jeudi 18 février 2021

Zagreb - Jour 5 - Apprendre et comprendre

 8h. Ce fut une bonne nuit de sommeil bien réparatrice...
C'est notre dernière matinée à Zagreb et cela veut dire tout d'abord faire ses valises et ensuite terminer les restes du petit déjeuner.
A Paris il va faire 30° demain... wow! On va leur amener la chaleur!


Une fois de plus nous irons à pieds vers notre visite de ce matin, même si notre destination parait un peu éloignée sur le plan: le musée des techniques Tesla.


On commence par traverser des rues déjà connues de la ville basse, et d'ailleurs sur notre chemin voici comme présage la statue de Nikola Tesla, génialissime inventeur du courant alternatif, et sur qui nous apprendrons un peu plus tout à l'heure dans le musée.


Vous reconnaissez ce bâtiment? Il s'agit du Théâtre National Croate, fondé en 1840 et où se sont produit nombre d'artistes internationaux: Franz Liszt, Sarah Bernhardt, Richard Strauss, Bernard Philippe, Laurence Olivier...



Mais nous finissons par parcourir des quartiers moins touristiques: bureaux, écoles, magasins... En bon fils de sapeur pompier, je n'oublie pas de prendre une photo de la caserne devant laquelle nous passons.



Nous sommes presque arrivés. D'ailleurs voici le musée Drazen Petrovic, dédié au mythique basketteur croate dont nous avions aperçu la tombe au cimetière Mirogoj. Malheureusement on n'aura pas le temps de visiter les deux musées.


Le musée de la technique se trouve juste à côté, mais il a l'air fermé...


Non en fait l'entrée principale est en travaux: il faut contourner et passer par le parking.


Le musée est assez grand. D'ailleurs je crois que c'est un ancien gymnase reconverti ou quelque chose comme ça. Par contre c'est pas climatisé, donc on va avoir chaud...


Le parcours commence par une partie sur les mines de charbon, l'une des principales ressources naturelles du pays dans l'ancien temps.
Voici par exemple une authentique scie qui permettait de forer des tronçons de charbon dans les couloirs de la mine... Impressionnant.


La mine de charbon souterraine reconstituée, clou de la visite, n'ouvre au public qu'à 13 heures. Dommage...
Par contre il y a plein d'autres choses à voir dans ce musée, même si il est plus petit que les musées de même type à Paris ou ailleurs.


Nous continuons par la visite des salles dédiées à Nikola Tesla. Je reste un moment à lire les panneaux qui décrivent sa vie. Il a eu un parcours singulier: issu d'une famille serbe vivant en Croatie, il étudie à Graz et se passionne pour l'ingénierie et les machines. C'est à cette époque qu'il commence à réfléchir à l'utilisation du courant alternatif dans l'électricité. Il finit par trouver du travail mais cela l'ennuie: il ne peut pas s'empêcher de chercher et rechercher dans sa tête de nouvelles machines. Il finit par prendre une décision: il sera riche et célèbre, il sera inventeur. 
Après un passage par Budapest et Paris, c'est aux USA qu'il trouvera des investisseurs capables de le financer, et surtout Westinghouse, homme d'affaire qui cherchait à concurrencer Edison sur le marché de l'électricité. Grâce à ses multiples brevet (plus de 300), il peut financer ses nouvelles recherches.


Sa personnalité aussi était atypique: faisant très attention à son apparence vestimentaire, il était asocial et aurait même eu des TOC, et il affirmait ne dormir que 2 heures par nuit. Il se recroquevillait 100 fois les orteils pour chaque pied chaque nuit, affirmant que cela stimulait les cellules du cerveau.
Infatigable curieux et bourreau de travail, il mit toute sa vie dans ses recherches et finit seul dans une chambre d'hôtel de New York, sans famille, sans un sou et couvert de dettes.


Ensuite vient une grande salle où sont exposées quelques unes de ses découvertes. Les jours d'affluence il y a même des démonstrations qui sont faites devant les visiteurs et nous pouvons en voir quelques unes en vidéo: l'utilisation du courant alternatif bien sûr, mais aussi l'alternateur polyphasé, les prémisses du radar, les ondes radio ou la télécommande avec un bateau miniature téléguidé.


Voici la grande salle des machines industrielles. Il y en a pas mal...
Certaines explications sont en anglais, mais pas toutes.


Certaines machines fonctionnent encore, comme cet impressionnant moteur à vapeur.


Plus rustique, voici la reconstitution d'un pressoir à vin mu par la force hydraulique...


Et puis enfin tout un ensemble de camions de pompiers, allant de la simple pompe à roue sans moteur au vieux tacot avec son échelle télescopique...


Le grand hall est quand à lui dédié aux véhicules de tout poils: avions, tacots, bus, planeur, motocyclette... et même sous marin. Y'a de quoi voir là dedans!


Remarquez cette horloge au milieu: ce fut la première horloge publique de Zagreb.


Parmi les différentes voitures, je remarque celle-ci, dont le sigle me dit quelque chose: c'est une Renault (plus précisément une Renault NN).


Au dessus de nos têtes: des avions, des planeurs et même un parachutiste qui n'est pas prêt de toucher terre...



Mon œil est attiré par cet étrange moto à 3 places... ça doit secouer dans les virages.



Quand à ce char d'assaut, il a été abandonné ici par les italiens après la seconde guerre mondiale ( ils avaient en effet envahi le pays).


La visite continue à l'étage, avec une première partie dédiée à l'espace: le planétarium est fermé mais nous pouvons voir un authentique robot développé par l'armée russe du temps où ils envisageaient d'aller sur la Lune. Il y a également la reproduction d'un satellite.


La salle à côté contient une exposition dédiée au tableau périodique des éléments, puis en longeant les coursives du hall on peut voit tout un tas de petits appareils du quotidien: des machines à écrire (instruments d'un autre temps), dont on peut voir l'évolution à travers les âges ...


... et puis tout un bric à brac d'électroménager divers: frigo, fours, machines à laver...


En fait il y a un peu tout et n'importe quoi dans ce musée...
Ça sert à quoi se truc? C'est pour faire des bigoudis électriques?


La salle suivante est à ne pas rater: voici une véritable ruche avec de vraies abeilles dont on peut observer le travail en direct à travers une vitre.


La ruche est reliée à l'extérieur par des sas qu'empruntent les butineuses sans se poser de questions (et sans venir piquer les visiteurs). Malin, non?


La visite se termine par une exposition plus récente sur l'énergie, avec les énergies renouvelables, les moteurs hybrides, etc...


Mais nous n'avons plus vraiment le temps de nous intéresser à ce qu'il reste: il est déjà 11h et c'est l'heure de s'en aller. Un dernier coup d'œil au grand hall et nous voilà partis.
Au final j'ai trouvé ce musée intéressant, même si plus de temps aurait été nécessaire... ça change un peu des musées traditionnels.


Bon alors, rentrons!
Au passage, je m'arrête à un magasin de thé repéré l'autre jour et j'achète du thé au Srce Kenijl. Aucune idée de ce que c'est, mais il sent bien bon!


La femme de ménage est en train de s'occuper de nettoyer l'appartement, on prend donc nos valises en vitesse et on file.


Tram, bus, et nous voilà déjà à l'aéroport, prêt pour quitter la Croatie et nous envoler vers Paris.
Cette dernière journée à Zagreb fut courte, et à vrai dire c'était un peu prévu comme ça: nous avions déjà vu la plupart des choses à voir à Zagreb et un musée semblait être une bonne option pour ne pas perdre notre temps...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Aucun commentaire:

Publier un commentaire