Music in the sky

vendredi 24 mars 2017

Lisbonne - Jour 2 - Partie 1 - De l'autre côté

Debout à 8h du matin, c'est un peu la routine...
On se retrouve à 9h à la pâtisserie habituelle pour tester de nouvelles brioches aux marrons et bien sûr quelques pasteis de nata.



Aujourd'hui il fera soleil mais il y aura du vent, ce qui rafraichira considérablement la température, jusqu'à ce qu'il fasse carrément froid en milieu d'après midi.
Mais ça, ce sera cet après midi! Pour l'instant nous prenons le métro (bondé car nous sommes en pleine heure de pointe), puis nous arrivons à la gare de Cais  do Sodré, où nous attend notre Ferry.
Et oui, aujourd'hui nous allons de l'autre côté de la rive...


Confortablement assis dans le bateau, nous observons l'horizon, et bien sûr (on ne peut pas le manquer): le pont du 25 Avril.
Construit en seulement 4 ans et inauguré en 1966, le pont Salazar - comme on l'appelait à l'époque - fit la fierté de la dictature avant d'être renommé 'Ponte 25 de Abril' après la révolution des œillets.
Perchés à 100m au dessus du Tage, les véhicules - trains ou automobiles- parcourent les 3km de ce pont rouge dont les pylônes sont parmi les plus hauts d'Europe.

D'un côté du pont il y a la ville...


 ... et de l'autre, il y a l'objet de notre traversée: la statue du Cristo Rei.
Mais ce sera pour plus tard.
En attendant, je vous propose de jeter un œil sur Lisbonne de l'autre côté.
C'est une belle ville, même de loin!

  On aperçoit bien à gauche le Monastère que nous avons visité hier...

Alors que de l'autre côté nous étions en pleine ville, ici nous sommes au calme dans un petit village de pêcheur.
C'est le petit port de Cacilhas, mais nous n'avons pas vraiment le temps de flâner...



Il faut d'abord trouver l'arrêt du bus 101, puis après 20 minutes de trajet... nous voilà enfin devant le complexe du Cristo Rei.
Bonjour m'sieur Jésus!

"Coucou!"

Encore une fois il y avait plein de touristes français dans ce bus, mais nous voilà arrivés devant le promontoire où s'élève la statue du sauveur, à 110m de hauteur.



Durant la seconde guerre mondiale, l’archevêque de Lisbonne fit le vœu que le pays ne subisse pas la guerre qui grondait et en échange il promit de faire construire une statue sur la baie, à l'image de celle du Christ rédempteur qui se trouve à Rio.
Et la voilà: 28 mètre de haut, à 80m au dessus du sol. Sa tête mesure 4m et les bras 10m de longueur.



Un débat s'anime entre Fred et Florence pour savoir comment la statue a été hissée tout en haut du promontoire: par  l'intérieur ou par l'extérieur?
Allons voir cela de plus près: prenons donc un ticket pour l'ascenseur qui monte tout en haut tout en haut...



Waaa! Quelle belle vue!
On peut voir le pont du 25 Avril dans toute sa longueur. On entend même le bruit des voitures qui le traversent!


Et puis derrière le pont, il y a le quartier de Belem, que nous visiterons demain (ou après demain je sais plus). C'est pratique d'avoir un bon zoom: ça permet de bien discerner le monument des découvreurs, (ou milieu de la photo), dédié aux explorateurs portugais.


De l'autre côté de l'estuaire, on aperçoit justement au loin le pont dédié à un de ces explorateurs célèbres: Vasco de Gama. Construit en 1998, il est le plus long pont d'Europe: 17km.


Et puis après avoir pris plein de photos de l'horizon, je me tourne pour cette fois ci me consacrer à celui que nous sommes venus rejoindre.
Il a les yeux fixés sur la ville en face, et ouvre les mains comme si il allait la prendre dans ses bras pour l'embrasser...


Une fois redescendus, un café au snack du coin puis nous retournons dans notre bus qui nous ramène au port.
Il est déjà 13h et nous décidons de déjeuner ici. On commence à regarder le menu des restaurants pour touristes et puis... il a l'air sympa ce petit bar dans le coin!


Ils font un menu à 13€, et l'endroit a l'air d'être surtout fréquenté par les locaux. D'ailleurs la cuisinière est en train de discuter vivement avec des clients... qui carburent au vin rouge.
La serveuse, tatouée, parle quelques mots de français et on va lui montrer dehors sur le tableau ce que nous avons choisi de manger: une Bacalhau à La Bras pour Florence et pour les hommes du "Bife de Peru"... en fait une escalope de dinde, qui sera grillée sur un petit barbecue improvisé sur la terrasse.


Et bien ce fut délicieux. Encore une très bonne adresse très sympa et pas chère. Même le café était super bon!
Voilà donc comment se termine cette matinée de l'autre côté du fleuve.
Nous reprenons le ferry pour rejoindre Lisbonne, et continuer nos visites...


Maintenant quand j'y pense je me dis que cette journée était la journée de l'eau: tout d'abord le matin avec la traversée du fleuve Tage, et puis cet après midi avec... vous verrez bien!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ferry:

Cristo Rei:

   

Restaurant:

 

samedi 18 mars 2017

Lisbonne - Jour 1 - Partie 3 - Sur un air de Fado

Vous avez apprécié le musée du Fado?
Et bien c'est par un air de Fado que va se terminer notre journée. Mais avant...


Nous allons à la recherche de la Sé.
La ,  c'est la principale cathédrale de Lisbonne, et le plus vieil édifice religieux de la ville (construit en 1147).
Son vrai nom c'est 'Santa Maria Mayor', mais les gens d'ici lui ont donné le surnom de Sé. Pourquoi? Je ne sé pas.



Elle aurait été construite par des architectes français, et rafistolée plusieurs fois suite aux tremblements de terre qu'a subi le pays. Comme vous le voyez l'extérieur est très sobre...

En passant, vous avez vu le petit triporteur qui stationne devant l'église? On en a vu partout dans les rues de l'Alfama. C'est une idée des arnaqueurs à touristes pour se faire de l'argent, et éviter aux vieux américains friqués de monter les côtes très raides du quartier.


L'intérieur de la cathédrale est tout aussi sobre, mais spacieux et lumineux.
Normalement on peut visiter le cloître attenant - qui parait il est très intéressant -  mais si l'église ferme à 19h, le cloître lui ferme à 17h et il est donc trop tard...


On peut jeter néanmoins un coup d’œil au superbe baptistère tout revêtu d'Azulejos. Il paraît que Saint Antoine aurait été baptisé ici.
Nous nous arrêtons un instant pour décider ce que nous allons faire maintenant...
Ah oui d'accord on va aller voir ça!



Voilà la 'Casa dos Bicos', qui date du XVIème siècle, et a appartenu au vice roi des indes Albuquerque. Comme son nom l'indique, la particularité du bâtiment ce sont ses 'pointes de diamant' qui recouvrent le mur.
Voilà c'est tout.
Nous rebroussons chemin pour aller de l'autre côté de l'Alfama, vers le quartier du Baixa...


Nous voilà praça do Comercio. Cette place s'ouvre sur le fleuve Tage.
C'est bizarre le nom du fleuve me fait penser à l'Inde... peut être à cause du 'Tage' Mahal. Et c'est vrai que cette photo fait aussi penser au fleuve sacré du Gange.
D'un côté il y a ce ponton aux allures de porte qui plonge dans le Gange Tage, et de l'autre en tournant la tête...


Il y a la place tout ce qu'il y a de plus classe: Praça do Comercio. Il parait qu'il y avait le palais de Manuel Ier à cet endroit, détruit par le grand tremblement de terre de 1755.
Dans le livre que m'avait acheté Florence, ils racontaient que les Portugais lors de la reconstruction de la ville étaient persuadés que la Lisbonne, avec ses 7 collines comme à Jérusalem, serait l'endroit où Jésus reviendrait lors du jugement dernier.
Et ce serait à cette fin qu'ils auraient construit ce ponton, comme une sorte de 'porte' sur le Tage pour que le bateau de Jésus puisse accoster...


Nous allons donc rester un peu ici, à profiter du calme reposant de la soirée qui s'annonce, de ce petit vent qui se lève et nous rafraichit, et bien sûr en attendant la venue du sauveur...
Et nous ne sommes pas seuls.
De jeunes gens dégustent de la Ginjinha (un alcool à la cerise, spécialité d'ici), des joggeurs passent... Il y a un jeune musicien qui joue avec passion de sa guitare électrique: Dire Straits, Gun's & roses, Radiohead...
 

Nous restons un long moment avant de nous décider à repartir.
Retour dans le quartier de l'Alfama, où les ruelles sont vides, les touristes étant tous attablés à l'un des nombreux restaurants en terrasse du coin.


Même les gens du quartier mangent dans la rue: 2 chaises, un barbecue improvisé...
En se baladant dans les rues rendues aux habitants, on trouve un petit bar tenu par deux petits vieux qui ne parlent pas anglais. Même si ils sont en train de fermer leur bar, ils nous accueillent avec le sourire.
Fred et Flo décident de tester le Ginjinha, l'alcool d'ici avec ses cerises macérées, très sucré,et que nous ne payeront pas très cher: 3€ pour 3 boissons!


Bon c'est pas tout ça, mais il va falloir se mettre en quête de notre restaurant pour la soirée, et si possible... une casa do Fado!
L'établissement qui avait été conseillé par notre logeur Joao est fermé, et beaucoup des autres casa que nous croisons ne nous inspirent pas...
En passant devant un tout petit restaurant d'où s'échappe déjà de la musique, nous sommes abordés par les serveuses (une vieille et une jeune) qui nous proposent une table.
Un petit look sur la carte et nous attendons que le chanteur ait fini sa chanson pour aller nous installer. Au fond de la salle... juste à côté des deux guitaristes.


Les chanteurs se succèdent. Même les serveuses se mettent à chanter un morceau ou deux. Entre deux morceaux, la musique s'arrête pour nous laisser le temps de manger nos plats.
Et la serveuse nous a bien conseillé: de la pieuvre à l'huile d'olive, très bon.

Il faut se taire quand les artistes chantent, et même si nous ne comprenons pas les paroles, on sent que les chansons sont parfois tristes, mais aussi parfois pleines de gaité. Les chanteurs font même intervenir le public.



Finalement ce fut un bon choix ce petit restaurant: il y a une ambiance familiale, les chanteuses attendent leur tour assises à la table à côté de nous, discutent et servent les clients, et surtout elles chantent très bien.
Maria da Fonte ça s'appelle je crois...



Il se fait tard... je crois que nous allons rentrer nous coucher après cette première journée de découvertes.
On parcourt les rues de l'Alfama encore animées de touristes et on décide de refaire à pied (et sans regarder la carte) le chemin inverse de celui que nous avons pris pour venir depuis la maison.
Pas facile sans regarder son plan... ça monte, ça descend...
On se fait aider par un couple de français, on retrouve notre chemin, puis on se perd à nouveau en tentant de prendre un raccourci à travers l’hôpital qui se trouve tout proche de l'appartement.
Vivement le lit!


En passant dans les rues, j'ai remarqué ce tag sur un mur. Nous sommes à peine quelques mois après l'attentat de Charlie Hebdo, et les portugais sont eux aussi solidaires...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sé:

Praça do Comercio:

 

Alfama:
 


Casa do Fado:
  


Nuit: