samedi 18 janvier 2020

Prague - Jour 2 - Partie 3 - Pif bang boom!

Tea time à Prague: Carrot cake, Strudel, Cappuccino...
Après une journée bien chargée il est temps pour nous de nous détendre un peu, car la soirée s'annonce chargée: nous sommes le 31 Décembre, c'est le grand soir de la Saint Sylvestre!


Ça y est dehors la nuit est là et bien là. Nous sommes toujours dans l'enceinte du château et nous remontons en direction de la cathédrale...



On entend les orgues retentir à l'intérieur de Saint Guy. Il doit y avoir une grand messe exceptionnelle, la dernière de l'année...


Et sur le chemin, chacun de nous achète un morceau de brioche à la broche bien chaude à l'un des stands installés derrière l'église. Elles sont encore meilleures que celles que nous avions dégusté la veille...


On se balade donc tranquillement en mangeant et nos pas nous mènent vers les jardins royaux... qui sont fermés exceptionnellement plus tôt aujourd'hui, et donc qu'on ne pourra pas visiter... mais on s'en fout.


Sur le chemin, on assiste à une nouvelle relève de la garde: moins cérémonielle que celle de ce midi... et surtout sans la foule!
Avec l'impression de vivre un moment privilégié devant ce spectacle bien réglé dont nous sommes les seuls spectateurs...


Nous faisons alors demi-tour pour retourner vers le château, puis sortons une fois pour toute du complexe du palais royal...


La place devant le château s'est vidée peu à peu de ses touristes. Comme nous, ils ont jeté un dernier coup d’œil au superbe panorama que l'on a sur la ville en bas...


Puis comme nous ils ont pris le grand escalier qui descend vers Mala Strana, quittant les nobles et les rois pour rejoindre les gueux...


Cette fois-ci, je peux prendre des photos à loisir sur le pont Karluv, d'autant plus que la foule est bien moins dense qu'en journée.


Tout comme la veille, la nuit enveloppe les statues d'un manteau d'obscurité et de lumière du plus bel effet.


En se penchant par dessus le pont, on aperçoit d'abord la presqu’île de Kampa juste en dessous, où là aussi ils ont installé un marché de Noël...
Cette partie de la ville étant par le passé plus sujette aux inondations du fleuve, les bâtisses sont moins anciennes et luxueuses que dans la vieille ville, et il semble y régner une ambiance de village...


Puis le pont enjambe la Vltava, dans laquelle se reflètent les lumières de la ville.


Il n'est pas encore 18 heure mais on entend déjà péter les feux d'artifices dans le ciel au loin. Comme on aura l'occasion de le constater plus tard dans la soirée, c'est ici une grande tradition: des feux sont tirés à la sauvage et un peu partout par des particuliers, et bien sûr sans autorisation...


Il y a une trentaine de statues religieuses sur toute la longueur du pont Charles (15 de chaque côté). Certaines d'entre elles (les plus anciennes) ont été remplacées par des copies.



Plusieurs statues sont remarquables, et certaines plus connues que d'autres, comme celle du saint local, Jean Népomucène, qui est la plus ancienne (1683). Il serait mort noyé, jeté par ordre du roi Venceslas par dessus ce même pont en 1383 car il refusait de lui dire ce que la reine lui avait révélé en confession. Une auréole serait alors apparue au dessus de l'eau...




Le crucifix est aussi particulier: venu en remplacement d'une statue de bois en 1657, on lui adjoignit un texte en hébreu qui entoure la croix (en doré au dessus) et qui glorifie Dieu. Cette inscription est en fait un témoin de l'antisémitisme de l'époque car elle fut payée avec de l'argent confisqué aux juifs de la ville. Les forcer à payer pour décorer une croix chrétienne était vu comme une punition pour leur blasphème...




Dong! Dong! L'horloge astronomique de la vieille tour vient de sonner 18 coups: 18 heures seulement et il y a déjà la foule sur la place Starometské, pleine de gens prêts à fêter le passage à la nouvelle année comme il se doit.


Quand à nous, nous allons tout droit au théâtre Obecni Dum (la maison de la municipalité) où nous avons décidé de débuter notre soirée. On a bien réservé nos billets pour le spectacle de ce soir: des extraits de Carmen et de la symphonie du nouveau monde d'Antonin Dvorak.
Nous finirons l'année en mode "esthète", ne vous déplaise!


Pas besoin de faire la queue puisque nous avons déjà nos billets, mais il faut quand même passer par le vieux vestiaire pour laisser manteaux et sacs à dos (8 czk - 30 centimes- par élément). J'ai oublié d'apporter mon nœud pap'.


La vieille salle du théâtre est assez jolie. On voit que c'est une salle transformable et fonctionnelle, pouvant autant accueillir un concert qu'un bal de promo.


Nous sommes assis en plein milieu, avec largement de la place pour nos longues jambes (surtout celles de Pierre-André).
A notre grand étonnement, la salle n'est pas pleine. Pourtant le concert sera de très bonne qualité, et les chanteurs très applaudis. Je soutiens (et après vérification j'ai raison) que l'une des mélodies du Nouveau Monde de Dvorak a été reprise par Gainsbourg dans le titre "BB initials".



Le spectacle durera à peu près 1 heure que nous n'aurons pas le temps de voir passer...
Il faut déjà repartir dans le froid. Dehors, c'est le concert des pétards et des feux d'artifices qui vont rythmer notre soirée...
Mais il faut avant tout chercher un restaurant pour dîner. On n'a pas envie de s'embêter à trop chercher, alors nous entrons dans le premier restaurant italien sur notre chemin et on a de la chance: il leur reste justement une table.



C'est vrai que pendant tout le repas on verra de nouveaux clients se présenter, sans succès car le restaurant est complet.
On est installés en plein courant d'air, mais on a de quoi se réchauffer avec un serveur très sympa - qui parle quelques mots de français- et surtout de très bonnes pâtes: spaghettis au pesto pour moi, et Tiramisu en dessert, tel sera le menu de notre réveillon!


Durant le dîner, quelques flocons de neiges sont tombés à l'extérieur. Notre nuit peut commencer! On traverse à nouveau la place Starometske où la grande fête a débuté, avec un orchestre et une large foule où on se serre les uns contre les autres (parce que tout le monde est frigorifié).


Nous quittons donc la foule pour -comme prévu - nous rapprocher du fleuve. Et de préférence par des rues moins remplies de monde... des rues tellement désertes qu'on finit pas se demander si on ne s'est pas perdus. Mais non la voilà: la Vltava!
On décide de longer les quais en direction des ponts d'où nous pourrons observer les feux d'artifice.


Mais on en voit déjà pas mal des feux d'artifices! On les entend surtout péter à intervalle irréguliers, tout autour de nous: sur l'autre rive, derrière les montagnes... un vrai concert sauvage.
Il y a sur le quai des péniches qui font le plein de spectateurs, prêts à embarquer pour le spectacle. Et il y a même la queue.



Quand à nous, nous irons nous installer sur le pont qui se trouve juste en face du pont Karluv, histoire d'avoir une superbe vue sur celui-ci et sur le palais royal à droite. Je crois que justement les feux (officiels) sont tirés depuis le fleuve à côté du Karluv most.


Bon, il y a déjà pas mal de spectateurs qui ont eu la même idée que nous. On va essayer de se rapprocher du bord: on ne sera pas vraiment aux premières loges, mais en levant mon appareil par dessus la tête de la dame devant, ça le fait! Merci madame de ne pas être trop grande!


Je n'ose imaginer ce que ça doit être la foule sur le pont Charles en face!
Les péniches et les petits bateaux viennent peu à peu se rapprocher...


On n'aura même pas besoin d'attendre minuit (qui est dans moins d'une heure) pour voir le ciel s'embraser car déjà tout autour de nous les feux retentissent et s'intensifient à l'approche de l'heure fatidique.


Quelques canards essaient de trouver un abri sous notre pont, alors que ça canarde de tous les coins: devant, derrière... et même sur notre propre pont, à peine à 5 mètres de nous, et par dessus nos têtes. Attention fermez les yeux pour ne pas recevoir d'étincelles!


A minuit, le 'vrai' feu d'artifice officiel commence, tiré depuis le fleuve entre les deux ponts. Il est plus grand que les autres, certes, mais le voilà noyé au milieu d'une pluie de feux sauvages qui tonnent et crépitent de tous les côtés: devant, derrière, au dessus...



C'est de la folie!
On n'a même pas le temps de se souhaiter la bonne année, tellement nous sommes tous estomaqués devant autant de bruit et de lumière!



Et quand les feux officiels se terminent (15 minutes plus tard), on finit par s'embrasser, alors que derrière nous tonnent encore quelques flammes retardataires...
C'est l'heure de la dispersion messieurs dames! On n'a plus qu'à suivre le mouvement en direction de la place Starometske.



Mais les tirs de feux continuent de plus belle, et parfois même en pleine rue, au milieu des immeubles. Je pense qu'à Prague chaque année il doit y avoir des accidents et les hôpitaux doivent être bondés, vous ne croyez pas?


Peu à peu l'ambiance se calme... les gens vont chacun de son côté. Il fait toujours aussi froid, mais personne n'a envie que cette soirée ne s'achève...



La place de la vieille ville est encore pleine de monde (dont certains sont déjà bien imbibés), mais la fête semble quand même être sur le point de se terminer. Il n'y a plus d'orchestre et les cabanes de la place sont toutes en train de fermer. On avait envie d'une boisson chaude... tant pis!



Dans un coin de la place, des jeunes gens installent un pas de tir et lancent une dernière gerbe, qui éclate juste au dessus de nos têtes.
Mais nous on a encore envie de marcher...  Les bars sont en train de se remplir de jeunes fêtards, et on se contente de faire le tour du quartier.
On marche on marche... et le temps passe: il est maintenant presque 2 heure du matin.
Je crois qu'il est temps pour nous de rentrer...

Cette dernière soirée de l'année fut une sacré soirée!
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Aucun commentaire:

Publier un commentaire