samedi 27 avril 2019

Luxembourg - Jour 3 - Partie 3 - La tournée des grands ducs

Rendez-vous à 16h30 devant la porte du palais Grand ducal. J'arrive un peu en avance, donc j'en profite pour aller déguster l'un des cocktails de fruits du restaurant danois du musée de la ville. Fraise, pamplemousse et tonic... rafraîchissant!


Je ne suis pas tout seul pour participer à la visite guidée en français du palais du grand duc. Il y a déjà presque 40 autres visiteurs qui patientent avec moi.
Les photos sont interdites à l'intérieur alors j'en profite pour faire des photos de dehors que je mettrais en illustration sur mon blog...


Notre guide vient nous accueillir et nous invite à entrer: c'est un vieux bonhomme à la mine bien sympathique.
Il commence par nous raconter l'histoire de la dynastie du Luxembourg: le premier grand duc Adolphe (qui a succédé aux rois de Hollande, dont dépendait le Luxembourg à l'époque), puis son fils Guillaume.
Plus récemment il y eut dans les années 1910 la grande duchesse Marie Adelaïde, obligée d'abdiquer suite à ses amitiés trop proches avec le gouvernement prussien. C'est sa sœur Charlotte qui lui succéda. Forte tête, elle refusa de se soumettre aux nazis et partit se réfugier à Londres d'où elle continua le combat.



Le palais n'est pas bien grand et nous allons le parcourir de salle en salle. Dans la première d'entre elles se trouvait jadis la balance qui servait à étalonner toutes les autres balances de la ville (très important pour une ville commerciale, notamment pour peser l'or).

Dans la pièce du bas on a conservé un mur de style renaissance. Par contre, les écussons de la peinture murale, symboles de la dynastie des grand ducs, ont été effacés par les nazis pendant l'occupation, soucieux de 'gommer' l'histoire du pays qui n'existait pas à leurs yeux. Ils avaient même transformé une partie du palais en taverne!



Nous montons à l'étage... Tout semble avoir été remis à neuf il y a peu. Le mobilier mélange l'ancien et le moderne avec assez de goût... On sent que les lieux sont encore utilisés par les grand ducs actuels.
Par contre... il semble y avoir un portrait du grand duc et de ses ancêtres sur tous les murs!
Nous allons de pièce en pièce, de détail en détail. La salle de réception a été entièrement repeinte de couleur dorée, et des miroirs ont été installés dans les salles au fond pour 'agrandir' l'espace. C'est vrai que le palais n'est pas aussi grand que celui de la reine d'Angleterre, mais il est décoré avec luxe.



Voilà la pièce où sont réunis les portraits de la famille grand-ducale actuelle. Le tableau du grand duc Jean est resté inachevé car le peintre espagnol en charge du portrait serait décédé avant de terminer son oeuvre.
Notre guide n'est pas avare d'anecdotes, comme celle où Churchill et la grande Duchesse Charlotte, tout deux amateurs de cigares, seraient allés fumer ensemble dans la petite pièce du fond pour ne pas gêner les autres invités.



Derrière se trouve le balcon d'où une fois par an pour la fête nationale le grand Duc et sa famille viennent saluer le petit peuple (voilà une photo vue de l'extérieur).



Passons par la salle des cartes, puis par le bureau de travail du Grand duc et déjà nous voilà dans la salle à manger avec ses superbes tapisseries de la manufacture des Gobelins, cadeau de Napoléon au Grand duc Adolphe. Dans le couloir sont exposées quelques porcelaines de Villeroy et Boch, qui depuis quelques années ne produisent plus rien au Luxembourg (tout est fait en Allemagne ou en Chine).
C'est maintenant la fin de notre visite et le guide est chaleureusement applaudi.


Je récupère mon sac et me voilà dehors, le nez en l'air...
Sur la place Guillaume II le marché de ce matin a fait place à des stands de jeux pour gamins. Il y a d'ailleurs pas mal de monde et les jeux, tenus pas des animateurs, ont l'air très sympa.


C'est quoi ça? Un baby foot géant?


Et là une luge à roulette!
Parfois on regrette de ne pas savoir 40 ans de moins...


J'ai un petit creux. Je décide d'aller à la chocolaterie conseillée par mon guide et qui se trouve tout contre le palais: la Chocolate House of Luxembourg. Il y a plein de monde... il faut dire que le menu a l'air intéressant. Des trucs originaux et appétissants...
Alors je vais prendre une choco spoon au wasabi dans du lait de riz chaud! Et ils ont aussi toute une vitrine de bons gâteaux! Ce n'est pas raisonnable mais je me laisse tenter par une grosse part de gâteau au pavot. Tant pis si ce soir je n'ai plus faim!
C'est le moment de prendre son temps et de déguster...


Je finis par reprendre la route en descendant vers le Grund par le chemin de la corniche, avec dans l'idée de continuer ma balade interrompue tout à l'heure...


Il faut donc retourner du côté du Clausen, et cela me permet de passer une nouvelle fois devant le jardin du Klouschtergaart, avec ses multiples cultures...


Les pommiers sont plein de fruits... j'aurais bien chipé une pomme.


Nous voici sur le chemin au bord de la rivière... Je n'étais pas encore passé par ce côté de l'Alzette, c'est un endroit très agréable... et romantique.


D'ailleurs voici une statue représentant la sirène Mélusine, abandonnée par son amant et en pleine réflexion...


On traverse le pont pour rejoindre la cour de l'abbaye de Neumünster... L'église est fermée.


L'abbaye de nos jours abrite un centre culturel, mais aussi un restaurant qui a l'air de proposer des spécialités du pays... dont le fameux jarret de porc aux fèves du marais. Mais bon bien sûr je n'ai pas encore faim à cette heure-ci.


Je retourne sur les bords de l'Alzette pour suivre le petit chemin qui mène au fond du village de Clausen. Une balade aménagée qui passe sous le pont du chemin de fer et longe la rivière...


Au bout il y a l'ancienne usine du brasseur Mousel, reconvertie en complexe de restaurants et de bars.


Je n'ai que l'embarras du choix: pizzeria, tex mex, chinois, brasserie... Un autre restaurant qui propose du jarret de porc aux fèves du marais. Mais bon bien sûr je n'ai toujours pas faim...


Et puis surtout - allez savoir pourquoi - j'ai une petite envie de sushis... et une envie de sushis... ça ne se contrôle pas. Retournons donc au Grund en longeant la route...
Je tourne un peu et puis, 21h étant passé, je me décide enfin à aller à ce restaurant japonais que j'avais repéré en plein centre du village, le Kamakura.


 Il est tenu par de vrais japonais (et pas des chinois ou des vietnamiens), gage de qualité et d'ailleurs... même les toilettes sont japonaises (ceux qui connaissent comprendront).
Bon bien sûr... les prix sont assez élevés.


En sortant du restaurant, j'ai droit à un 'Domo arigato gozaimashita', comme au pays...
Pendant le repas, la nuit est tombée sur Luxembourg, et il ne me reste plus qu'à faire une tranquille balade digestive en rentrant vers l'appartement... à passer devant les remparts... devant le cinéma en plein air où l'on vient de jouer 'les temps modernes ' de Chaplin...
Et puis enfin mon lit douillet...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire