dimanche 3 mai 2020

Stockholm - Jour 2 - Partie 1 - D'en haut

Cette nuit j'avais bien fermé le rideau pare-soleil, mais ce matin je me réveille quand même bien avant que mon réveil ne sonne. Dehors le ciel est nuageux mais plutôt lumineux, et donc me voilà réveillé...


Aujourd'hui j'ai plus de mal à trouver un endroit pour petit-déjeuner car tout est bien fermé. Il est pourtant 9 heures... mais on est Samedi, et les rues sont bien vides...


Il y a un seul café d'ouvert dans les environs: le lazy café où pour 145 couronnes (un peu cher quand même: 14€) je prends un jus de fruits, un roulé à la cannelle, un peanut butter cake et un très bon thé Sencha citron.


C'est l'heure de commencer ma journée de visites, mais j'ai encore un peu le temps de me balader dans les rues de la vieille ville, vides tout comme la place Stortorget avec ses maisons colorées. Profitons-en car comme on le verra plus tard cette place est d'habitude pleine de touristes...


C'est vraiment un endroit agréable Gamla Stan, avec ses vieilles rues pavées...
Au bout on aperçoit le clocher de Storkyrkan, la cathédrale de Stockholm.


Bon, c'est pas tout ça, mais moi j'ai rendez-vous! Ça se passe juste à côté, sur l’île Riddarholmen, où nous étions déjà passé hier matin.


J'ai pour habitude quand c'est possible de participer à une visite guidée free tour des villes que je visite, mais cette fois-ci j'ai opté pour des visites assez originales, vous verrez.
La place devant l'église est vide, mis à part quelques personnes isolées qui semblent comme moi avoir rendez-vous ici pour la visite...


Ça se précise: il y a de plus en plus de monde. En tout nous sommes un peu plus d'une dizaine.
Voilà nos deux guides qui arrivent, harnachés comme il se doit. Oui car ce matin, nous allons faire de l'escalade: une visite guidée de la ville... depuis les toits de l'ancien parlement suédois!
Nos guides sont bien sûr très sympas, et elles nous expliquent comment nous serons sécurisés pendant la visite: un peu comme dans une via ferrata nous aurons un fil de vie sur lequel nous devrons accrocher nos mousquetons, à tenir toujours un peu comme si on promenait son chien en laisse: le 'dog'.


En avant! Direction le palais de justice, où il faut prendre l'escalier de pierre pour accéder au tout dernier étage et au grenier. Un vestiaire a carrément été aménagé, avec nos équipements: casques, sangles. Je peux garder mon appareil photo accroché autour du coup...


La guide de devant possède un petit haut-parleur et nous devons la suivre à la queue leu leu sur un parcours tout grillagé. C'est pas du tout dangereux! C'est même pas physique: il y a des escaliers pour grimper les différents niveaux du toit...


La 'ligne de vie' fait le tour des toits du bâtiment, et d'arrêt en arrêt notre guide nous raconte ses histoires et anecdotes...
La ville fut fondée au XIIIème siècle mais étant la proie fréquente des pirates, elle demanda l'aide des allemands qui la protégèrent et s'installèrent sur Gamla Stan.



D'ailleurs le style des maisons de la vieille ville est typiquement allemand. Même si le pays a depuis épousé le protestantisme, il subsiste plusieurs églises catholiques allemandes dans la vieille ville.


Pendant longtemps la ville restera circonscrite aux îles de Gamla Stan, mais la place finit par manquer. On tenta d'agrandir l'une des îles en amoncelant des détritus sur l'un des ses côtés, mais au final le sol s'y avérera peu stable et menaçant de s'écrouler... Trop tard: on y avait déjà construit deux rues bordées de grand immeubles!


 Je prends plein de photos des alentours avec mon reflex.... Notre guide raconte qu'une fois l'un des touristes a fait tomber le sien lors d'une visite. Son appareil a atterri tout en bas, en mille morceaux, mais sa carte SD a été éjectée avant, permettant d'au moins récupérer quelques clichés... Depuis ce jour là ils conseillent bien d'attacher son appareil photo autour de son cou.



D'ici on aperçoit à peine le toit du palais royal, qui était jadis dans un style gothique et ressemblait plus au château de Disneyland, avant d'être entièrement détruit par un incendie en 1697. Celui qui le remplaça est donc dans le plus pur style baroque.


La ville de Stockholm fut construite sur plusieurs îles et se trouve dans un delta entre le lac et la mer.
D'ailleurs il y a une écluse située de ce côté, à Slussen, et qui doit être reconstruite tous les 100 ans (ils sont en plein travaux en ce moment).


Les travaux actuels ont bien failli être arrêtés car ils risquaient de détruire l'un des emblèmes du quartier de Slussen: le néon lumineux Stomatol, pub pour une marque de dentifrice, et à laquelle les habitants sont très attachés!



Slussen, et l'île sur laquelle elle se trouve avait été initialement aménagée pour accueillir les familles pauvres, les ouvriers et petites gens qui furent chassés de la vieille ville devenue trop exiguë pour toutes les classes sociales. C'était un environnement très inhospitalier, avec de hautes collines de rocher très à pic, et donc ceux qui habitaient là devaient avoir une bonne condition physique pour rentrer chez eux le soir...
Pour accélérer le développement urbain de cette partie de la ville, on y supprima les taxes sur les habitations.



Je ne sais plus ce qui a amené notre guide à parler de la justice et de la peine capitale: alors que les hommes étaient pendus, on offrait aux femmes une exécution plus digne en les... enterrant vivantes! Il parait qu'à cette époque on donnait aux cadavres un pouvoir magique: on coupait un bout de chair ou un doigt des condamnés pour le faire macérer dans la bière.



D'ailleurs en parlant de bière le grand bâtiment rouge en face était l'usine d'un brasseur qui offrit généreusement de la bière gratuite aux ouvriers qui travaillaient sur le chantier de l'hôtel de ville, situé juste sur la rive en face...


D'ici on voit très bien la tour de l'hôtel de la ville avec ses 3 couronnes à son sommet...


Parlons un peu du premier roi de Suède, Birger Jarls, dont le nom se traduit en anglais par 'Burger King' (oups). Il est enterré dans l'église de Riddarholmen, juste à côté.
Jadis cette église appartenait aux moines franciscains qui durent plier bagage quand le pays passa au protestantisme. C'est ici que sont enterrés depuis la plupart des rois de Suède.


La flèche de l'église, tout en métal, est particulièrement remarquable. Elle remplace une flèche de pierre qui avait été détruite en 1835 par un éclair.


Chacune des flèches du toit est décorée de l'emblème d'un des rois enterré ici. Le pélican par exemple évoque un roi mort à la guerre. Tout comme l'oiseau, qui accepte de nourrir sa progéniture avec sa propre chair, ce roi est considéré comme ayant donné sa vie pour son pays.



C'est bien sympa cette petite visite d'en haut. Bon on ne voit pas tout aussi bien qu'en bas puisque pour bon nombre de bâtiments on n'en aperçoit que les toits (et encore). Mais ça permet de faire plein de belles photos!



Le moment de redescendre de notre perchoir est arrivé, nous avons fait le tour du toit et la visite touche à sa fin! Cet après-midi j'ai prévu une autre visite guidée qui sera... totalement l'inverse vous verrez.
Débarrassés de nos casques et de notre attirail, nous revenons sur le plancher des vaches suédoises et chacun repart de son côté en aillant remercié les guides comme il se doit.


Est ce que j'aurais le temps de visiter l'église de Riddarholmen? L'entrée ne coûte que 50 couronnes... Allons-y!


En plus, il y a un orchestre de musiques médiévales en train de répéter. Une sympathique musique de fond pour une visite de cette église qui fut construite au XIIIème siècle.


Je fais donc une visite en musique, en commençant par les différents tombeaux des rois de Suède.


Le gisant du roi Karl VIII par exemple, a été sculpté bien des années après sa mort, de fait que l'on est sûr que le visage de la statue ne correspond en rien avec celui du vrai roi. De plus, on ne sait pas sous quelle dalle funéraire de l'église sa dépouille se trouve...


En descendant quelques marches on accède aux tombeaux dans lesquels reposent les enfants de la reine, de petits cercueils de pierre parfois richement décorés. A certaines époques la mortalité infantile était élevée, même chez les monarques...



Tout un pas de mur est réservé aux écussons des chevaliers de l'ordre des séraphins. Sont nommés chevaliers les présidents étrangers venus en voyage officiel dans le royaume suédois.


Parmi eux, je reconnais des noms connus: Charles de Gaulle, avec la croix de Lorraine. Notez qu'il y a deux dates notées sur la plaque: l'année à laquelle il est venu en Suède (1963) et celle de sa mort (1970).


Un peu plus loin, voici celle de François Mitterrand, à côté du roi Baudouin...


... et puis plus récemment Nelson Mandela, décédé en 2013.


Bon, c'est bientôt l'heure de la relève de la garde royale (que je m'étais promis d'aller voir), il est donc temps de partir...
Je jette un dernier coup d’œil à l'église... le temps est toujours à la grisaille... on va faire avec!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Aucun commentaire:

Publier un commentaire