lundi 6 avril 2020

Nicosie - Jour 6 - Partie 1 - Face à la mer

Comme les nuits sont chaudes ici, on a laissé allumé la clim toute la nuit... mais elle fait quand même un peu trop de bruit...
Après un réveil en douceur et un petit déjeuner rapide, il est temps de mettre nos sacs dans le coffre... et nous voilà partis sur les chapeaux de roue!
On a de la route à faire aujourd'hui...


20 minutes plus tard nous quittons l'autoroute pour longer la côte en direction de notre premier arrêt photo de la matinée: la plage de galets de Petra tou Romiou.
L'endroit a l'air en effet très photogénique, même si la vue est un peu gâchée par tout un tas de touristes russes fraîchement débarqués de leur bus et prêts à inonder Instagram de leurs selfies en maillot de bain sur cette splendide plage...


Pourtant ce qui fait la popularité de cet endroit c'est plutôt la légende qui l'entoure: On dit que c'est ici le lieu de naissance d'Aphrodite, déesse de l'amour!
Gaïa - déesse de la terre - , désirant se débarrasser de son mari Ouranos -dieu du ciel - demanda à son fils Chronos de le tuer du bout de son épée. Celui-ci rata son coup et trancha le bout du pénis d'Ouranos dont le sperme se répandit sur la mer, se formant en écume d'où jaillit la superbe déesse de l'amour.
Et ils se baignent là dedans!


Il y a une autre légende qui raconte que le héros byzantin Didenis Akritas aurait jeté de ses mains les gros rochers que voilà afin de couler les navires des pirates musulmans qui menaçaient l'île...


C'est vrai que ce sont de sacrément gros rochers! Sur le plus immense d'entre eux on aperçoit même des intrépides grimpeurs qui sont montés pour profiter de la vue.


Quant à moi, je ne peux pas résister à l'envie de me déchausser et de tremper mes pieds... vite fait!
Retour à la voiture.
Notre route traverse l'une des rares zones de l'île qui est encore contrôlée par les britanniques, avec une école, la Saint John School, entourée de grillages et des panneaux 'photos forbidden'.


Pour aller au site de Kourion - qui se trouve lui aussi en zone britannique - il faut longer la corniche et la route monte tout en haut du rocher qui surplombe la baie. On se croirait presque revenus à la montagne.
Le parking est presque plein: l'endroit est très fréquenté par les touristes, venus voir le site antique réputé le plus spectaculaire de Chypre...


Il y a l'air d'avoir pas mal de choses à découvrir ici... Décidé à ne pas me faire piéger par la chaleur et la soif, je me badigeonne de crème solaire et je prends un café glacé dans le distributeur (un café Pokka, comme au Japon. D'ailleurs la machine aussi est japonaise).


Plan en main? C'est parti. La visite commence par la maison d'Eustolios.
Juste après le tremblement de terre du 4ème siècle après Jésus Christ, ce noble romain fit construire de luxueux bains thermaux pour les habitants de la région, face à la mer.
Le bâtiment est très grand, et même construit sur plusieurs niveaux en utilisant la géographie du rocher, qui est en pente. Et à la fin on a une superbe vue sur la mer.


Il y a d'abord une large cour dont les sols sont entièrement couverts de mosaïques, puis une salle de banquet et enfin les bains qui sont situés sur la gauche. Dans la société romaine, les bains c'était surtout l'endroit où l'on venait pour discuter et retrouver ses amis...


Je tombe sur un groupe de touristes français en compagnie de leur guide, l'occasion pour moi de dresser l'oreille et d'apprendre de nouvelles choses.
Le site de Kourion se trouve bien en territoire britannique. Par exemple pour la justice c'est un juge anglais, mais pour tout ce qui est éducation et voirie cela reste le gouvernement chypriote. D'ailleurs d'après les conventions signées lors de l'indépendance, les anglais doivent payer une redevance pour avoir le droit d'utiliser les routes chypriotes. Mais ces fourbes anglois ont trouvé une astuce pour ne pas la payer: puisque l'île de Chypre est divisée en deux depuis 1974 ils exigent que la redevance payée soit partagée entre la Turquie et Chypre.



Le maître des lieux, Eutharistio, était chrétien. En témoignent les inscriptions qui ont pu être découvertes sur cette mosaïque, et qui évoquent le nom du Christ.
Le motif du poisson - symbole de la religion chrétienne à ses débuts - a aussi été retrouvé dans la décoration.


Passons à la suite de la visite: voici le large théâtre antique, restauré plusieurs fois au cours des siècles et toujours utilisé de nos jours pour des spectacles en été (notamment un festival dédié à... Shakespeare, territoire britannique oblige).
Mais au temps des romains il pouvait aussi accueillir des combats de gladiateurs contre des animaux sauvages, et on avait installé un grillage pour protéger le public...


Le reste des sites archéologiques se trouvent un peu plus loin dans la colline, et il faut un peu marcher...
Sans le faire exprès, j'ai perdu mes 2 compagnons qui je pense ont dû prendre un autre chemin que le mien.


Cette maison - un peu à l'écart du reste des bâtiments - a été abandonnée suite à un tremblement de terre. Sur le plan il est écrit 'La maison du tremblement de terre'.


La cité antique de Kourion (où nous sommes) a été construite juste au bord de la falaise, tout en haut de ce rocher. Peut être que cela permettait de se protéger de possibles envahisseurs... ou alors peut être que c'était juste pour avoir cette superbe vue sur la baie?


Le lieu est connu également pour la pratique du parapente. D'ailleurs voici justement un de ses adeptes qui s'en donne à cœur joie, à virevolter et zigzaguer dans les vents ascendants qui tapent contre la roche.



Voila l'entrée du 'centre ville' de la cité antique, dont il reste pas mal d'éléments...
Les archéologues sont encore en train de travailler sur  le site. Par exemple cette reconstitution de portiques en bordure de la basilique a l'air toute fraîche...


Cette colonne ne marque pas l'entrée d'un temple grec... mais bien d'une basilique. Rappelons le: à cette époque l'empire romain était déjà devenu chrétien, et tout comme l'agora ou les bains, les églises faisaient partie du paysage de chaque cité.
Voici donc la basilique du Kourion, qui comprenait un large complexe avec plusieurs salles et lieux de culte.


A cette époque, on convertissait à tour de bras... La basilique était alors interdites aux personnes converties non encore baptisées, mais ceux-ci pouvaient quand même venir assister à une messe en restant dans une pièce qui leur était dédiée sur le côté de l'église.



Juste à côté de la basilique, voici une large cour où se trouvait le baptistère. C'est dans cette grande fosse que l'on immergeait complètement les convertis. Puis, vêtus d'une longue robe blanche, on les faisait suivre le cortège qui les menait jusqu'au chœur pour y recevoir leur première communion.



Surtout ne bouge pas... ça y est je l'ai! Pour une fois que j'arrive à prendre un lézard en photo avant qu'il ne se carapate!



Juste derrière la basilique se trouvait l'agora, le centre de la vie sociétale de toute bonne cité romaine. C'est là qu'on venait discuter politique mais aussi commerce. L'espace était ouvert mais bordé d'un portique de chaque côté afin de pouvoir s'abriter durant les chaudes journées d'été.


Cette colonne de granit est assez exceptionnelle, tout d'abord parce qu'elle est encore debout mais aussi parce qu'elle est en granit, un matériau qui était importé d'Egypte.


Et puis après avoir ardemment discuté sur la grand place de l'agora, on pouvait aller faire un tour aux bains qui sont situés sur l'un des côtés de la place. Ils sont encore bien conservés, avec au fond un bassin en forme de losange...


Ces genres de tuiles servaient comme système de chauffage pour les caldariums, les salles les plus chaudes des bains, et qui étaient chauffées donc par en dessous dans une pièce où l'on avait allumé un foyer: c'est le système de l'hypocauste.


Le dallage de marbre coloré est particulièrement intact: c'est la première fois que je vois ça dans un site archéologique antique.


Pour accéder à la maison suivante, il faut suivre le chemin qui nous mène un peu plus loin. là aussi une mosaïque a été retrouvée presque intacte.


Celle-ci représente des gladiateurs en plein combat, ce qui est vraiment très rare car les mosaïques représentaient d'habitude plutôt des scènes mythologiques...


...comme celle-ci par exemple, qui se trouve dans la maison suivante. Quoique... le thème choisi est assez original. Le grand héros Achille, voulant échapper au service militaire, s'est déguisé en femme et se trouve démasqué par Ulysse.


Voilà notre visite terminée!
En archéologie, on découvre décidément à chaque fois quelque chose de nouveau... et on est d'accord pour dire que ce site est spectaculaire.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire