dimanche 22 septembre 2019

Varsovie - Jour 1 - Partie 1 - Sous les pavés de l'histoire

J'ai moyennement ben dormi, réveillé par des fêtards qui passaient dans la rue et puis le lit qui est un peu dur. En plus dehors il y a une horloge qui sonne toutes les heures avec un air qui ressemble beaucoup à celui de "A la pêche aux moules"... non j'vous jure!


Je me lève quand même à 8h45. Agniezska n'est pas encore debout mais elle ne tardera pas à venir cuisiner son fameux petit déjeuner... et quel petit déjeuner! C'est un mélange de granola maison (fait à bases de graines achetées séparément et cuites au four voir même à la poêle avec du miel) qu'elle mélange ensuite avec du porridge et de la banane écrasée, parfois en rajoutant du yaourt et de la confiture, sans oublier des morceaux de fruits (des prunes cuites ce matin).
C'est vraiment délicieux! Je suis super admiratif et je promets qu'une fois revenu à Paris je tenterais moi aussi de faire mon granola maison... mais aurais-je le courage?
Nous commençons alors à discuter de tout et de rien... de Paris où elle est déjà venue, et j'essaie de lui expliquer le concept de 'Bobo' parisien... typiquement parisien en effet.
Mais le temps passe... déjà 10 heure passé!
Je mets le nez dehors et... ouf! C'est vrai qu'il fait froid!
Je vais carrément zapper ma grosse balade du matin et faire un truc plus accessible: la vieille ville se trouve juste au bout de la rue!


Voici justement une maquette de ce centre historique qui fut reconstruit tel quel après la seconde guerre mondial. Un genre d’îlot à part par rapport au reste de la ville, et c'est vrai que ça a l'air franchement tout petit. Elle était entourée jadis d'une épaisse muraille...


... dont nous voyons encore les vestiges si nous jetons un coup d’œil sur notre droite... On va donc commencer par longer les remparts (on pénétrera bien assez tôt dans le centre).



Cet énergumène un peu énervé, c'est Jan Kilinski, un héros national qui mena une rébellion contre l'occupant russe en 1794. Dans la vie civile il était simple cordonnier.


On continue notre balade le long des fortifications, sur lesquelles on peut monter par endroit...


Voici une autre statue de soldat, mais celui-ci a l'air bien jeune. Elle rend hommage aux enfants qui ont combattu et sont morts pendant l'insurrection de 1944 dont nous parlerons plus bas...
Il porte un casque dérobé aux soldats allemands, visiblement trop grand pour sa petite tête.


Des portes qui entouraient la vieille ville fortifiée, il n'en reste plus qu'une appelée la Barbacane. La muraille fut bâtie en 1548 et démantelée complètement au XIXème siècle. Quand on reconstruisit Varsovie après la seconde guerre mondiale, on décida de reconstruire à l'identique une partie des remparts. C'est vrai que les briques rouges toutes neuves, ça fait un peu décor de Disneyland...


Je décide de m'éloigner un peu en allant vers le Nowe Miasto, le premier quartier qui a été construit en dehors des remparts de la vieille ville, et qui a donc pris le nom de 'nouvelle ville'. Ici les avenues sont plus larges et il y plane une atmosphère plus populaire, avec ses immeubles d'habitation d'un autre age...


Ce visage devrait vous dire quelque chose: c'est celui de Marie Curie, qui est née dans cette maison. Même si la grande scientifique a été naturalisée française, elle a gardé un fort attachement envers la Pologne et a même donné son nom à un élément chimique (le Polonium).


En face de la maison il y a le musée Mare Curie, qui malheureusement est en travaux en ce moment. Dommage je l'aurais bien visité...


Je me rends quand même compte sur les photos (mais cela ne m'avait pas choqué à l'époque) que les rues sont toutes vides. Personne dans les rues de Varsovie un samedi matin à 10h30?


On emprunte une rue à gauche et au bout voici le palais de justice avec ses fausses colonnes grecques...


Juste devant il y a plein de tentes de manifestants. J'aimerais bien savoir lire le polonais pour comprendre les pancartes...


Tout contre le palais de justice, il y a le mémorial du soulèvement de Varsovie...
Les sculptures de cette composition sont très évocatrices, et il me prend l'envie de les photographier en noir et blanc, pour plus de profondeur...


C'est une histoire dont on entendra beaucoup parler durant le séjour: A la fin de la seconde guerre, les habitants de Varsovie se sont rebellés contre les occupants nazis et armes à la main ils ont réussi à tenir une bonne partie de la ville pendant plusieurs mois.


Malheureusement cela se termina mal: les résistants vaincus, l'ensemble des habitants de la ville furent évacués et Varsovie fut presque entièrement rasée.



Les combattants semblent figés en pleine action, arme au point, les yeux plein de courage et de fougue...
Je pense que je reviendrais aussi ici plus tard, de nuit par exemple.


La mémoire de cette époque est encore vivace, et à plusieurs endroits de la ville (comme ici) je trouverais des plaques commémoratives avec des gerbes de fleurs et parfois quelques bougies.


Bon sinon il faudrait que je me dépêche un peu, car j'ai rendez-vous à 11 heure pour mon Free guided tour. On va en profiter pour traverser la vieille ville de part en part (le lieu de rendez-vous se trouve de l'autre côté). Il faut passer par la porte du Barbacane pour entrer dans le centre historique...


Du coup, je traverse (en accéléré) les futurs endroits que nous visiterons plus tard avec le groupe.
Wow! La fameuse place centrale...


Ça va être difficile de traverser la place sans prendre en photo quelques unes des façades Renaissance et Baroque des bâtisses colorées qui l'entourent. Allez! Je me laisse tenter...


Son nom officiel est 'la place du marché'. Ça doit être sympa ce grand espace pavé les jours de marché...


Force est de constater que mon voyage vient à peine de commencer et déjà je suis emballé par la ville que je trouve superbe: de beaux bâtiments (faussement) anciens et des rues qui poussent à la promenade...


La place du palais royal possède un autre charme, plus officiel.


C'est là que nous avons rendez vous, juste en dessous de la colonne Sigismund, avec la guide qui se chargera de notre visite gratuite de la ville.
D'ailleurs j'aperçois le parapluie orange, fanion de ralliement du free guided tour, avec une nuée de touristes tout autour.
On est dans les temps!
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire