samedi 9 décembre 2017

Ljubljana - Jour 4 - Partie 1 - Au fond de la grotte

Hier nous avons passé la journée entière à Ljubljana, et bien aujourd'hui nous la quittons déjà! Non pas que la petite capital slovène manque de charme, mais il y a tellement de choses à découvrir dans ce petit pays qu'on aurait tort de s'en priver.
Réveil vers 7h30. Petit déjeuner rapide de yaourt, thé et viennoiseries achetées la veille.
Tiens, je n'avais pas remarqué que par la lucarne de ma chambre j'avais une belle vue sur les toits, et le château, au loin...


A 8h20, me voilà en bas de l'immeuble, et le petit van noir arrive...
Hier soir, j'avais réservé une excursion guidée à la journée à l'office de tourisme, pour 49€ (sans les entrées dans les lieux visités). On sera de retour ce soir vers 21h, ça vaut le coup!
Adriana, une sympathique petite dame un peu baba cool, sera notre chauffeur et notre guide...
On passe devant le grand hôtel Union pour prendre 5 autres personnes: une jeune norvégienne, un couple de Bangladeshi et un autre qui vient du Costa Rica.



Nous voilà donc tous embarqués, prêts à discuter et à faire connaissance... Adriana m'avoue qu'elle était en voyage à Paris il y a à peine un mois!
45 minutes d'autoroute plus tard, nous arrivons dans la région de la grotte de Postojna, que nous n'allons pas visiter mais qui est très populaire, car on voit des panneaux publicitaires un peu partout sur le chemin: elle fait plus de 20km de profondeur, il y a même un petit train pour la visiter...


Mais nous, nous allons un peu plus loin, vers le château mythique de Predjama.
Notre guide nous laisse visiter le château à notre guise, et nous avons... 45 minute! Ça parait court mais vous verrez j'aurais le temps de tout visiter: il suffira juste de zapper quelques passages sur l'audioguide qui nous est distribué à l'entrée.
Comme vous le voyez sur la photo, ce château, construit à l'intérieur d'une grotte à flanc de rocher, était carrément imprenable...



Le bâtiment a été construit en plusieurs étapes, avec juste une petite passerelle le reliant à la terre ferme, et était donc utilisé par les seigneurs du pays pour se réfugier en cas d'attaque d'envahisseurs ennemis.
Il n'était pas vraiment habité en temps de paix, car il y faisait vraiment trop froid et humide l'hiver.
Entrons si vous le voulez bien...


Je monte d'abord à la tour de guet. Vous voyez ce  renfoncement dans le mur? Il était utilisé pour balancer des objets sur la tête d'éventuels assaillants... pas sympa.


Des mannequins de cire sont là pour évoquer la vie de tous les jours au château. Par exemple voici la salle de gym... quoi il fait pas de la gym le monsieur? De la torture? Mais non...


Le château de Predjama a appartenu à 3 familles successives, mais ne fut réellement utilisé comme refuge qu'une seule fois, lors d'un épisode qui resta dans les annales de l'Histoire du pays, et que je vais vous conter maintenant...


Ce château est intimement lié à l'un de ses propriétaire, Erasme Lüger, qui est considéré ici un peu comme le "Robin des bois" slovène. Au XVème siècle, ce chevalier s'opposa au roi autrichien qui dominait alors le pays. Il commença par dérober les riches, puis s'allia au roi hongrois pour se battre contre les Habsbourg. Ayant tué un proche de l'empereur autrichien, il s'enfuit et se réfugia donc ici.


L'armée prussienne encercla le château, mais ne pût jamais déloger Erasme. Se faisant apporter des vivres via des passages secrets situés au fond de la grotte, dans laquelle il y avait même une source d'eau, il resta assiégé ainsi longtemps. Le chevalier se faisait un malin plaisir de narguer ses adversaire en leur faisant même livrer un veau rôti et des cerises par une corde...
Vu du côté des soldats prussiens, Erasme avait certainement fait un pacte avec le diable, pour pouvoir ainsi faire apparaître des vivres de nulle part...


Les murs du château étaient bien trop éloignés et trop épais pour leurs boulets de canons, et il n'arrivèrent à l'attraper qu'en soudoyant l'un des serviteurs d'Erasme. Celui-ci leur indiqua le point faible de la forteresse: les toilettes (derrière la porte ci-dessus). Alors que le maître s'y était rendu, le serviteur fit un signe aux assaillants qui balancèrent un boulet de canon sur Erasme... alors qu'il était sur le trône! Triste fin...


On racontait plein de choses dans cet audioguide: par exemple le nom du château provient de Pred (le château) et de Jama (la grotte), tout simplement.


Au fond du château, on peut pénétrer dans la grotte. A certains endroits, mur et rocher se confondent. C'est tout au fond de cette grotte que se trouvait le passage secret par lequel Erasme se faisait ravitailler.


Je pense qu'une partie des gardes devait habiter là: il y a un foyer pour le feu. Contre la paroi, des rigoles et des gouttières permettaient de récupérer l'eau de pluie qui ruisselait sur la pierre.
Je regarde ma montre... oups! j'ai 5 minutes de retard.


On attend les derniers retardataires, puis nous embarquons tous dans notre van climatisé (oui il commence à faire chaud).
Sur l'autoroute, nous dépassons la montagne qui fait office de frontière entre le Nord et le Sud: à partir de maintenant il va faire encore plus chaud!


Nous voici arrivés à notre deuxième arrêt de la journée, et Adriana gare notre van sur le bord de la route. Voici les élevages des fameux chevaux de Lipica, fierté du pays.
c'est une race de chevaux qui fut créée ici par les empereurs autrichiens, qui y fondèrent un haras afin de produire une race de chevaux capables de rivaliser avec les pur-sang espagnols.
Ce sont d'ailleurs ces chevaux qui sont dressés dans l'école espagnole de Vienne (que je n'ai pas pu voir lors de ma visite là bas).


La particularité de cette race est que les poulains sont de couleur noire et deviennent (pour la plupart) blancs à l'age adulte. Le nom Lipica (ou Lipizzan en Autriche) provient du nom d'un arbre de la région, un genre de tilleul qui pousse dans ces champs.
Ils sont beaux, ces chevaux qui s'ébattent devant nous, ils ont l'air libres et fiers...


Notre prochain arrêt: les grottes de Skocjan.
Parmi toutes les grottes qu'il y a dans le pays (et il y en a beaucoup), c'est celle ci que je voulais visiter. Un peu parce qu'elles sont classées comme patrimoine mondial par l'UNESCO, mais aussi parce que j'avais lu sur le net que c'était celle qui valait le plus le coup.


Mais du coup il y a pas mal de monde. L'entrée coûte 16€. La visite guidée de 2h se fait bien sûr en groupe, et d'ailleurs voilà le guide qui arrive, et qui lance "let's go to the cave!". Car il faut d'abord marcher un peu pour arriver à l'entrée de la grotte. Tout le monde se suit en file indienne... il suffit de suivre les panneaux.


On nous explique comment ça se passe: il va y avoir 2 groupes: 1 guide avec commentaires en anglais et un autre avec commentaires en slovène + anglais.
Il faut absolument suivre la guide et ne pas trop trainer.
Et surtout... les photos sont strictement interdites!



Alors oui j'avoue: je n'ai pas pu m'en empêcher. J'ai pris des photos! Pourtant j'étais parti avec de bonne intentions, et puis j'ai remarqué une touriste japonaise qui avait comme moi un appareil reflex et qui, discrètement, en se cachant un peu, prenait ses photos sous le coude. Alors je me suis dit "Si même les japonais trichent alors..."
Donc voilà j'ai triché... je suis un criminel.
Si la police vient sonner chez moi une fois cet article publié, merci à toi pour ta fidélité cher lecteur.


Revenons à la visite. Ça commence par un long tunnel en béton au bout duquel nous nous enfonçons dans l'obscurité de la caverne. 3km de chemin nous attendent, très sécurisé, balisé et illuminé tout le long.


Paradise cave: stalactites et stalagmites... D'après la guide, les stalactites marrons sont ceux par lesquels l'eau continue à s'écouler. Quand ils sont blancs alors on dit qu'ils sont morts.


La particularité de cette grotte c'est sa profondeur: il y a carrément un canyon au dessous de nous dans lequel s'écoule une petite rivière. A une époque l'eau arrivait jusqu'à notre niveau.
On se sent tout petit, surtout quand on voit le serpentin du chemin que nous allons emprunter, accroché sur les parois de la grotte...


Il y a même un pont en béton pour traverser le canyon. Dans la roche, on aperçoit également l'ancien chemin qui était utilisé par les premiers visiteurs pour visiter la grotte, quand même assez dangereux par endroit.
En bas on entend le torrent qui gronde, et au dessus de nos têtes, les cris des chauves souris qu'on ne voit même pas.


De temps en temps, on s'arrête dans des cavernes contenant des curiosités géologiques, comme ces bassines qui ne contiennent plus d'eau.


Moi j'y resterais des heures dans cette grotte, mais il faut suivre le groupe et ne pas rêvasser...
Et d'ailleurs voilà déjà la lumière du jour: nous arrivons à l'ultime caverne, et c'est juste à ce moment là que la guide me jette un œil accusateur car elle vient de s'apercevoir que je prenais des photos... Fais profil bas Eric, baisse la tête...


Nous voilà revenus à l'air libre!
Notre guide nous laisse libres de retourner vers l'entrée du parc par nos propres moyens en suivant le chemin balisé...
On peut continuer la visite en allant voir une petite grotte juste à côté, dans laquelle ont été trouvés des restes archéologiques il y a à peine 5 ans.
Mais Adriana nous attend à la voiture je pense...


Elle nous avait bien conseillé de prendre le funiculaire qui nous ramène vers le haut de la colline.
La voilà qui attend sur un banc sur le chemin.
Surprise! Je suis le premier sorti. Je pense que les autres étaient avec l'autre guide, qui a pris plus de temps car rappelons-le les commentaires étaient en slovène+anglais dans leur groupe.


J'en profite pour faire quelques pas vers un point d'observation d'où l'on a une belle vue sur le village, juste en face.
Rejoignons le groupe. Pour la suite, Adriana a prévu un moment de détente et quelque chose à grignoter. C'est à dire qu'il est déjà 14h passé, et il commence à faire faim...

Cette première partie de journée était vraiment pas mal, et la grotte de Skocjan très impressionnante. Qu'est ce que vous en pensez?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire