samedi 23 mai 2020

Stockholm - Jour 3 - Partie 1 - Dancing queen

Ce matin, je resterais bien encore un peu au lit... même si je n'ai plus sommeil.
Alors on se lève tranquillement, on s'habille et on se met en route, et plus vite que ça!


On voit qu'il a plu cette nuit, il y a encore quelques flaques par-ci par-là. Encore une fois le ciel sera couvert toute la journée... on est en Juin quand même, qu'est ce que c'est que ce temps?


Devant le palais royal, le soldat de garde fait les 100 pas de long en large... Ça demande du courage quand même ce métier...
Pour le breakfast je m'arrête à l'Expresso café à côté de la maison de la culture. Les petits déjeuners sont plutôt cher ici: 120 Kouronnes (12€).


Alors pour me rendre à ma destination de ce matin je dois prendre le tramway... encore faut-il trouver l'arrêt du numéro 7. Il y a tout un groupe de touristes allemands qui galèrent avec la machine qui vend les tickets. Par contre, contrairement à ce que m'indique mon guide, le n°7 ne sera pas un vieux tramway de bois (seuls certains d'entre eux ont été conservés).


On va aller jusqu'au bout du bout de la ligne, en passant devant des tas d'autres lieux que nous visiterons en revenant: on traverse le pont qui mène à l'île de Djurgarden, voici le musée Vasa, le musée des villages de Skansen, le parc d'attraction Gröna Lund, le musée ABBA.


Le tramway nous laisse devant un petit port de plaisance, un peu à l'écart de tout et des touristes en fait. Juste à côté il y a Waldemarsudde, l'ancienne résidence du prince Eugène, installée tout au bout de l'île.


Cela n'était pas prévu mais pourquoi ne pas aller s'y balader? La maison a été transformée en musée d'Art et elle est entourée d'un superbe jardin avec vue sur la mer...


Il semble y avoir des animations prévues dans le jardin aujourd'hui, avec un concours de peinture: les chevalets sont déjà en place...


Depuis le jardin, on a une très belle vue sur le fleuve.


Le prince Eugène était le frère cadet du roi Gustav et un fin amateur d'Art. C'est d'ailleurs lui qui a peint la fresque que nous avions vu dans l'hôtel de ville. Depuis sa résidence a été transformée en musée qui présente sa propre collection personnelle.


C'était aussi un amateur de jardins, et d'ailleurs celui qui entoure la maison est agrémenté de plusieurs reproductions de statues célèbres, et surtout française: la victoire de Samothrace par exemple, dont l'original est au Louvre.


Sous le marronnier, voici le penseur de Rodin en pleine réflexion, et plus loin il y a aussi l'Hercule de Bourdin.


Tout cela exposé dans le cadre d'un jardin à la française à étage avec vue sur le bord de l'eau. Au fond, on aperçoit un véritable moulin du XVIII ème qui fut utilisé pour la fabrication de lin.


Je ne pense pas avoir le temps de visiter l'intérieur du musée, mais en tout cas c'est un très joli endroit. Je ne regrette pas d'être passé...
Je reviens donc sur mes pas pour retourner en direction de la suite de mes visites.
Je vois justement passer l'un des vieux tramway de bois du 7N, mais pas le temps de sortir mon appareil pour en prendre un cliché... tant pis.


Je passe devant le Skansen, musée des villages suédois que je visiterais un autre jour, avec juste en face le fameux parc d'attraction que j'ai déjà illuminé hier soir: le Gröna Lund.


C'est le plus vieux en Suède car il date de 1883, et il y a aussi sur place une grande salle de concert (avec en tête d'affiche Elton John cet été).


L'entrée du parc est payante (12€) donc nous n'irons pas y faire un tour pour l'instant, car nous avons un autre but. Il y a en plus pas mal de monde qui s'y rend en cet après midi de weekend. Il faut dire que le parc est bien desservi par une navette fluviale qui rejoint directement le centre ville.


Mais nous allons plutôt visiter quelque chose de typiquement suédois... et oui, vous avez bien lu: il y a un musée ABBA à Stockholm! Chouette, non?


Et en plus, il y a ici aussi la queue pour entrer... le groupe disco mythique attire encore les fans.
Waaa des barbies ABBA! Trop génial!


L'exposition commence par une salle dédiée au concours de l'Eurovision, grâce auquel le groupe a pu se faire connaitre dans toute l'Europe avec le morceau "Waterloo".
Des vidéos tournent en boucle avec des extraits des compétitions successives...


Tiens? Céline Dion, qui concourait pour la Suisse en 1988.


Les salles suivantes évoquent la carrière prolifique de nos quatre héros disco dans un parcours chronologique, à commencer par leurs biographies avant la formation du groupe.


Chacun avait alors déjà pas mal bourlingué dans le paysage musical suédois.  Agnetha chantait déjà de son côté et avait même sorti des hits. Anni Frid avait concouru pour participer à l'eurovision. Benny et Björn faisaient également partie chacun d'un groupe différent et se sont rencontrés lors d'une soirée de gala. Ils décidèrent de travailler ensemble puis rencontrèrent chacun de son côté l'élue de son cœur.
En tentant de faire chanter les deux jeunes filles ensemble ce fut la révélation: ils avaient trouvé leur style!


Ils ont tout d'abord sorti une chanson - Ring ring - en la signant Björn + Benny + Anna + Frieda. Refusé à l'Eurovision, le titre eut quand même un petit succès en Suède, ce qui poussa les quatre amis à persévérer mais en changeant le nom du groupe: pourquoi ne pas réunir les initiales de leurs prénoms?  A(gnetha)B(enny)B(jörn)A(nni frid): ABBA.


L'année d'après (1974) ils retentèrent leur chance à l'eurovision avec Waterloo, et ce fut le Jackpot. C'était alors une révolution dans le style des chansons proposées à l'époque dans ce concours, ainsi que dans la tenue vestimentaire des chanteuses, disco à souhait. D'ailleurs voici les tenues d'époque.
Le titre fut N°1 dans plusieurs pays, et fut élu en 2005 'Meilleure chanson à avoir été présentée au concours Eurovision'.


Dans la salle suivante se trouve reconstitués le studio d'enregistrement du groupe, ainsi que le bureau du producteur et agent du groupe - Stig Anderson - fondateur de Polar music, le label qui découvrit ABBA.


Ils ont vraiment mis le paquet dans la reconstitution dans ce musée, car voici l'endroit où Björn (ou Benny je ne sais plus) composait ses mélodies, face à la mer, sur l'une des îles où le groupe avait leur maison d'été (chaque couple avait la sienne).


Il y a aussi des bornes interactives et avec le billet d'entrée on peut enregistrer ses différentes prestations afin de les retrouver plus tard sur internet. On peut ainsi répondre à des quizz, essayer de mixer une chanson d'ABBA ou pourquoi pas s'enregistrer soi-même en tant que choriste sur l'un de leurs titres.
Allez je me lance:  'You are the Dancing Queen!  Young and sweet, only seventeen...'
Euh... non je crois que je vais effacer mon enregistrement et le balancer laisser aux oubliettes... pour toujours!


Enchaînant tube après tube, tournée après tournée mondiale, l'ABBA mania a envahi le monde: documentaires, live, comédie musicales, produits dérivés...



Ces marionnettes à l'effigie des 4 stars ont été créées pour le besoin d'un court métrage sorti dans les années 80.
Je regrette un peu que les raisons de la fin du groupe soient un peu éludées: on sait que chacun des couples avait déjà divorcé en 1979 et 1981, mais ils ont continué à chanter ensemble jusqu'en 1982 où, le plaisir ayant disparu, ils ont simplement tout arrêté... sans même un concert d'adieu.


Et puis il y a la grande salle avec tous leurs disques d'or réunis... impressionnant!
On évoque également la comédie musicale 'Mamma Mia', crée en 1999. Il parait que Benny et Björn sont en train de plancher sur une suite... C'est vrai que dans les années 90, un véritable phénomène d'ABBA Revival a permis de faire ou refaire découvrir leurs titres au public.


Ça vous dit de vous faire prendre en photo en compagnie du groupe (ou plutôt de leurs statues de cire)?


A moins que vous ne préfériez chanter en leur compagnie (ou plutôt de leurs hologrammes en image de synthèse)?
Comment ça, vous trouvez ça un peu... kitch? Ridicule? Mais non c'est juste... disco!


Au final la visite de ce musée est un moment sympa, peut être pas essentiel dans la visite de Stockholm mais plutôt fun.

Et puis avouez vous connaissez certainement certains de leurs titres: Waterloo, I do I do I do I do, SOS, Mamma mia, Fernando, Dancing queen, Money money money, Take a chance on me, Knowing me knowing you, Chiquitita, Voulez-vous, Gimme! Gimme! Gimme!, I have a dream, Super Trouper, The winner takes it all...
Alors, tout ça vaut bien un musée, non?

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Aucun commentaire:

Publier un commentaire