mercredi 19 décembre 2018

Vilnius - Jour 4 - Partie 2 - La gadoue

La pluie ne s'est toujours pas arrêtée...
Mais ça ne fait rien car ce que j'avais prévu de visiter maintenant est à l'intérieur: le musée de l'ambre.


L'ambre est l'une des spécialités des pays baltes. J'en avais déjà vu à Riga, et il y en aura aussi sur les marchés de Tallinn.
Mais bon le musée s'avère assez petit en fait: il y a juste une cave en sous sol et 3 vendeuses qui s'ennuient dans la boutique en haut.


Deux groupes de touristes allemands finissent par se ramener et à mettre de l'ambiance, en parlant fort comme seul les allemands savent le faire...



Néanmoins j'apprends plein de choses sur l'ambre: celle qui provient des pays baltes provient du fond des mers et plus précisément de la région de Kaliningrad, d'où on extrait d'énormes quantités.
Une partie n'est plus exploitable car l'endroit est devenu une réserve naturelle.



Rappelons que l'ambre est issue de la fossilisation de la sève de conifères préhistoriques. Et parfois des insectes se sont laissés piéger dans la sève, ce qui donne de drôles de curiosités. Voici par exemple une mouche préhistorique...


Il y a aussi des papillons, des fourmis, des cafards...



Il y a plusieurs sortes d'ambres, de différentes couleurs: bleue (à cause de la chlorophyle), rouge, blanche (à cause de bulles d'air coincées dedans), noire et jaune, la blanche étant la plus rare.



Il y a aussi différentes qualités selon que la sève a été transformée en dedans ou en dehors du tronc.



La reproduction d'un trésor de bijoux trouvé sur un site archéologique atteste de l'utilisation de l'ambre en Lituanie depuis des siècles...


Je me retrouve seul dans la partie magasin (les allemands sont partis), pleine de beaux bijoux et d'objets sculptés, comme ce splendide lion. J’achèterais bien un collier... si j'étais une femme!


Alors, qu'allons nous faire après ça? Il est à peine 18h et il pleut toujours autant. Je décide de rentrer à l'appartement pour préparer mes valises pour demain en attendant que la pluie cesse... mais elle ne cesse pas, alors je décide finalement de l'affronter, le parapluie à la main.
Je cherche un restaurant, mais en chemin je finis par me perdre et me retrouve un peu par hasard au bastion, un vestige de l'ancien mur de forteresse de la ville.


Bon bien sûr à cette heure-ci le bastion est fermé et je me contente donc d'en faire le tour...


Nous passons dans de petites rues aux vieilles maisons abîmées. J'aime bien me perdre parfois, on tombe souvent sur des endroits inattendus qui donnent à voir un autre aspect de la ville...



Enfin bon! Retour à Uzupis pour aller dîner dans le café conseillé par le Lonely planet: le Uzupio Kavina. Soit disant il serait spécial car dédié à l'esprit de Montmartre mais une fois à l'intérieur je ne trouve pas que la déco soit particulièrement bohème. Je vais quand même manger ici, et bon la cuisine est également assez quelconque... Ça doit être plus agréable quand il fait beau et que l'on mange sur la terrasse, au dessus de la rivière.
Par contre en ambiance sonore, c'est notre chère Vanessa: "Joe le taxi, c'est sa vie..."


Dehors la pluie semble s'être arrêtée. Je vais donc me balader un peu dans les rues d'Uzupis. Le pont aux cadenas ne possède finalement pas de charme et ne mérite pas une photo...


Il fait encore un peu jour, pourquoi ne pas essayer d'aller sur la colline des 3 croix, en passant par le parc? Ça ne doit pas bien être compliqué (grosse erreur).
Au début ça monte.


Les rues d'Uzupis sont pleines de grosses maisons bourgeoises... sauf pour cette vieille ruine dont les murs sont couverts de graffitis.



J'en fais le tour. Marrant cette affiche et ce sachet: "Dictator chips".



Je finis par bifurquer pour prendre un chemin de terre sur la gauche et entrer dans le parc de la colline des trois croix.


Sans plan c'est difficile de se repérer... et en plus il commence à faire bien sombre et le sol est boueux de chez boueux. Je ne sais pas vraiment où je vais...
Et bien sûr ça ne rate pas: au détour d'un chemin, je glisse et boum! Sur les fesses. Je sens que je me suis détourné l'ongle du pouce en tombant. Je n'y vois pas grand chose mais c'est sûr, mon pantalon et une bonne partie de ma veste sont tout crottés.
Bon allez, j'abandonne, je rentre!


Plus facile à dire qu'à faire. Je cherche la route et atterri dans une rue inconnue. Un peu perdu quoi!
Enfin bon, je descends la rue en croisant quelques chiens avec leur maître. Je suis pas très fier de moi, dans mon costume boueux...
Finalement je reconnais enfin un endroit: je suis à l'église Paul et Pierre. C'est complètement de l'autre côté mais au moins je sais par où rentrer. Il me reste quand même une longue marche jusqu'à l'appartement, et là bas une bonne douche m'attend. Mon ongle n'a rien de grave, c'est mon postérieur qui a tout pris.
Rude journée, surtout vers la fin!
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire