jeudi 23 janvier 2020

Prague - Jour 3 - Partie 2 - Lennon et le petit Jésus

Nous sommes toujours au restaurant pour notre premier déjeuner de l'année...
C'est bien de prendre son temps mais il va falloir quand même y aller, car il ne reste plus que 2 heures avant le coucher du soleil, il est... 14h!
Allez un café et l'addition!


Nous retournons au pont Karluv, histoire de le parcourir... encore.
Ce pont, nous l'aurons traversé et retraversé un certain nombre de fois durant notre séjour, mais cette fois-ci nous allons le regarder un peu plus en détail, notamment en s'arrêtant devant les statues et en essayant de les identifier.



Il y a étonnamment moins de monde que les jours précédents(même si ça ne se voit pas sur la photo), comme si aussitôt la nouvelle année venue chaque touriste était rentré dans son pays.




On est particulièrement amusé par les deux ou trois statues qui sont censées porter chance, et qui sont tellement caressées par les mains des croyants et touristes superstitieux qu'elles finissent par êtres polies et lisses...
On aperçoit plein de gens en train de s'adonner à ce manège.



Certains ensembles sont vraiment très travaillés, comme celui dédié à Saint François Xavier. Grand missionnaire en Inde et Moyen Orient. Il est représenté entouré d'un indien et d'un japonais ainsi que d'un sultan, donc facile à reconnaître.


Bien sûr le pont est aussi un très bon endroit pour les musiciens des rues qui peuvent espérer ici une meilleure obole... quand les touristes auront terminé leurs innombrables selfies...




En me penchant par dessus le pont, je remarque dans le fleuve un bien étrange spectacle: des gens en combinaison de plongée, accrochés à l'un des pieds du pont.


Ils s'envoient une bouteille de champagne! La police fluviale, qui vient à leur rencontre, les laisse tranquillement continuer. Quelle drôle de façon de commencer l'année!



Mais retournons à nos statues. Revoici celle de Saint Népomucène (Saint Patron de la ville), cette fois ci en plein jour. Elle aussi est polie par les passants mais à un endroit bien particulier sur la plaque juste en dessous. Approchons nous...



Et oui: c'est bien un chien que les gens viennent caresser. Brave toutou... Derrière on voit le confessionnal où le Saint reçut la confession de la reine, confession qui participa à la sanctification du bonhomme car comme le fidèle toutou il refusa de divulguer au roi ce que la dame lui avait confessé et fut pour cela jeté dans le fleuve...


14 heure passé et le soleil est déjà en rase motte dans le ciel, conférant une atmosphère paisible à la ville et au fleuve...



Cet ensemble de statues m'intrigue: il y a des animaux dont un cerf avec une croix, et au dessous un  un genre de prison où souffrent des damnés.




C'est en fait un ensemble dédié à Jean de Matha et Félix de Valois, fondateurs de l'Ordre de la très sainte Trinité, chargé de libérer les chrétiens fait prisonniers par les Maures. Tout s'explique...



Nous voilà déjà arrivés de l'autre côté du pont... On demande  à un jeune garçon qui distribue les menus d'un restaurant notre chemin pour aller au mur John Lennon, et celui-ci nous conseille de revenir sur nos pas et de descendre l'escalier pour passer par l'île de Kampa.
Bonne idée! D'autant plus que l'endroit est sympa...


Ici c'est encore plus calme que là haut sur le pont... J'aime bien cette photo.


Alors si je me base sur mon plan, il faut tourner à droite, passer devant le Pub John Lennon, puis admirer la roue à aube que nous avions aperçue ce matin pendant la croisière, et qui est vraiment toute glacée...



Les amoureux de passage on également rempli la grille de cadenas... que c'est original! (Non je rigole).


Là bas il y a un attroupement. Pas de doute: voici le mur John Lennon.
Quand celui-ci fut assassiné (en décembre 1980), alors que le pays était encore communiste, un fan a fait un tag à cet endroit en l'honneur de l'artiste. Vite recouvert par les autorités - qui n'appréciaient pas trop ce genre de musique - le mur fut à nouveau taggé jusqu'à devenir un symbole de liberté d'expression et de résistance, taggé et retaggé en continu depuis cette époque...


Peinture sur peinture, couche sur couche, le mur est complètement rempli, si bien qu'on a du mal à distinguer les différents messages et dessins, noyés dans un flux de couleurs et de symboles...


C'est l'endroit rêvé pour un selfie, et tout le monde autour de nous s'y donne à cœur joie. Certains prennent même la pose avec une bombe de peinture vide trouvée sur place...


Je jette un œil sur le côté... il y a une sacré épaisseur de peinture!



Avant de quitter les lieux, un petit coup d’œil sur l'ambassade de France qui se trouve juste en face.
Je crois que le quartier est d'ailleurs plein d'ambassades: on a un peu plus loin celle du Japon, puis celle du Danemark...




Au cas où quelques artistes en herbe voudrait faire du zèle, ils ont mis des affiches sur les murs de l'ambassade. Ok pour un peu de liberté d'expression, mais quand même faut pas pousser!






Un peu plus loin, en passant devant le café de Paris, nous remarquons ce pan de tir de feux d'artifices abandonné. Il y en a un sacré nombre!On comprend mieux le concert auquel nous avons eu droit a veille...



Là il faut qu'on bifurque à droite en direction de l'église Panna Maria. L'extérieur a gardé ses décorations de Noël, et il y a même un petit enclos avec un mouton et un âne. Il y a du monde venu voir cette église très populaire...



A l'intérieur, on cherche en vain les tableaux de Rembrandt décrits dans mon livre...


En fait, tout ce qui semble intéresser les touristes c'est le fameux poupon miraculeux.
Impossible de la rater, ce tout petit poupon de cire(45 centimètres), paré de ses plus beaux habits, d'une couronne plus grosse que sa tête, entouré de milles dorures et d'une foule d'admirateurs...



Bien sûr il représente l'enfant Jésus: cette statue fut apportée dans cette église par l'ordre des Carmes au 17ème siècle où elle commença à être vénérée.
Un premier miracle survint quand un comte vint prier la statue et obtenir  la guérison de son épouse atteinte d'un mal incurable. Sa réputation fut faite, et plusieurs miracles et années de dévotion plus tard des pèlerins affluaient  de toute l'Europe, et maintenant du monde entier, pour voir le petit Jésus.



Au fond, un escalier permet d'accéder au petit musée dédié aux tenues offertes comme ex-voto pour le poupon, et qui viennent de tous les coins du monde: voici un costume coréen, vietnamien, slovaque...


Ça me fait tout de suite penser au Manneken Pis, qui lui aussi possède une très grande garde robe... mais en plus marrante.


On cherche Florence un peu partout dans l'église mais elle nous attend déjà dehors, à côté des ânes et des poneys.
La nuit est presque déjà là. On tente d'aller visiter l'église Mikulas toute proche, mais elle est déjà fermée... et oui il est déjà 16h!
Donc la question à se poser maintenant c'est: Qu'est ce qu'on fait?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------






Aucun commentaire:

Publier un commentaire