samedi 3 novembre 2018

Vilnius - Jour 2 - Partie 3 - Le château rouge

La journée n'est pas encore terminée! Nous allons maintenant continuer à longer les bords du lac Trakai avec un soleil de moins en moins timide, et une belle journée de balade... Et puis tout à coup, juste en face sur son île, la voici, la star du coin: le château de Trakai.


Un château fait de brique, dont la couleur éclate au milieu de l'eau du lac. Il s'agit du seul château de l'Europe de l'Est construit sur une île, et ce serait à cause de la lubie d'une duchesse: on dit que la femme du grand Duc Kestutis, qui n'appréciait pas la vie dans le vieux château (où nous étions ce matin), demanda à son mari qu'il lui construise un château au milieu de l'eau, loin du tumulte du village...


Les magasins et étals de souvenirs (malins...) se sont justement installés là, sur la jetée, là où les touristes viennent pour prendre la jolie photo que j'ai faite juste au dessus, avec le château en face. Alors comme souvenir de Lituanie, vous pouvez ramener... des chemises en lin, ou bien encore du miel, ou encore... de l'ambre. On en trouve un peu partout...


Je continue encore un peu afin d'avoir une meilleure vue sur le château et prendre en photo Schmulmul (scotché pour ne pas qu'il soit emporté par le vent). Juste à côté, il y a aussi une bande de jeunes qui se prennent en photo habillés en personnages de Manga... Du coup je me sens moins ridicule à prendre mon petit ami en photo.


C'est le moment de se diriger enfin vers le château. On traverse un premier pont pour accéder à une première île. Sur le chemin, 2 jeunes accordéonistes divertissent les passants, et je crois d'ailleurs reconnaître un des airs d'Amélie Poulain... coïncidence fortuite.



Il y a plein de groupes de touristes à l'entrée du château: des coréens, des allemands et même des français. C'est l'un des lieux les plus visités du pays.


Il fait chaud et je commence à fatiguer un peu. Je piquerais bien une tête dans le lac pour me rafraichir mais je n'ai pas de maillot de bain... pourquoi n'y ai je pas pensé?


Je commence par faire le tour du château de l'extérieur puis je paie le ticket d'entrée. Nous sommes dans les casemates où d'habitude il y a des animations mais là les arquebusiers, ferronniers, danseuses, bourreaux... sont au festival médiéval de l'autre château.


Les salles des gardes des casemates ont été transformées en salles d'exposition pour un petit musée d'Histoire, en plusieurs parties.


Tout d'abord, des icônes et statuettes évoquant la figure de Saint Georges, patron des soldats et terrassant le dragon sur son cheval ...


Puis une salle où l'on a tenté de reconstituer la chambre du Grand Duc, avec son tableau de chasse préféré...


Et puis une très intéressante collection de pipes en tout genre, toujours sculptées avec raffinement.
Certaines pièces sont de vrais objets d'art... ça donne envie de fumer!


Et puis il y a plein d'autres objets divers: bronzes, verre, boites de tabac à prise, etc...
Pas mal, cette exposition, en fait.


Il faut ensuite traverser le pont levis pour accéder au grand château. Jadis le niveau du lac de Trakai était plus haut ce qui fait que les douves sous nos pieds étaient vraiment remplies d'eau.
Construit donc à la fin du XIVème siècle par le grand duc Kestutis, il servit d'abord de résidence royale, puis quand la capitale fut transférée à Vilnius il servit de résidence d'été.


La cour intérieure du château, sombre et étroite, nous impressionne déjà. C'est dans cette grande tour en haut que vivaient les seigneurs féodaux. Ça manque de fenêtres mais bon au moyen age, c'était comme ça!


On s'imagine la vie que pouvait avoir les gens d'ici, circulant sur les balustrades.
Au XVIème siècle le château fut même transformé en prison, et là aussi, on imagine bien le tableau.
Je laisse passer les groupes de touristes et leur guide devant, et je finis par monter à l'étage pour voir ce qui s'y cache...


Il y a d'abord une salle dédiée aux cartes et aux livres de géographie décrivant la Lituanie de l'époque. Le premier livre décrivant les frontières du pays est d'ailleurs un livre écrit en français...


Des mannequins évoquent la cour volvoïde, une cour de justice médiévale qui siégeait ici même.


Le type dans ce tableau semble nous suivre du regard: il s'agit de la photo en relief 3D d'un des archéologues qui a étudié et reconstruit le château. Le château était en effet en ruine depuis le 17ème siècle, endommagé lors d'une guerre contre les russes. Après plusieurs tentatives, on vota officiellement en 1962 la rénovation définitive.


D'ailleurs on peut voir à quoi il ressemblait en 1902 sur cette photo, quand les premières tentatives de reconstruction eurent lieu. Y'avait du boulot!
La reconstruction ne prit fin qu'en 1987. Oui en effet y'avait du boulot.


Il y a aussi une salle dédiée aux deux minorités ethniques historiques du pays: Tous d'abord les karaïtes (dont on a parlé plus tôt), ces juifs ramenés de Crimée auxquels le grand Duc avait donné des privilèges spéciaux. Il n'en resterait plus que 260 dans tout le pays de nos jours.


Et il y a aussi les Tartares musulmans, eux aussi ramenés de batailles par les grands ducs. Pendant longtemps ils étaient utilisés dans l'armée car ils étaient de bon combattants. Il y aurait plus de 1000 de leurs descendants à l'heure actuelle en Lituanie.


La dernière salle d'exposition du château - en sous sol - est consacrée à une collection de pièces de monnaie anciennes.


Je suis un peu crevé par toutes ces visites.
Cette journée est chargée... chargée en découvertes. Je fais un tour dans la boutique de souvenir et je sors enfin du château.


C'est le moment d'un peu se reposer avant de repartir (car la journée n'est pas finie). Je flâne dans les magasins de souvenir et achète une serviette de cuisine en lin, puis je m’assoie en face du château en sirotant un thé glacé au goût de vin chaud (original et très bon).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire