samedi 9 février 2019

Luxembourg - Jour 2 - Partie 1 - L'Europe sur un plateau

Ce matin commence avec un réveil tout en douceur... à 8h quand même. Je suis d'humeur tête en l'air en plus: je sors dans la rue en oubliant mon appareil photo, puis je remonte à l'appartement et me change pour mettre un pantalon car il fait vraiment trop froid .


Comme d'habitude, je prend mon premier repas à la petite boulangerie de la place de Paris en dégustant un Streisel, un genre de brioche avec de la pâte brisée par dessus. Très bon.



Les nuages et le froid ne vont pas remettre en question mon programme, enfin j'espère. Je vais comme prévu louer un vélo, ou plutôt un Veloh - le vélib d'ici -à la borne juste en face. C'est facile à réserver: 1€ avec la carte bancaire puis les 30 premières minutes sont gratuites.


Néanmoins je ne me sens pas très à l'aise en bicyclette dans la ville: trottoir ou chaussée? En plus, pour traverser la vieille ville, ça grimpe quand même un peu. Alors si en plus de ça je tente de prendre des photos en conduisant...


Je me dirige un peu au pif... ma route doit passer par des quartiers résidentiels et s'éloigner donc un peu du centre historique.


Il y a des travaux un peu partout, et d'ailleurs l'accès au pont Grand-Duchesse Charlotte est lui aussi barré et il faut faire un détour par le trottoir d'en face...
Mais de l'autre côté, nous voilà sur le plateau de Kirchberg, le quartier des institutions européennes!


Me voici donc parmi les grands édifices modernes des 'portes de l'Europe'. Je décide de laisser mon véloh à la première borne rencontrée, c'est à dire celle qui se trouve devant la banque européenne. Je vais pour prendre en photo la statue de chaise devant le bâtiment quand le gardien me fait comprendre que les photos sont interdites. Tant pis!


Je suis un peu crevé de mon escapade à vélo mais je continue à pied en direction de la place de l'Europe. Il y a là aussi des travaux (pour le futur tramway je crois). C'est le début de la grande série de photos de buildings avec pour commencer les deux tours dorées de la cour de justice européenne.


Juste en face il y a la Philarmonie conçue en 2005 par Christian de Portzamparc. Elle est elle aussi fermée pour travaux. Dommage car ça doit être aussi très beau de l'intérieur.


La salle de forme elliptique est entourée de 823 colonnes de 30 centimètres de diamètre qui filtrent la lumière...


La place de l'Europe est vide, désolée... Je m'attendais à plus de vie, de restaurants et de magasins. Mais non apparemment ce quartier ne possède que des grandes tours où l'on travaille. Il y a le conseil des ministres de l'union européenne, le centre européen de conférences et des congrès... Tout ça bien sûr ne se visite pas.


Au moins l'endroit est entouré de forêts où l'on peut se balader. Mais il y a quand même d'autres choses à voir dans le coin...


Le musée du MUDAM par exemple, musée d'Art moderne construit par l'architecte Leoh Ming Pei. Mais ce sera pour plus tard... pour l'instant nous allons le contourner.


Car juste derrière il y a le fort Thüngen, ancien fort de défense du 18ème siècle, superbe avec ses 3 tours surmontées d'un gland doré. Sur cette photo, les verrières du MUDAM derrière semblent prolonger et copier les tours du fort, comme si le présent s'inspirait du passé.


Et en face du fort Thüngen il y a des casemates encore intactes, qu'on va se faire un plaisir de visiter...


Ces larges trous permettaient de piéger les armées ennemis qui devaient les traverser pour atteindre le fort et se trouvaient ainsi à découvert. C'est quand même un sacré ouvrage... et construit par un français: le célèbre Vauban, génie militaire du 17ème siècle.


On peut grimper sur les mottes, jeter un œil à travers les tourelles et passer dans les tunnels qui relient les fortifications. Je croise une famille de coréens qui passent leur temps à se prendre en photo...


Et au bout bien sûr, on aperçoit le rocher de Luxembourg, de l'autre côté de la vallée...



On a d'ici une belle vue sur la vieille ville, qui n'est pas si éloignée que ça. En empruntant une partie du circuit Vauban on peut en 30 minutes se retrouver juste en face, sur les casemates du Bock.


Bon, il est temps pour nous de nous cultiver un peu: j'entre dans le fort Thüngen - récemment transformé en musée - pour demander de quoi est composée leur exposition, et je me laisse convaincre par l'employée. Le ticket d'entrée coûte 5€.


En allant au sous sol déposer mon sac au vestiaire, je remarque ce long tunnel souterrain qui visiblement relie le fort aux fortifications.


Après un petit thé, je pénètre dans le musée, dédié à l'histoire de la ville et de ses fortifications. Il n'y a pas vraiment grand monde...


Le musée n'est pas bien grand et j'y passerais à peu près 1 heure. Il y a beaucoup de cartes de la ville et plusieurs maquettes, dont celle-ci qui représente la casemate du Bock, quand elle était encore surmontée par le château, unique point d'entrée de la ville...


Il y a également une salle dédiée à l'occupation Napoléonienne du pays, avec des fusils, un aiglon et une véritable guillotine... faites attention où vous mettez les doigts.


Le premier Grand duc du Luxembourg - Adolphe -  était un militaire de carrière et il possédait d'ailleurs toute une collection d'uniformes des armées dans lesquelles il avait servi, que voici : uniforme russe, autrichien, suédois...


Ces gros plots avaient été posés pour délimiter la frontière entre la Belgique et le Luxembourg... je crois que j'en ai vu un comme ça à l'extérieur. D'ailleurs lors de la création de l'état du Luxembourg (décidée par les grandes nations d'Europe), certains habitants préférèrent s’exiler en Belgique, pensant que l'indépendance n'apporterait que de la misère dans le pays...


 Cette maquette là représente toute la ville de Luxembourg, avant que les fortifications de Vauban ne soient détruites à la fin du 19ème siècle. A cette époque, la neutralité du Luxembourg ayant été reconnue par les états européens, les fortifications de Vauban devinrent alors inutiles. Sur cette photo les casemates du Bock sont sur la gauche et le pont Adolphe est au fond en blanc.
La plupart des casemates et murs d'enceinte 'en étoile' ont été transformés en parcs qui entourent donc la vieille ville encore de nos jours.


A l'étage supérieur, l'exposition temporaire est dédiée au pont Adolphe, construit vers les années 1900. Je ne sais plus pourquoi je n'ai pas pris de photos à ce moment là. Peut être que je me suis dis "Puisque le pont Adolphe est invisible en ce moment, ça ne sert à rien de me documenter..."?
En tout cas me revoilà à l'extérieur, et le temps est toujours aussi nuageux...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire