestiges de l'occupation ottomane de la ville: les anciens bains turcs du XVIIème siècle. Il parait qu'ils fonctionnent encore en tant que Hammam mais ils semblent tout à fait fermés pour travaux en ce moment...


Depuis la place partent également tout un tas de rues pleines de magasins pour touristes (un genre de 'souk' en quelque sorte). Mais il y en a pas mal qui sont fermés! La vie semble un peu s'arrêter pendant les fêtes de Pâques à Athènes...


On trouve quand même quelques cartes postales ainsi que mon porte clés. Et oui... je fais la collection des portes clés de chaque capitale européenne, et celui d'Athènes représente un genre d’œil bleu. On voit cet œil un petit peu partout ici, je crois que c'est un porte bonheur ou quelque chose comme ça. Par contre je ne l'ai pas photographié...


Je remarque aussi ce magasin, le Bouzouki shop! Le Bouzouki est un instrument de musique traditionnel utilisé pour accompagner le Rebetiko,  un style musical typique et encore très populaire en Grèce. Le son du Bouzouki c'est un peu comme...vous connaissez la danse de Zorba le Grec? Bin voilà c'est ça.


Un petit détour au supermarché (toujours le même) pour se ravitailler en brioche. Heu.. non: ça ce ne sont pas des brioches, ce sont des .... je sais pas!


Un petit détour par l'appartement et nous revoilà repartis sur les pentes de la colline de Plaka, à la recherche d'un restaurant conseillé par mon guide et qui s'appelle "Platanos"... mais qui s'avère être fermé ce soir.
Bah! Après tout nous n'avons que l'embarras du choix: il y a plein de restaurants à touristes avec des rabatteurs très persuasifs. Surtout dans ces jolies rues en pente, avec les tables débordant sur la rue...


Moi, j'aimerais goûter à la soupe traditionnelle de Pâques, la soupe Magiritsa, et justement voilà un restaurant qui l'a à son menu.
Assis en terrasse, mes deux compères sirotent leur immense verre d'Ouzo (assez fort apparemment) en attendant nos plats qui tardent à arriver... Ah! Enfin les voilà!
Je goutte une cuillère de soupe, deux cuillères de soupes... c'est une soupe aux rognons d'agneau et franchement c'est... beurk! Même en me forçant, impossible d'en avaler plus. Et pourtant j'ai faim: j'essaie de me bourrer de pain subtilisé aux délicieux souvlakis de Frédéric et Pierre André.
Je commanderais bien un autre plats, mais étant donné le temps qu'ils ont mis à nous servir, on risque de passer notre soirée ici...
Magiritsa 1 - Eric 0.


Dans la rue, on commence à voir passer plein de gens avec à la main des petites lanternes et des bougies éteintes. Il doit y avoir une église pas loin.
Car ce soir aussi c'est jour de fête en Grèce orthodoxe: hier c'était l'épiphanie (l'enterrement du Christ), aujourd'hui c'est la résurrection!


Allons jeter un coup d’œil en haut de la rue... C'est plein de gens qui semblent tous se rendre vers cette petit église cachée au fond d'une cour.


Chacun fait la queue pour déposer son petit cierge dans l'encensoir, et moi aussi j'ai envie de participer...


Je me suis renseigné depuis: cette église s'appelle Agio Anargyroi. Le feu sacré qui y brûle pour les fêtes de Pâques est apporté chaque année par avion depuis Jérusalem... enfin c'est ce que j'ai lu!



J'essaie de prendre quelques photos de l'intérieur mais c'est assez sombre et je ne crois pas que je verrais le feu de Jérusalem.
Nous décidons comme prévu de redescendre sur la place de la cathédrale pour assister au reste des festivités...


Pierre André est un peu dans les vaps à cause du grand verre d'Ouzo qu'il s'est enfilé tout à l'heure. On va marcher ça va faire évaporer l'alcool! Quant à moi, un frozen yogourt m'aidera peut être aussi à faire disparaître ce goût de foie d'agneau que j'ai au bout de la langue...


Nous voilà sur la place de la cathédrale de Plaka, où la foule s'amasse en attendant que la messe se termine dans la petite église qui jouxte la cathédrale. Une fillette passe et repasse en tentant de nous vendre des cierges.
Pour l'instant tous les cierges autour de nous sont éteints...


On entend des pétards, et les cloches sonnent enfin: 23h30. C'est le moment pour le pope (le même que celui de la veille) de sortir de l'église et de prononcer ces mots: "Christo Anesti". Jésus est ressuscité.


De la bougie qu'il tient dans les mains, il allume les bougies des autres adeptes sur son passage, qui eux aussi font de même avec leurs voisins...


De bougie en bougie, tout s'allume petit à petit autour de nous, comme une pluie d'étoiles dans les yeux de tous ces visages réjouis...


Les chants liturgiques commencent, dans la joie et l'allégresse (c'est comme ça qu'on dit, même si je ne sais pas ce que c'est l'allégresse... et vous?).


Pâques est une fête religieuse presque aussi importante en Grèce que ne l'est Noël chez nous: Chaque enfant reçoit un cierge de son parrain ou de sa marraine et doit l'apporter pour l'allumer à l'église le soir de Pâques. Et à cette période de l'année tous les magasins vendent des cierges customisés pour les enfants... accompagnés d'un jouet.


L'ambiance est plutôt bon enfant, et moi je ne me lasse pas de prendre en photo ces bougies illuminées...



Mais c'est le moment de rentrer à la maison, et nous croisons plein de familles qui font de même, les enfants serrant précieusement dans leurs mains les bougies qu'ils garderont en souvenir...


Je trouve ça très sympathique cette tradition de fête des lumières, c'est bête que cela n'existe pas dans le catholicisme romain.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire