samedi 19 janvier 2019

Luxembourg - Jour 1 - Partie 1 - La ville haute

J'ai très bien dormi cette nuit dans ce lit super moelleux. Enfin... s'il n'y avait pas tous ces avions qui décollent et atterrissent dès 7h du matin! L'aéroport ne doit pas être bien loin de la ville, on voit d'ailleurs passer des avions dans le ciel à toute heure de la journée... avec le bruit en prime.
Par la fenêtre je vois bien que le temps n'est pas au beau fixe: je vais prendre mon parapluie et me couvrir un peu... il n'a pas l'air de faire très chaud en ce mois de Juillet!


Une fois dehors, je cherche un peu mon chemin et finit par trouver une petite boulangerie sur la place de Paris, juste à côté. Comme ça on n'est pas dépaysé...
Sans le faire exprès je commande un full chocolat: pain au chocolat, croissant au chocolat et chocolat chaud. Entre deux clients, les deux boulangères discutent en luxembourgeois. Étonnant ce pays où tous les habitants passent d'une langue à l'autre sans problème...



Bon on y va... et aujourd'hui mon parapluie... sera mon grand ami!
Je croise plein de gens qui se pressent pour aller à leur travail.


Au bout de la rue, nous voici sur le pont Adolphe. Reliant le plateau du quartier de la gare au rocher de la vieille ville, il fut construit en 1900 pour enjamber la vallée de Pétrusse. De 153 mètre de long et 42 mètre de haut, c'était une prouesse technologique à l'époque. Mais bon nous n'en verrons pas grand chose car le vieux bonhomme de plus de 100 ans est en complète rénovation. Ils ont même construit un pont de substitution - moins joli - juste à côté. On va donc s'en contenter...


Une fois de l'autre côté, nous voilà dans la vieille ville. On longe la route, on passe devant quelques banques et restaurants et puis l'ambassade de France devant laquelle quelques roses (déposées j'imagine pour commémorer les attentats) se fanent.


Et en face, il y a la petite place de la République avec la "Gëlle Fra", la fille dorée qui la surplombe.


C'est un monument au morts de la guerre de 14-18. Sur les côtés du monument, on peut lire des extraits de discours de la grande duchesse Charlotte. Pendant la seconde guerre mondiale, celle-ci se réfugia à Londres et - comme le général de Gaulle - dirigea la résistance.


De ce promontoire on a une superbe vue sur la vallée de la Pétrusse en dessous, et notamment du Pont Charles, qui a revêtu son pyjama, car il serait malade...

Nous venons d'en face: le rocher de la vieille ville de Luxembourg est un large promontoire entourée d'une vallée qui l'encercle presque totalement, ce qui lui a donné pendant des siècles une réputation de place forte imprenable (on en reparlera plus tard) et fait qu'aujourd'hui la ville est entourée d'une ceinture de verdure profonde... charmant, vous ne trouvez pas?
Et la tour là, c'est le musée de la caisse d'épargne du Luxembourg.


Je continue mon chemin et tombe sur une rue commerçante où à cette heure-ci tout est encore fermé, puis je débouche sur la place Guillaume II. J'en profite pour aller faire un tour à l'office de tourisme et réserver quelques visites guidées...


La place porte le nom du Grand Duc Guillaume II d'Orange Nassau . D'ailleurs le voici sur son cheval qui vient vers nous! Ce fut lui qui institua en 1848 la première constitution du pays, une constitution très libérale. A l'époque le pays était encore sous l'influence des pays bas et Guillaume II était d'ailleurs Roi de Hollande en plus d'être Grand Duc.


Bon alors... on va un peu se balader au hasard.Voilà le fameux palais grand ducal au bout de la rue. C'est vrai que ce bâtiment, même très ancien, ne fait pas particulièrement palais... enfin par rapport à Buckingham ou Versailles. En face il y a une chocolaterie, à côté quelques bars et restaurants branchés... c'est tellement petit Luxembourg que Grand Ducs et Prolos se côtoient!


Je n'aperçois même pas de garde en uniforme. Il parait qu'il y a bien une relève de la garde protocolaire, mais elle a lieu une seule fois par mois.
Jusqu'en 1890 le bâtiment ne faisait même pas office de palais car c'était simplement l'hôtel de ville de Luxembourg, devenu l'hôtel du gouvernement sous la domination des Pays Bas.


En 1890, à la mort de Guillaume II - roi des Pays Bas, et sans héritiers mâle - le grand duché du Luxembourg est donné à l'un des cousins du roi, Adolphe, qui donne ainsi l'indépendance au pays en s'installant dans le palais grand ducal.



Je continue ma balade et le voilà dans l’îlot gastronomique, un petit passage à l'intérieur de quelques maisons médiévales (les plus anciennes de la ville) où se sont installés quelques restaurants chics.




Je traverse le passage puis je remonte vers la place Clairefontaine, avec les toits de la cathédrale derrière. C'est là que se trouve la statue de bronze de la Grande Duchesse Charlotte



Assises en rond autour d'elle, d'autres statues énigmatiques prennent la pause et semblent la surveiller ou l'écouter parler.


Je suis plus intrigué par ces drôles de statues que par celle de la grande Duchesse...


On dirait qu'elles sont en bois... je touche: ah non elles sont en métal. Étonnant! On dirait de véritables totems africains.


La statue de la grande Duchesse Charlotte, au milieu, a l'air beaucoup plus conventionnelle. Avant de partir en voyage, je suis tombé un peu par hasard à la télé sur un reportage sur sa vie. Comment elle a d'abord accédé au trône après l'abdication de sa sœur (accusée d'être trop proche des allemands). Puis comment, alors que les nazis avaient envahi le pays, elle décide de fuir le Luxembourg pour la France. Quand les nazis lui proposèrent de diriger à nouveau le pays sous leur protection, elle répondit "Mon cœur dit oui, mais ma raison dit non." et elle s'exila à Londres pour ne revenir qu'à la libération.


Je remarque ce panneau... "Grimper sur les sculptures n'est pas permis!"


Elle n'est pas bien grande la vieille ville et en quelques pas je passe d'une grande place très chic à une petite ruelle pleine de tags....
Je croise quand même quelques touristes... content de voir que je ne suis pas le seul de la ville!



Je continue mon chemin parmi les rues de la ville et finit par me retrouver devant l'escalier de l'église Notre Dame. Et la porte est ouverte. Alors allons y...


Au début une petite église rattachée à l'abbaye attenante, elle fut considérablement agrandie au 20ème siècle, allant jusqu'à doubler de volume!



On voit bien à l'intérieur la différentes entre les deux époques de construction: d'un côté c'est totalement gothique, et de l'autre plus moderne, avec un plafond tout plat et recouvert de bois vernis.



Il y a un groupe de touristes et leur guide est en train de faire l'éloge des sculptures de la partie gothique et de son orgue. L'orgue est en effet très beau, mais franchement plus petit que celui qui se trouve du côté 'neuf' de l'église.



A gauche de l'autel, la loge du Grand Duc et de sa famille. Et au fond, le chœur de style néogothique et entouré de très beaux vitraux.


La petite statue de la vierge est miraculeuse. C'est la Consolatrice des Affligés, devenue patronne du Luxembourg depuis 1678. Chaque année lors d'une procession de pèlerinage on sort la statue de l'église pour la présenter aux fidèles.


Ce tableau sur le mur... je me demande si c'est une oeuvre d'art ou alors... il y a peut être un message?


Je sors de Notre Dame par l'autre côté - donc le côté 'neuf' - et passe devant la drôle de fontaine aux grimaces...


De là nous pouvons rejoindre la corniche. Je comptais visiter les casemates de Pétrusse dont l'entrée est juste à côté mais apparemment elles sont fermées en ce moment. Tant pis!


Un peu plus loin voilà le palais de justice, super grand, blanc et tout neuf.


Et puis de là on a la vue que voici. Superbe non? Bon là il ne fait pas vraiment très beau mais de toute façon on y viendra et reviendra ici car c'est mon point préféré de la ville. Une vue sur la vallée d'en dessous et le village du Grund. Et au fond on aperçoit aussi les buildings du quartier européen.



Pour une capitale européenne, je trouve assez sympa de se retrouver comme ça en pleine nature au milieu d'un village... en prenant simplement un ascenseur! D'ailleurs on le prendra ce soir...


En face dans le rocher, les trous ce sont les grottes des casemates du Bock. C'est un site classé par l'UNESCO que nous ne manquerons pas de visiter: creusées dans la roche, elles permettaient de défendre la ville en cas d'attaque venue d'en dessous...


La vallée a été creusée par la rivière Alzette qui encercle presque toute la ville et tournicote dans tous les sens... D'ici on aperçoit même des potagers et des vergers (à gauche).


On va donc longer le chemin de la corniche, que certains ont surnommé "le plus beau balcon d'Europe" avec d'un côté ce superbe panorama et de l'autre ces jolies maisons anciennes. Ça doit être sympa d'habiter là.


En bas il y a la pointe de l'église Saint Jean. Ancienne abbaye, jusque dans les années 60 cet endroit avait été transformé en pénitencier, et l'on pouvait apercevoir d'ici les prisonniers qui faisaient leur ronde dans la cour. C'est maintenant un centre culturel.


Au bout de la corniche, il y a la route qui permet de quitter la vieille ville et de rejoindre la vallée, et la fameuse église Saint Michel.


Endommagée lors de la conquête des troupes françaises, Louis XIV en finança la reconstruction. Les 3 fleurs de Lys du royaume de France apparaissent d'ailleurs sur l'encoignure de la porte, et les vitraux à l'intérieur relatent la visite du roi soleil dans la ville...


Je fais un petit tour à l'intérieur, puis à l'extérieur... Mon guide raconte qu'il y aurait un boulet de canon des armées françaises que l'on aurait laissé planté dans le mur de la tour de l'église. Mais je ne vois pas très bien où...


Il est maintenant 13h passé. C'est l'heure de chercher un restaurant pour déjeuner. Les bouchées à la reine semblent être la spécialité d'ici mais ça a l'air super cher sur les menus des restaurants que je rencontre. J'arrive aux abords de la Place d'Armes, place centrale de la vieille ville où se trouve l'ancien palais municipal. Mais en passant devant Kaempff-Kohler, un traiteur (un peu le Fauchon luxembourgeois), je m’aperçois qu'ils font aussi restaurant, et ça a l'air pas mal!


Je m'installe à une petite table et commande une spécialité: un genre de tartiflette au chèvre, très bon avec sa petite pointe de miel. Mais bien sûr... assez bourratif!
Il va falloir marcher pour digérer tout ça! A moins que... je ne fasse une petite sieste?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Aucun commentaire:

Publier un commentaire