vendredi 11 mai 2018

Londres - Jour 5 - Partie 2 - Make tea not war

Un premier janvier à Londres... Nous sortons du restaurant et dehors la parade du nouvel an n'est pas encore terminée et il y a toujours autant de monde dans les rues...
Mais nous nous avons d'autres projets, d'autres choses à découvrir!


Hep Subway! Déposez nous à la station Lambert Northern. C'est un quartier que nous ne connaissons pas encore, et qui ressemble plus à un quartier de banlieue tranquille qu'à une pompe à touristes...


Dans ce gros bâtiment aux allures de temple grec se trouve l'Imperial War Museum. C'était une demande de Pierre André qui est féru d'Histoire militaire. Et une très bonne idée finalement, tant ce musée est intéressant et bien scénographié!


D'ailleurs pas de doute sur le contenu du musée, avec ses 2 immenses canons pointés dès l'entrée en direction des visiteurs.
Avant de devenir le musée de la guerre (principalement celles du XXème siècle), ce bâtiment abritait le Bethlem Royal Hospital.
Il est 15h15 et la fermeture est à 18h, espérons que cela sera nécessaire pour le visiter correctement!



Je dépose ma veste et mon sac à dos au Locker, m'arme du plan du musée et pénètre dans le grand hall où sont suspendus avions et missiles.
Wow!


On peut apercevoir les différents étages du musée, qui a l'air quand même assez grand...
On va commencer par le 5ème étage puis descendre petit à petit. En haut il y a la salle des expositions temporaires avec une exposition dédiée aux médailles de Georges et Victoria, avec des tas de photos de soldats émérites et un descriptif du destin de chacun.



Pas vraiment le temps de tout regarder, mieux vaut descendre d'un étage pour s'attarder sur la longue exposition sur la Shoah. Très documentée et partant du début des groupements nazis, en passant par les exterminations de Pologne et d'Ukraine, les pogroms dans les villages Yeddish du nord de l'Europe, les juifs lavant les pavés de Vienne... pour terminer par les camps et le jugement des criminels de guerre. Pas de photos autorisées.
Je commence à m'intéresser au début, puis m'aperçoit que je n'aurais pas le temps de tout suivre en détails... ils me faudrait l'après midi entière pour faire convenablement cette seule partie du musée!


Dans les salles suivantes, une série de photomontages de l'artiste Peter Kennard, qui dénoncent la guerre et la politique..



Puis on accède à l'espace d'exposition principal qui entoure le grand hall. Il y a encore pas mal de choses à voir...


Certains éléments sont originaux: par exemple ce jeu de carte édité pour que ceux qui font vœu de silence pour protester contre la guerre puissent s'exprimer... je me demande si ça a vraiment servi.


Des consoles de jeu vidéo: parmi les matériaux utilisés pour fabriquer celles-ci, on trouve certains éléments qu'on ne trouve que dans les mines du Congo, ce qui a favorisé l'émergence de la guerre dans ce pays... et oui!


Ce tableau évoque les horreurs de la grande guerre, avec ces soldats rendus aveugles par les gaz chimiques...


Je vous présente Little boy, ou plutôt une réplique, car la vrai bombe atomique nommée Little boy a explosé au dessus de Nagasaki.


Cette cabine remplie d'instrument de mesures permet de parer aux attaques chimiques...


Quand à ces morceaux de métaux, ils ont été extraits des débris de l'armature des Twin towers...


Comme vous le voyez, les éléments exposés sont divers et abordent la guerre sous des points de vue inattendus, comme avec cette affiche s'opposant à l'entrée de la Grande Bretagne au côté des USA dans la guerre en Irak...


Berlin, après la seconde guerre mondiale, quand la ville était encore coupée en différents secteurs...


Voilà un conflit dont on n'a pas beaucoup entendu parler: celui qui opposait (et oppose encore) Chypre et la Turquie, qui a envahi la partie nord de l’île en 1974. Depuis, celle-ci est coupée en deux et les chars de l'ONU (comme celui-ci) maintiennent la paix sur la ligne de démarcation.
Je pense qu'on en apprendra un peu plus quand nous irons visiter Chypre...


Ces timbres britanniques ont été édités en l'honneur de soldats décédés durant leur service...


Des costumes 3 pièces? Ils furent offerts à chaque vétéran de la guerre de 39-45 lors de la démobilisation.


Il y a aussi du lourd... de gros avions comme celui-ci. Étage par étage, une foultitude de pièces évocatrices de toutes les guerres modernes s'étalent devant nous. Et à toute vitesse car je n'ai plus beaucoup de temps devant moi...



Cette carcasse est celle d'un avion japonais... il a certainement rencontré pépé Boyington. Vous vous rappelez les têtes brûlées ?


J'ai juste le temps de faire un passage éclair dans l'exposition consacrée à la vie d'une famille anglaise pendant la seconde guerre mondiale, sous le blitz...


Il y a notamment cet abri anti raid aérien, à installer dans son jardin.
C'est l'heure de la fermeture, les gardiens ferment salle après salle...


J'aurais raté plein de choses dans ce musée: la reconstitution de tranchées de la guerre de 14-18 (conseillée par mon guide), mais aussi la partie sur l'espionnage et la reconstitution d'une machine Enigma. Pierre André et Fred les ont fait en vitesse et il parait que c'était très bien...
Grrr! Faudra vraiment revenir.


Retour par le métro pour aller passer la soirée du côté de Covent Garden, en commençant par déambuler parmi les magasins chics de ces anciennes halles.
Ils ont mis des lampadaires en forme de gui mais personne ne s'embrasse dessous...


A cette heure-ci, les échoppes et les stands sont presque tous fermés. Il y a juste un artiste de rue qui finit son show sous les applaudissements d'un nombreux public.
Je pense qu'en journée ça doit être plus intéressant de venir dans le coin, mais une fois de plus on a tenté d'optimiser notre planning au mieux...


Il est temps d'ouvrir notre guide du routard et l'application de la tablette de Fred pour rechercher un bon restaurant dans le coin.
On va manger indien ce soir, en allant au Mazzala zone. Il parait que c'est le meilleur!


Il y a des marionnettes traditionnelles accrochées au plafond et on voit s'affairer les serveurs et les cuistots derrière le comptoir. Ça sent bon les épices!
Comme à chaque fois que je vais manger indien, je me commande un lassi (enfin un chaas, c'est à dire un lassi salé). La grande assiette Thali végétarienne est bonne mais quand même épicée...
Et en dessert, bien sûr, un Kulfi!


Après tout ça, on a bien besoin d'une petite balade digestive avant de rentrer se coucher.
Demain fini les grasses matinées, on va devoir se lever très tôt!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire