Music in the sky

samedi 9 juillet 2016

Budapest - Jour 4 - Partie 3 - A night at the opera

Houla! Déjà 17h et j'ai rendez vous à 19h ce soir... à l'opéra vous l'avez compris!
Normalement je devrais diner avant mais en fait je n'ai pas vraiment faim Par contre pas question de rester balader dehors, parce que bien sûr... il pleut des trombes d'eau!
Alors nous allons sur la place Vörösmarty prendre le thé chez Gerbeaud...


En plus de 155 ans d'existence, ce salon de thé est devenu l'un des endroits mythiques de la ville, et a su garder - malgré les touristes chinois, américains, etc... - l'élégance et le raffinement d'antan.
Pour moi ce sera un cappuccino et une part de la spécialité maison, héritage d'Emile Gerbeaud, le créateur originel.
C'est très bon, mais cela ne vaut pas une bonne part de Sochertorte viennoise...


Je resterais bien là en attendant que la pluie s'arrête, mais à mon avis je peux attendre longtemps... On va donc sortir son parapluie et se diriger vers l'opéra.



Dans mon guide, l'opéra de Budapest était noté de 3 étoiles, à ne pas manquer donc. J'ai réservé mes billets avant de venir. De style Néo Renaissance, il a été construit en 1884 par les meilleurs architectes et décorateurs de l'époque.
En haut de la façade, on aperçoit les statues de compositeurs célèbres (Mozart, Beethoven...)


Il y a déjà pas mal de monde qui attend, et d'ailleurs beaucoup de touristes étrangers. Moi qui avait peur de détonner avec mon jean et mes baskets, je m'aperçois que je ne suis pas tout seul...
Je laisse mes affaires à la consigne et vais m'asseoir dans la salle, à côté de vieilles dames hongroises endimanchées.


Dans la décoration, tout brille, tout scintille.  Ça me fait penser à l'opéra Garnier, surtout au niveau de l'escalier de marbre, même si c'est moins impressionnant. Pareil pour la salle, qui est plus petite que celle de l'opéra de Vienne. Elle peut accueillir 1300 spectateurs. Autour du lustre de bronze de 3 tonnes (!), une frise représente Apollon, les muses et les dieux olympiens... en pleine danse!



Justement c'est à la danse que sera dédiée notre soirée. Tout d'abord avec de la danse moderne: Troja Jatekok. Huit gars se confrontent dans un genre de joute musclée, une chorégraphie qui fait penser à du sport. La pièce ne dure que 30 minutes mais on comprend pourquoi quand on les voit bouger et sauter dans tous les sens. C'est plein de trouvailles, et c'est même drôle par moment. En tout cas exceptionnel. Si parfois la danse moderne peut paraître barbante, ici on en est loin...



Entracte numéro une! Je vais au bar boire un petit quelque chose, un truc bizarre mais moi j'aime essayer des trucs nouveaux: il y a un cornichon dessiné sur l'étiquette.
Je vais faire un tour sur la terrasse où la pluie semble s'être arrêtée... le jus de cornichon c'est finalement pas très bon!
C'est l'heure du deuxième spectacle, cette fois-ci un ballet plus classique: La Sylphide.
L'histoire en trois mots: En Ecosse, un futur marié est séduit par une Sylphide et quitte tout pour la rejoindre. Mais une sorcière vengeresse va empoisonner la Sylphide et le gars n'aura plus qu'à se suicider, son ex ayant déjà trouvé un nouveau mari. Il y a un véritable orchestre, et plus de 30 danseurs sur scène, qui font pirouettes et pointes. La Sylphide est interprétée par une japonaise...

 Vous avez remarqué: les sièges sont d'époque, et le parquet assez rustique...

Nous voilà sortis à 21h45. Il faut que je trouve un restaurant afin de diner enfin. Et allez savoir pourquoi... j'ai envie de sushis! Ça me prend des fois comme ça...
Mais bon... les restaurants japonais à Budapest, ça ne court pas les rues. Je vais donc de menu en menu, de restaurant en restaurant, mais je ne suis pas inspiré.
Je marche je marche, et quand je vois un restaurant intéressant et bien... c'est trop tard ils ne servent plus!

 

Voilà pourquoi ce soir là j'ai fini ma soirée au Burger King.
Bon ça a le mérite d'être vite avalé et de me permettre de me balader encore un peu en ville (sans la pluie).
C'est vraiment la nuit que Budapest est la plus belle... Nous longeons le Danube, avec le palais royal de l'autre côté sur son rocher.


Voilà la statue de Peter Pan, et plus loin le pont Elizabeth avec ses lions de pierre. C'est la balade préférée des amoureux je pense...


Au fond de cette rue, on aperçoit la façade de la cathédrale Saint Istvan, elle aussi illuminée.
Et devant moi: un restaurant à Sushis! Bon à cette heure, le restaurant Tokio est fermé... si j'avais su!


Voilà la place de la liberté, où nous étions passés ce matin. Je m'aperçois que je n'avais pas vu ce monument qui pourtant est en plein centre: il est dédié aux victimes du communisme, et semble être un lieu de mémoire vivant, où les hongrois viennent déposer fleurs, messages et photos des martyrs...


Je longe le quai du Parlement... je crois que je vais encore rentrer à pieds ce soir...



Sur le quai, un autre monument que je n'avais pas vu ce matin, mais qui est pourtant emblématique: ces sculptures représentant des chaussures évoquent la grande marche organisée par les nazis,  marche pendant laquelle des milliers de juifs moururent de fatigue.


Je continue ma route, achète une barre glacée dans une épicerie et je rentre doucement...
Pour demain, je n'ai pas vraiment prévu de faire quoi que ce soit, étant donné que mon avion du retour est à 14h l'après midi...
On va donc se reposer un peu.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Gerbeaud:


Opéra:

 Balade:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire