Music in the sky

dimanche 15 mai 2016

Budapest - Jour 1 - partie 2 - Sous mon parapluie

Bon allez! On va pas se laisser décourager par un peu de pluie. On peut voir plein de choses, à travers un parapluie...
Je décide d'aller voir les endroits indiqués dans mon guide, dans la visite "Sur les Champs Élysées de Pest". Ça commence par Varosligti Fasor, une rue pleine de maisons huppées construites en 1900 pour la haute société.
Bon en fait... ça n'a pas grand intérêt. C'est calme et ombragé, c'est déjà ça!


Ensuite on arrive au rond-point Kodaly. "Ensemble architectural hors norme" d'après mon guide.
Oui peut être... Peut être que la pluie m'empêche d'apprécier à sa juste valeur la magnificence des lieux?


La pâtisserie Lukacs, fondée en 1912, qui encore une fois d'après mon guide possède un superbe intérieur de lambris crème et de stucs dorés... elle semble définitivement fermée!
Là, au point où en était ma balade, j'aurais peut être mieux fait d'aller au Musée de la terreur, qui se trouve sur le chemin. Parce qu'au final c'est l'un des endroits que j'aurais regretté de ne pas avoir visité à Budapest.


C'est un musée dédié aux victimes de l'AVO - le KGB hongrois - qui avait son quartier général dans cet immeuble. Ici il y avait les archives de la police secrète, les tables d'écoute... et les chambres de torture. Il a l'air très intéressant et très bien fait ce musée. Déjà sur la façade sont collées les photos des victimes de l'AVO.


Néanmoins, je reste quelques minutes pour regarder les panneaux qui sont exposés à l'extérieur - visiblement de manière temporaire. Ils parlent du rôle joué par la Hongrie lors de la chute du mur de Berlin. Quelques mois avant la chute du mur, les hongrois furent les premiers à autoriser les échanges entre Est et Ouest en ouvrant leur frontière avec l'Autriche en 1989. Lors de mega pique niques organisés à la frontière entre les deux pays, les premiers réfugiés ont commencé à s'échapper...


Je m'arrête un instant dans un café bio pour boire un Tchai latte tout en préparant la suite du programme...  Il faut que j'achète une carte de transport du métro et, en descendant dans une station, je m'aperçois qu'elles ont gardé le charme de l'ancien temps: boiseries et faïence. Même les rames sont petites et anciennes...


Quelques arrêts plus tard, nous voilà arrivés à Verosmarty ter, où comme vous le voyez il ne pleut plus. C'est peut être l'occasion d'aller prendre de la hauteur? Vous voyez la grande roue dans le parc à côté? C'est celle du festival de Sziget, un festival de Rock très connu qui a lieu en Hongrie chaque été. Allez, on prend un ticket!


La vision depuis là haut confirme ce que nous avions constaté sur le plancher des vaches: le temps n'est pas au beau fixe! Mais malgré le brouillard et les gouttes de pluies sur les vitres j'arrive à prendre de belles photos des toits de la ville.
Pour la première fois nous apercevons le château sur sa montagne de l'autre côté du fleuve, et le parlement à travers la brume, et les flèches des églises qui pointent à l'horizon...


Retour sur la place Vorosmarty, qui est au milieu d'un quartier commerçant. D'un côté un immense immeuble moderne et arrondi renfermant plusieurs magasins. De l'autre l'ancien immeuble du mythique salon de thé Gerbeaud qui, depuis plus de 155 ans, ravit touristes et habitants de ses pâtisseries et de sa déco très chic... On reviendra y grignoter quelque-chose... promis!


On continue notre balade dans le quartier, qui est un vrai nid à grandes marques et magasins de fringues. Il y a aussi des chalets de bois qui vendent des babioles pour les touristes... le genre de truc que tu trouves génial sur place et qu'une fois revenu à la maison tu sors de la valise en te demandant "pourquoi j'ai acheté ça?".


Le beau Danube bleu (enfin, gris aujourd'hui) n'est pas loin et il suffit de faire quelques pâtés de maisons pour que l'envie de sortir son appareil photo nous reprenne... pour ces fameux tramways jaunes, ou bien pour les statues qui sont disposées sur la jetée...



Mais revenons à nos moutons... allons faire les magasins (oui rejoignons le troupeau).
Mon guide me conseille d'aller voir un grand magasin... qui est fermé ou a changé de nom. Puis le passage de Paris... qui lui aussi est complètement fermé (et depuis un moment). Quand au magasin de fleurs Philantia à la déco si kitch, il est devenu... un magasin d'objets de Noël!
Décidément ce guide n'est pas à jour!


 Je marche et je marche et je marche... Certains bâtiments sont très beau, surtout ceux qui sont de style Art Nouveau. Peu à peu la luminosité - qui n'était déjà pas fameuse- diminue. Il fait nuit tôt à Budapest...


Je n'ai pas le temps de passer devant tous les monuments conseillés par mon guide. Certains sont des musées, des églises ou des magasins... Je prend quand même une photo du clocher de l'église serbe, même si je n'y mets pas les pieds.


En fait, j'ai une autre idée derrière la tête. Lors de l'organisation mon voyage, j'avais noté qu'une croisière sur le Danube pouvait être une bonne idée. Déjà la nuit tombe et les berges du fleuve s'illuminent...
Il y a plein de péniches sur le bord, et je fais plusieurs ponts avant de trouver celle qui organise des tours de nuit.
Et le prochain départ est... à 19h30, dans quelques minutes. Vous êtes prêts pour 1h15 de balade sur les flots?


Je bois mon jus de pêche au comptoir, je laisse les gens qui ont pris l'option 'dinner+cruise' avec leur ami le pianiste et je monte sur le pont: Budapest illuminé s'offre à nous...



J'avais raison de penser que ce serait une bonne idée de le faire de nuit... je pense bien que ça va rester l'un des meilleurs moments de mon voyage!
Assis sur le pont, fascinés par ce spectacle, nous voyons la ville s'embraser et briller de mille feux, telle une trésor plein de pépites...


D'un côté, il y a le parlement hongrois, qui est toujours aussi impressionnant. Et sur l'autre berge on aperçoit les églises de la colline.
Budapest est en fait la réunion de deux villes séparées par le Danube: rive droite il y a Buda , c'est le quartier des nobles avec le château et l'église Mathias. Rive gauche il y a Pest, plus populaire avec le parlement, le quartier juif, etc...


 Mine de rien 1h15 ça passe vite. Et me voici déjà à quai... et affamé! C'est que je n'ai pas encore diné, moi!
Je retourne dans la rue Vatci où j'avais repéré plein de restaurants. Dans celui que je vais choisir ils font un menu spécial touriste à 2450 forint: Goulasch, poulet au paprika et dessert, avec une très bonne limonade maison!


Les serveurs sont souriants et sont d'ailleurs en train de draguer les deux jeunes touristes russes qui sont derrière moi. Ça discute alcool et cocktail et l'un des gars va jouer de la guitare électrique dans le fond du restaurant.
Et puis... une énorme averse éclate, et le restaurant va justement fermer.
Il pleut quand même beaucoup... je crois que je vais rentrer me coucher. On a eu une journée chargée et pluvieuse aujourd'hui... et demain aussi je crois.
Alors... Bonne nuit!

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Varosligti Fasor:


Musée de la terreur:


 Métro:

   

Vorosmarty tér:



   

Roue:


Balade:

   

Rie commerçante:

 

Croisière:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire