samedi 25 juillet 2020

Bratislava - Jour 1 - Partie 2 - La ville basse

Après avoir pris de la hauteur devant le château, continuons donc notre première balade dans les rues de Bratislava, en commençant par la vieille ville qui se trouve sous nos yeux.


Capitale de la jeune république slovaque (1993), Bratislava accueille toutes les principales institutions du pays (présidence, parlement, gouvernement, université). Cela ne l’empêche pas d'avoir un petit air de 'petite ville de province' (432 000 habitants).
Même sa principale cathédrale (à gauche sur la photo) parait toute simple...


Descendons donc de notre colline pour aller voir cela de plus près...


Située entre l'Autriche, la Hongrie et la Tchéquie, la ville a longtemps été partagée par les puissances étrangères voisines, et était même connue sous 3 noms différents jusqu'en 1919: Prespurk (son nom tchèque), Pressburg (son nom allemand) et Pozsony (son nom hongrois).


Les maisons sur le chemin qui descend de la colline sont de vieilles et charmantes bâtisses traditionnelles. Je note au passage cette enseigne en forme de mouton doré...


Elle est juste en face de la cathédrale gothique de Saint Martin, qui date du XVème siècle avec sa tour haute de 85 mètre.
Et entre les deux il y a... une autoroute!


Dans les années d'après guerre, les communistes n'ont rien trouvé de mieux pour défigurer la ville que de construire une large route qui traverse le fleuve (via le pont SNP) et coupe la vieille ville du château, tout ça en détruisant une grande partie de l'ancien ghetto juif.
Cela a quand même permis de dégager la vue sur les anciennes fortifications médiévales... que nous allons visiter maintenant.


Après avoir enjambé la passerelle au dessus de la route, nous longeons la muraille sur laquelle des panneaux ont été installés afin d'évoquer certaines figures historiques du pays.
Celui-ci évoque le souvenir de Gisi Fleischmann, résistante slovaque morte dans les camps de concentration nazis.


Nous nous perdons un peu dans les couloirs de la muraille, mais apparemment il n'est pas possible de monter en haut des tours de garde...
On envisage alors d'aller visiter la cathédrale Saint Martin mais elle est malheureusement fermée pour le moment car on y prépare un mariage...


Juste devant se trouve une jolie place ombragée. A gauche dans le bâtiment jaune il y a un célèbre théâtre de marionnettes, ce qui explique peut être pourquoi une fête a été organisée pour les enfants ici, avec ballons, musique et animations...


Nous continuons donc notre balade dans les rues de la ville mais... il est déjà midi. Il serait peut être temps de penser à déjeuner?
Maria nous avait conseillé un restaurant nommé Zylinder, et qui se trouve aussi référencé dans mon guide: "Le menu fait la part belle aux spécialités de l'époque viennoise de Bratislava, que l'on nommait encore Pressburg."


Le restaurant se trouve sur la grande place Hviezdoslavovo (à tes souhaits), où il y a en ce moment beaucoup d'agitation: il y a en effet une fête folklorique avec plein de stands d'artisans, de démonstrations, etc...


Sur la scène centrale, des enfants sont en train d'exécuter une joyeuse farandole, sous les regards attendris du public...
On n'oubliera pas de revenir faire un petit tour dans le coin tout à l'heure, mais pour l'instant, allons manger!


Le restaurant a l'air d'être un peu select, mais le menu est appétissant. Mon guide papier me conseille: "Goutez au Tafelsptiz, sorte de pot-au-feu impérial". Et bien, soit!
C'est carrément un menu composé de plusieurs plats qui se suivent, à commencer par un bouillon de bœuf et un os à moelle. Le bouillon est un peu fade, quand à la moelle... j'en raffole pas.


S'ensuit une pièce de bœuf agrémentée d'une purée de pomme et raifort, épinards et autres trucs.
C'est bon... sans plus.
Il parait que c'était le plat préféré de l'empereur François Joseph d'Autriche... les goûts ont peut être évolué depuis le début du XXème siècle.


Les plats de Fred et Pierre-André ont l'air plus appétissants: bœuf, choucroute et genres de Gnocchis au goulash...
Un dernier café et nous voilà repartis.



Dehors il y a toujours autant la foule sur la place Hviezdoslavovo. C'est la plus large place publique de la ville, dédiée à la promenade et aux événements festifs. Il y a là le théâtre national, la philharmonie, le grand hôtel Radisson et l'ambassade des USA.



Il y a vraiment plein de choses à voir sur ce marché folklorique... à voir et à entendre: ce sonneur de cloches par exemple...


On a trouvé la provenance de la rose du film Disney 'La belle et la bête'...



On resterait bien un moment à profiter des stands du marché, mais on a quand même des choses à visiter à Bratislava. Retour donc à notre balade de tout à l'heure... où en étions nous?



Ah oui! Cette fois-ci, la cathédrale Saint Martin est bien ouverte, on va donc pouvoir y jeter un œil...


L'intérieur est bien vide, et notre visite va être assez courte en fait.
La principale particularité de la cathédrale est qu'elle a été pendant plus de 300 ans l'église attitrée des couronnements des rois de Hongrie.


Pourquoi les rois de Hongrie? Et bien parce que ceux-ci furent chassés de Budapest par les ottomans et durent se réfugier chez les autrichiens. Marie-Thérèse d'Autriche fut d'ailleurs couronnée ici.
Quand à la couronne... elle est exposée dans le parlement de Budapest, vous vous souvenez? C'est la couronne avec la croix tordue...


Ne sachant plus trop quoi faire, on décide de suivre le parcours du petit train touristique dont nous avons récupéré le plan sur le bateau.
Les rues de la vieille ville sont décidément très photogéniques...


Nous arrivons à la tour de la porte saint Michel, seule porte de la ville médiévale ayant été conservée.
Tout en haut de la tour baroque de 51 mètre il y a une petite statue de Saint Michel combattant le dragon...


Jadis la vieille ville était entourée d'une muraille et de 4 portes qui ont été détruites par l'impératrice Marie Thérèse pour désengorger la ville.



Tiens, au sol il y a une plaque indiquant les distances avec les autres grandes villes importantes du monde.


Tokyo n'est pas vraiment la porte à côté. Quand à Vienne... on pourrait y aller en vélo, non?


Une fois la porte Saint Michel, un petit pont franchit ce qui était jadis les douves entourant la ville médiévale et qui accueille maintenant des jardins privés.


Et qui dit pont dit forcément... cadenas! Accrochés ici par des couples d'amoureux stupides en mal de reconnaissance.



Nous sommes maintenant en dehors de l'enceinte de la ville médiévale, et les pavés ont laissé place à de larges avenues bordées d'immeubles beaucoup plus hauts...
On cherche le bâtiment de la poste afin d'acheter des timbres pour nos cartes postales, et l'employé se propose même d'envoyer directement celles de Pierre-André (qui sont déjà écrites: il n'a pas perdu de temps le bougre).
Retour dans la ville médiévale...


La place Hlavné namestie est l'ancienne place centrale de la vieille ville, et elle est elle aussi très animée en ce jour de fête: une grande scène a été installée pour proposer des spectacles de chants et danses traditionnelles.


En passant devant un stand de souvenirs, mon œil est attiré par ces petits anges en dentelle brodée, parfait pour accrocher chez moi au milieu des autres 'trophées' ramenés des capitales d'Europe.


C'est sur cette place que se trouve l'hôtel de ville et la fontaine Maximilien, construite par le roi deHongrie en 1572 pour apporter de l'eau aux habitants du coin.
La place est également bordée de jolis bâtiments baroques.


C'est ici aussi que se trouve l'ambassade de France (en face de celle du japon). Et c'est d'ailleurs peut être pour cette raison que la statue située juste devant, accoudée à l'un des bancs de la place, est surnommée 'Napoléon'. Bon le chapeau y est aussi pour quelque chose...


Autant dire que ce banc est l'un des lieux préférés de tous les touristes en mal de photo souvenir...


Nous continuons notre balade qui passe forcément par une autre statue emblématique de la ville: "Man at work" que l'on a signalé par un panneau pour éviter que celui-ci ne soit écrasé par une voiture (c'est déjà arrivé 2 fois).


L'homme qui 'travaille' est en fait en train de rêvasser, la tête sortie des égouts de la ville. Certains disent qu'il regarde sous les jupons des filles!


La statue fait partie de la série de statues qui ont été installées dans la ville en 1997, et c'est la plus populaire, les touristes appréciant particulièrement de lui toucher le casque en faisant un vœu pour qu'il se réalise.



En face, un homme orchestre en Harley a trouvé un bon endroit pour faire son beurre...
Comment il s'appelait déjà l'homme orchestre de notre enfance? Ah oui: Rémy Bricka.


Nous voilà revenus sur la place Hviezdotruc et cette fois-ci on a un peu plus de temps pour en faire le tour. Au bout il y a le théâtre national, avec sa façade baroque datant de 1886.



Devant le théâtre ils ont installé des brumisateurs, bien inutiles en ce moment car il ne fait pas encore très chaud...


On se perd alors un peu avec mes compagnons, chacun étant attiré de son côté par les étals du marché artisanal entre forgerons, potiers, vanneurs...


Un musicien joue du pipeau, et on assiste à un autre spectacle issu de la tradition slovaque: le claquage de fouet. Ça n'a pas l'air très facile: il faut vraiment trouver le bon geste pour le faire claquer!


L'ambiance reste bon enfant, et il y a aussi divers ateliers pour les enfants, comme celui de poterie...


C'est difficile de ne pas acheter quelque chose: par exemple ces bols en bois taillés à la main...
Heureusement que je n'ai plus trop de place dans ma valise, car sinon je serais tenté de faire des folies...


Ces carreaux de céramique sont également très beaux: on les utilise pour décorer les poêles de cheminée.


A l'écart de la foule, cette petite fille répète sa chorégraphie... on flânerait bien encore un peu dans les allées mais on n'a plus vraiment le temps car l'heure de notre rendez vous est arrivée:
Nous avons l'intention de reprendre à zéro notre visite de la ville, mais cette fois-ci de façon plus sérieuse, en participant à un 'free guided tour'... fini de flâner!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire