jeudi 29 août 2019

Bucarest - Jour 4 - Partie 1 - Un petit chalet de montagne

Ce matin, pas le temps pour la grasse matinée... lever à 6h15! Mal de crane... qu'est ce qu'elle est longue à chauffer l'eau sous cette douche!
Un petit déjeuner rapide dans la cuisine( un yaourt et un sandwich chipé dans l'avion), et me voilà sur le départ...

A cette heure-ci, les rues sont vides et le brouillard enveloppe encore la ville endormie.


Je vais attendre mon minibus à l'endroit convenu. Le voilà qui arrive et qui m'emmène devant l’hôtel Sheraton où un autre bus, plus grand, m'attend. Et il est déjà presque plein!
Aujourd'hui j'ai réservé pour la journée une excursion guidée en dehors de la ville, et ce sera une journée bien remplie car on va aller bien loin...


Notre guide pour la journée, Emilia, nous distribue nos récepteurs radio et fait des essais micro.
En route! Nous avons plusieurs heures de voyage avant notre premier arrêt, et c'est l'occasion de raconter plein plein de choses:
Tout d'abord l'Histoire roumaine, qui commence par des invasions romaines venues chercher ici l'or des mines du pays. Ils nommèrent cette nouvelle province 'Romania', pour 'les fils de Rome'.
Puis vinrent les invasions barbares et les conquêtes successives qui firent qu'au 19ème siècle le pays était divisé en trois entre Autrichiens, Russes et Ottomans. A travers les siècles, chacune des provinces eurent des gouverneurs différents jusque dans les années 1870 où après la victoire sur les turcs les grandes puissance décidèrent de créer un nouveau pays de tout pièce, et de nommer un roi à sa tête (un allemand): Carol Ier (dont nous avons visité l'un des châteaux il y a deux jours).


Nous traversons une région pétrolifère avec des petits puits de forage sur le bord des routes, puis nous montons tout droit en direction de la montagne, vers l'élégante ville de Sinaïa. Le nom de la ville fut donné par le roi Carol Ier en personne, et c'est d'ailleurs le château qu'il fit construire ici que nous allons maintenant visiter. Une résidence d'été... un petit chalet en quelque sorte!


Après avoir laissé notre bus au parking, nous devons encore marcher un moment jusqu'à l'entrée du domaine qui possède plusieurs édifices, dont un hôtel et un restaurant (ci-dessus).
La proximité du château a fait la réputation de la ville qui est l'une des plus huppée du pays.


Il faut encore marcher un peu... et voilà la longue et élégante tour du château de Peles qui apparaît finalement au dessus de la prairie.


On entre d'abord patienter dans la cour du château, pendant que notre guide va réserver nos billets pour le tour guidé. Il y a déjà beaucoup de monde pour la visite... alors la notre ne pourra se faire qu'à... 11h05!


Cela nous laisse donc un peu de temps pour admirer le château de l'extérieur. Sa construction débuta en 1873, alors que la guerre d'indépendance n'était pas encore commencée, et les travaux durèrent plus de 10 ans.


Je prends un peu de recul en bout de terrasse afin de pouvoir prendre le château dans sa totalité... un style particulier, n'est ce pas? Vous lui trouvez un petit air allemand?
C'est normal il fut construit par un architecte allemand pour un propriétaire allemand, puisque le roi Carol Ier de Roumanie était lui aussi issu de ce pays...


Voilà la vue que l'on a depuis cette terrasse... là aussi on se croirait au fin fond du Tyrol...


C'est d'ici que la statue du roi scrute l'horizon... Carol n'ayant pas d'héritier (son unique fille décéda à l'age de 3 ans), ce fut son neveu Ferdinand qui hérita du trône. Celui-ci fut très aimé par le peuple ainsi que son épouse, la reine Anne. Il mourut peu après la première guerre mondiale et laissa 6 enfants. Son fils, Carol II, fut surnommé 'le Casanova'. Sa première épouse n'étant pas de sang noble, il dut divorcer pour se remarier. Il abandonna même son trône afin de suivre l'une de ses conquêtes... pour revenir 6 mois plus tard!


L'heure de la visite va commencer. Notre guide nous laisse dans les mains d'une guide locale et nous entrons dans le vestibule.
Encore une fois, il faudra rajouter 30 lei (6€) pour être autorisé à prendre des photos de l'intérieur. Et il ne faut pas oublier de mettre les chaussons en plastique pour ne pas abîmer le parquet!


A l'intérieur, les groupes se suivent et se croisent dans une certaine cacophonie, et il sera parfois difficile avec tout ce bruit d'entendre les commentaires de notre nouvelle guide. Je crois qu'en tout et pour tout j'aurais entendu correctement seulement 40% de ses explications!


Nous venons de pénétrer dans le grand salon central - la salle d'honneur - avec son immense verrière baignée de lumière naturelle, et que l'on peut même enlever l'été pour entrevoir le ciel bleu.


Parmi les nombreuses sculptures en bois qui ornent la pièce se trouve la sculpture à l'image de l'architecte du château, qui a voulu se faire représenter au milieu de son oeuvre.
Une salle très impressionnante...


La salle suivante est la salle d'armes, dont les murs sont recouverts de la collection personnelle du roi: plus de 4000 pièces!


Il y a ici des armes européennes mais aussi quelques armes venues d'orient. Il y a même un véritable sabre japonais caché quelque part, et une armure de cheval...


Les cheminées que l'on trouve dans certaines pièces n'ont qu'un but décoratif: le château fut en effet le premier au monde à avoir l'électricité et l'eau courante (une centrale électrique fut construite en amont du château pour l'approvisionner).


Nous entrons dans le bureau du roi dont les murs sont entièrement couverts de boiseries. Une peinture représente la reine en compagnie de sa fille, décédée à l'age de 3 ans.


Juste derrière, c'est la bibliothèque royale dans laquelle je cherche des yeux les livres avec un titre en français... et j'en trouve.


Puis suit la salle de jeu où la reine tenait salon... Une partie du mobilier a été offert par un maharadja indien...


Les vitraux évoquent quelques contes roumains, et il y a un piano ainsi qu'un violon sur la table. Cette pièce servait également comme salon de musique...


Admirez la beauté des lustres en véritable cristal de Murano de la grande salle 'Fiorentina'.


La salle à manger est moins sympa... mais elle est sacrément grande... combien de convives ce soir?


Les deux salles qui suivent sont des fumoirs... lieux où l'on venait tout autant pour discuter et se rencontrer que pour fumer. Ici l'accent est mis sur l'exotisme... on se croirait au Maroc, n'est ce pas?


Le salon turc est encore plus étonnant, avec ses multiples tapis et ses canapés qui invitent à la flemmardise...


Nous rejoignons la galerie qui fait le tour du grand salon central du début. C'est si beau, j'aimerais bien être à côté de la guide pour entendre ses explications. De loin, ça a l'air très intéressant... mais nous sommes trop nombreux :-(


Notre dernière salle visitée sera la mini salle de spectacle avec une petite scène et tout et tout...
C'est là qu'eut lieu en 1906 la première projection cinématographique du pays.
Voilà c'est fini!
Le tour complet aura duré moins d'une heure et avec vraiment trop de foule autour de nous... dommage.


Dehors, nous retrouvons Emilia notre guide et retournons en direction du bus qui nous attend. Mine de rien il y a beaucoup de nationalités différentes dans notre groupe: des grecs, des italiens, des japonais, des philippins, des suédois, un couple de vieux israéliens (qui fatiguent un peu sur le chemin du bus)...
A côté de moi il y a une famille d'espagnols... la maman a oublié d'enlever ses chaussons en plastique de la visite du château!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Aucun commentaire:

Publier un commentaire