mercredi 8 avril 2020

Nicosie - Jour 6 - Partie 2 - La tour des chevaliers

Nous voici de retour sur les routes chypriotes... prochaine escale: Kolossi. Et d'ailleurs voici justement que se dresse la tour du château de Kolossi, que nous allons maintenant visiter.
Mais avant... place à la bouffe! On a de la chance, car juste à côté de la tour se trouve une cabane avec un petit restaurant tout simple: le Theo's.


Il n'y a même pas de menu: on s’assoit sur l'une des tables à l'ombre des arbres et on suit les conseils de la serveuse. Le jus d'orange fraîchement pressé est un délice, et le houmous... mmmm!


Je ne prends pas de frites avec mes souvlakis  alors on m'apporte de la salade à la place... mais il y a assez pour nous trois!
Nous ne sommes pas les seuls à nous régaler... les moustiques aussi se font un véritable festin de mes jambes.
Et puis à la fin je commets une bourde: je commande un café turc... alors qu'on est du côté chypriote! La serveuse est sympa, elle ne m'en tiens pas rigueur... ouf!


Voici donc le donjon de Kolossi, ou plutôt la commanderie des chevaliers de Kolossi, ancien fief des chevaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Chassés de Palestine, les croisés français s'installèrent ici en 1210 avant de faire de Rhodes leur capitale.


Il gardèrent tout de même leur château et leur domaine de Kolossi comme arrière garde, en y exploitant également la canne à sucre et la vigne.
Le donjon fut reconstruit en 1454 et c'est celui que nous voyons là.


Avant d'entrer, remarquez les écussons au dessus de la porte: il s'agit bien du blason français en bas, avec sa fleur de lys. Et au dessus les armes de Louis de Magnac, qui dirigeait l'ordre des chevaliers.


Au rez de chaussée se trouvaient les magasins où on entreposait les résultats des récoltes. Le vin de Kolossi (appelé le Commandaria) était connu dans toute l'Europe. Le roi Richard Cœur de Lion aurait dit à son sujet "Le vin des rois et le roi des vins".


L'entrée du donjon se faisait via un pont levis au premier étage. Cela permettait de se protéger d'éventuelles attaques.


A l'intérieur... et bien il fait super frais! Pas étonnant, avec des murs aussi épais...
Dans les larges pièces de la tour (2 par étage), il y a des œuvres d'art moderne qui évoquent l'histoire de l'influence des chevaliers francs sur l'île... mais qui nous laissent un peu de marbre.



Nous sommes dans les appartements du maître, sans beaucoup de décorations sauf peut être cette fresque dont les visages ont été martelés. L'oeuvre des ottomans?


La tour a tout d'un vrai château médiéval: une grande hauteur sous plafond, de toutes petites fenêtres pour qu'il y fasse très sombre et des murs épais comme tout...


Il n'y a que deux étages et un toit auquel on peut accéder...
Alors... est ce qu'on peut voir arriver des armées ennemies d'ici?


On a juste une superbe vue sur les environs. On apercevrait peut être même la mer au fond...



Une fois redescendus, nous contournons le château pour aller admirer le grand arbre juste derrière: il aurait plus de 200 ans.



Il y a également cet étrange bâtiment, presque aussi grand que la tour: une sucrerie qui était alimentée par un petit moulin à eau. On aimerait bien aller y voir de plus près le mécanisme qui est encore intact, mais c'est fermé...


Le lieu est devenu la maison de toute une famille de petits oiseaux qu'on entend piailler depuis tout à l'heure...


Bon allez, cui cui (ça veut dire 'au revoir' en langage moineau)! On doit reprendre la route à bord de notre voiture, direction la ville côtière de Limassol, c'est à dire... à même pas 15 minutes.


Nous trouvons facilement un parking gratuit pour garer la voiture, puis nous nous dirigeons vers la promenade qui longe le bord de mer...
Un peu plus loin il y a même un grand port plein de bateaux de plaisances.


Nous sommes Dimanche et il y a plein de monde qui se balade et profite de sa journée...
Ici non plus il n'y a pas de plage de sable, alors pour piquer une tête, rien de mieux que les pontons aménagés sur le port. Il faut dire qu'il fait vraiment chaud aujourd'hui...



On décide d'aller d'abord visiter les principaux lieux touristiques de la ville.


Tout proche, il y a le château, ancien bastion ottoman, qui malheureusement est fermé aujourd'hui. Dommage il y avait plein de choses à voir dans ce lieu qui fut construit sur les vestiges du château franc, lui même érigé à la place d'une construction byzantine. Il servit même de prison aux XIXème et XXème siècle.
Ça ne se voit pas sur la photo, mais il se trouve sur une place au milieu de tout un quartier d'artisans et de magasins.




On décide de continuer notre chemin dans le coin. C'est ici l'ancien quartier turc de la ville, avec de vieilles maisons levantines, mais c'est également un quartier très commerçant.
Force est de constater qu'ici le Dimanche tous les magasins sont fermés. On a l'impression d'être dans une ville morte.


Au détour d'une rue, on aperçoit le minaret de la grande mosquée. Allons y jeter un œil...
Au moins on est sûr que l'endroit sera ouvert.


L'intérieur est tout simple... pas le genre de mosquées auxquelles on s'était habitué à Chypre!


Nous continuons notre chemin dans les rues paisibles du Dimanche après midi...
Voici l'église Ayia Napa, plus imposante que la grande mosquée.



Nous cherchons le marché couvert, sans succès. Et de toute façon, est ce qu'il sera ouvert un dimanche après midi?
Par contre, en passant devant un immeuble, l'arrière cour - où se trouve un parking - attire notre regard. Les murs sont presque tous peints de fresques et de graffs.


Un jeune artiste est justement en train de faire jouer ses bombes.
Ça nous rappelle un peu Athènes, où on a vu tout un tas de lieux de ce genre.


Cette oeuvre est vraiment superbe.
Et ensuite? Bin rien d'autre à découvrir dans le coin apparemment...


Donc voilà le moment farniente de l'après midi: on retourne au café que l'on avait repéré à côté du château... café frappé, café glacé!
Les petits chatons du coin viennent nous rendre visite, et s'amusent avec les sangles du sac de Frédéric...


Il va falloir quand même prendre notre courage à deux mains pour continuer notre journée!
Pourquoi ne pas aller se balader sur l'agréable promenade en bord de mer?


On marche on marche... la promenade semble interminable, tout comme la ville de Limassol qui semble s'étirer à perte de vue sur le front de mer...
Au départ, j'avais prévu que l'on assiste ici au défilé de la fête des fleurs, Anthesteria, qui d'après mes recherches passait bien sur le front de mer, mais il est 18h et nous ne voyons toujours rien venir.
Une petit coup d’œil sur internet m'en apprend un peu plus: le défilé doit avoir lieu sur une portion  qui se trouve tout au bout tout au bout... trop loin pour nous. Tant pis!


Ça me fait un peu rager parce que j'avais justement choisi de venir à Chypre à cette époque pour pouvoir assister à ce festival...
Il ne nous reste plus qu'à regagner notre voiture et reprendre la route jusqu'à la dernière (et première) étape de notre voyage à Chypre: Larnaca (ça sent la fin).


Comme nous sommes déjà venus, nous n'avons pas de mal à retrouver l'adresse de l'appartement (on a reloué le même que celui du premier jour). Clé sous le paillasson, télécommande du parking... on est rodés!
On laisse nos bagages puis on file en vitesse sur le bord de mer de la plage Finikoudes.


Ici aussi il y a eu la fête d'Anthesteria, et on croise plein de gens avec leur gamin tous sur leur 31.
Ce sont les derniers instants de la fête, avec une remise de prix sur le podium de la plage. Plus grand chose à voir, alors nous partons à la recherche d'un restaurant pour dîner.



Le choix est difficile, mais on décide de se réadapter peu à peu à notre vie parisienne en allant dans un restaurant.. de sushis!
En plus, ils ont une formule à volonté. Pour choisir boisson et dessert, ça se fait directement via une des tablettes électroniques que nous tend la serveuse. Les sushis (surtout des makis) sont assez bons, et il y a plein de variétés originales. Même la musique est sympa.
On rentre tranquillement à l'appartement, en essayant de ne pas se coucher trop tard... car demain, moi, je me lève tôt!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Aucun commentaire:

Publier un commentaire