mardi 22 octobre 2019

Varsovie - Jour 3 - Partie 2 - Des lumières dans la nuit

Bon, pour les restaurants il n'y a pas trop de choix dans le coin: hamburgers, italien ou japonais?
Je vais tenter le jap, histoire de voir comment ils cuisinent les sushis en Pologne...
Pour une fois le repas sera un peu plus cher que d'habitude. Et je remarque que le cuisinier - contrairement à Paris - n'est pas asiatique. En plus, ils mélangent un peu cuisine japonaise et coréenne, parce qu'ils mettent du kimuchi dans leurs sushis... pourquoi pas?


Finalement le repas fut assez bon... Mais nous voilà repartis: 20 minutes de bus et nous sommes arrivés devant l'entrée du parc Lazienki, que le guide du routard décrit comme le plus beau parc de la capitale.


Tout d'abord il y a cette place avec cette immense statue de Chopin devant laquelle un groupe d'italiens se prennent en photo à tour de rôle.


Cheveux aux vents avec son sourire un peu hautain... il a l'air un peu ridicule, le Frédéric...


On s'enfonce maintenant entre les arbres du parc qui arborent de belles feuilles couleur de soleil... soleil qui fait un peu défaut aujourd'hui (ce n'est pas ce que prévoyait la météo). Mais bon il ne pleut pas, c'est déjà ça...


A Paris, je ne me rappelle pas être allé en Automne dans les bois pour prendre des photos. Il faudra que j'essaie, histoire de comparer...


Je croise plein de Varsoviens en balade qui comme moi profitent de la beauté du parc. Au milieu il y a l'un des emblème de la ville, le palais sur l'eau. Jadis c'était la résidence d'été du roi Poniatowski...



Ça alors! Un paon qui se balade sur la terrasse du palais!


Une dame est en train de gentiment lui distribuer quelques miettes...


Le palais sur l'eau se visite mais il ferme à 16h, et il est donc trop tard pour y entrer, mais je peux continuer à me balader dans le parc et à faire de jolies photos...
En tout cas je ne regrette pas d'être venu en Automne.


Je remarque des groupes de jeunes gens qui se baladent le smartphone à la main... j'ai l'impression que le parc Lazienki regorge de Pokemons!


Mais il y a aussi d'autres animaux beaucoup plus... réels, comme cet écureuil qui fait la joie de ce gamin contre quelques noisettes!


Je suis un peu déçu par la photo du pavillon au loin au milieu du lac, que j'ai déjà vue sur des affiches et des guides touristiques. Peut être parce qu'il commence à faire vraiment sombre et que la photo ne rend pas la beauté du site.
Je crois qu'il est temps de partir avant que la nuit ne tombe...


Sur le chemin, je reste encore quelques instants devant une expo de photos d'Andrej Wajda et fais quelques pas autour du joli pavillon chinois perdu au milieu des arbres... superbe.
L'arrêt de bus est juste devant l'entrée du parc, c'est pratique ça va me permettre de ne pas perdre de temps et en quelques minutes seulement...


... nous voici devant le cimetière Powazki, le plus important de Varsovie (j'étais déjà venu repérer les lieux hier soir).
Il est 16h15 et il fait presque déjà complètement nuit. Et il y a déjà plein de monde qui s'y presse en cette veille de Toussaint.


Les vendeurs du temple sont à leur poste, prêts pour une fête de la Toussaint illuminée et fleurie...


Je crois que c'est le plus vieux cimetière de la ville, puisqu'il ne fut créé qu'en 1790. Mesurant alors à peine 2 hectares, il en fait maintenant plus de 44. Auquel il faut aussi rajouter plusieurs cimetières voisins: juif, protestant, musulman et militaire (ici apparemment on ne se mélange pas après la mort).


Il y a plus d'un million de polonais enterrés ici, dont bien sûr certaines figures nationales: artistes, acteurs et héros de guerre. Mais la tombe la plus photographiée se trouve juste à l'entrée: c'est cette statue de mendiant, l'un des emblèmes du cimetière...


Si je suis venu ici ce soir, c'est pour les illuminations qui fleurissent dans les cimetières polonais à chaque fête de la Toussaint. Il est ici de tradition de déposer des bougies sur les tombes des défunts et de les laisser brûler toute la nuit. D'après ce que j'ai lu, cela donne un spectacle fantastique...


Je croise pas mal de gens dans le cimetière. Certains sont venus là déposer bougies et fleurs mais d'autres sont comme moi venus en balade pour observer la beauté des illuminations en pleine nuit...


Je commence par le colombarium qui lui aussi accueille les bougies des familles.


A un endroit il y a carrément tout un parterre de bougies qui semblent réunies en prière autour d'une des cases. Certainement un artiste...



Il y a des familles qui se baladent avec une liste à la main, comme si on leur avait confié la tâche d'aller poser des bougies sur les tombes d'inconnus qui n'ont plus de proche pour penser à eux. Un genre de charité envers les oubliés de la société en quelque sorte...


Et il y a même des gens venus avec leur trépied et leur gros appareil photo.
Ce n'est pas mon cas alors je vais essayer de bien régler mon reflex pour qu'il ne fasse pas de photos trop moches. Et surtout il ne faut pas bouger... Bon pour cette photo je me suis planté j'ai secoué l'appareil, mais l'effet est plutôt sympa... je la garde!



On aperçoit les lumières de la ville derrière les murs, au loin...
Pendant la seconde guerre mondiale, les résistants se réunissaient dans le cimetière et y entreposaient leurs armes, à l'abri des regards...



La nuit est maintenant complètement tombée et c'est une mer de petites étoiles qui luisent à l'infini, comme autant de bougies représentant l'âme des défunts, avec nous pour l'éternité...



Certaines tombes sont encore plus illuminées que d'autres, notamment celles des célébrités comme celle de Violetta Villas, la Dalida polonaise.


Je marche et je marche dans la nuit, en prenant photos sur photos...
Je doute de pouvoir rendre l'ambiance particulière qui règne ici: une sensation de calme, de sérénité, on se sent l'esprit apaisé...


Je crois avoir croisé des touristes français... c'est vrai que c'est une attraction touristique originale et assez exceptionnelle.
Quelqu'un m'aborde pour me demander le chemin d'une tombe en particulier... désolé mais je ne suis pas d'ici! C'est vrai qu'on pourrait se perdre dans le cimetière: certains ont même apporté leur lampe frontale!


Je vais quand même regarder où je mets les pieds parce que malgré toutes ces bougies, les arbres vous font parfois du croche patte avec leurs racines. Il fait vraiment nuit noire et pourtant il n'est que... 17h30!
Powazki est grand, mais je crois néanmoins que j'en ai fait le tour...


A l'entrée, je passe devant une journaliste sur le point de faire un direct à la télévision: "Comme vous le voyez en ce moment ça s'affaire dans le cimetière, et on y rencontre même quelques touristes français!".
Ce moment là, dans ce cimetière en pleine nuit, ça restera l'un des souvenirs phares de ce voyage.

Je reprends le bus pour descendre un peu plus loin dans le quartier de Muranow, où je ne suis encore jamais allé. J'irais bien boire un thé tranquille... dans un Nero café, ma chaîne de café préférée à Varsovie! Tremble Starbuck!


Je revois tranquillement mon planning des deux jours à venir, le temps passe et il est déjà l'heure de dîner. Je décide de retourner à pieds au centre ville, Muranow n'étant pas vraiment un quartier très vivant...
J'avais repéré l'autre jour un restaurant juste à l'entrée de la vieille ville, avec une déco originale: les murs sont dessinés comme dans une bédé.
Il est 20h, j'ai l'impression qu'ils vont fermer bientôt mais le serveur accepte de me prendre.


La spécialité bien sûr, ce sont les pierogis, mais cette fois-ci je les prend grillés au four. On dirait des mini calzone. C'est pas mal... mais un peu bourratif. Je commande aussi une autre spécialité polonaise : la soupe Zureck... c'est plutôt bon!


A côté il y a une grande tablée de touristes italien, joyeux et animés. Je crois que ce sont les même que j'ai croisés ce matin au palais de Wilanow et devant la statue de Chopin. Avant de sortir, ils me demandent s'ils peuvent prendre mon plat en photo.
Pour ma part, ce sont les murs du restaurant que j'ai envie de photographier... sympa, non?


Je laisse ensuite le patron fermer son restaurant derrière moi et m'en vais faire une petite balade. Pourtant dehors la pluie s'acharne, et il tombe même de la grêle. Mais j'ai le ventre lourd et j'ai besoin de marcher un peu...
Tous les restaurants et magasins sont fermés, et je vais au hasard des rues en en découvrant de nouvelles. Je finis par acheter un bâtonnet glacé dans une supérette (Carrefour) et je la mange à l'abri sous le porche du théâtre national.



Une fois rentré à l'appartement, je discute un moment avec Agnieska qui m'avertit que demain, jour de la Toussaint, tout sera vraiment fermé. Ensuite j'écris quelques pages de mon bloc note puis, sentant mes paupières se fermer, me dirige vers mon lit... à 23h! On aura tout vu!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Aucun commentaire:

Publier un commentaire