jeudi 4 octobre 2018

Athènes - Jour 9 - Partie 3 - Dernière nuit d'Athènes

En revenant du musée Benaki, nous rencontrons des soldats pressés... ils sont en retard pour la relève. Suivons les jusqu'à destination...


En fait la caserne se trouve juste derrière le palais du parlement et donc il faut que les soldats longent le trottoir qui contourne le palais pour se rendre sur la place Syntagma.


Curieusement, ils sont suivis par une flopée de soldats vêtus d'uniformes de CRS. Aurons-nous droit à une cérémonie un peu spéciale ce soir?


Non, la cérémonie de la relève de la garde est toujours aussi acrobatique et maîtrisée, et suivie de près par les touristes...


Mais de l'autre côté de la place, plus aucun doute: une manifestation se prépare, les manifestants mettent la dernière touche à leurs banderoles...
Leurs revendications? Désolé je ne sais pas lire le grec.


Les CRS prennent aussi place. Y-aura-t'il du grabuge?


Pas vraiment... en fait il n'y a pas vraiment grand monde à cette manif: une cinquantaine de personne à tout casser... et qui défilent dans le calme.
Les CRS qui attendent au coin de la rue semblent s'ennuyer ferme!
Pour info, le lendemain après midi ici même d'autres manifestations suivront et avec beaucoup plus de participants, des échauffourées et même des blessés. Mais bon nous on sera déjà bien loin dans notre avion pour la France...


On prend alors notre temps pour nous balader tranquilou rue Ermou, et on s'arrête pour siroter un café à côté de la cathédrale de Plaka. Quel quartier il nous reste encore à découvrir dans le centre ville? Allez ce soir on va à Gazi!



Nous nous éloignons de la foule de la rue Ermou, et on se retrouve dans de petites rues aux murs peints de graffs de toutes sortes, des guirlandes et des lustres accrochés par dessus nos têtes...


Il est là: le receleur qui fournit les bombes de tous ces artistes de rues, ces terroristes de la couleur!
Dealer officiel!


Il y a aussi l'une des boutiques mythiques de la ville: celle du sandalier Pantelis Melissinos, qui a habillé les pieds des plus grandes stars de La Callas à Jackie Kennedy en passant par John Lennon, depuis 1920. Personnellement je ne suis pas très 'sandales', mais si vous passez par Athènes, une paire de sandales c'est le souvenir à ramener je pense...


Au bout de la rue il y a un café qui a pour thème le monde d'Alice au pays des merveilles. Dommage qu'on ai déjà pris l'apéro...


"Je suis pressé, je suis en retard". Mais non mon lapin, c'est notre dernière soirée de vacances on va prendre notre temps...


Les grafs nous ramènent sur la rue Ermou, qui longe maintenant Keramikos, en direction du soleil couchant...



Dans le grand entrepôt qui marque l'entrée de Gazi, il y a une "Burger feast", avec plein de monde, de la musique à donf et bien sûr... des burgers! Ça vous dit de manger des hamburgers ce soir? Noooon!


On continue notre chemin et nous entrons dans l'ancienne usine à Gaz reconvertie en centre culturel (que nous étions déjà venus voir l'autre jour). Mais il n'y a pas vraiment d'ambiance ici, juste des parents venus mener leurs bambins au jardin d'enfant installé dans la technopole.


L'ancienne usine à gaz date de 1862 et offre un décor sympa qui n'est malheureusement pas utilisé à sa juste valeur. Il y a bien un musée dédié à La Callas...


Et il y a aussi l'un de ces "restaurant in the sky" où l'on vous suspend dans les airs pendant votre repas. Ils sont sur le points de s'envoler. On jette un coup d’œil sur le menu... 135€, c'est quand même cher!


Derrière Technopolis, il y a la place de Gazi où apparaissent les premiers bars et restaurants. Gazi est l'un des quartiers de la nuit d'Athènes, même si il n'a pas vraiment de charme.
Pour l'instant, ce n'est pas encore la grande foule, pourtant c'est Saturday Night baby!



On cherche en vain deux restaurants qui nous sont conseillés par nos guides, mais qui sont tous les deux fermés. Un seul espoir pour nos ventres affamés: un kebab sans prétentions mais qui attire tous les fêtards du quartier. Le service n'est pas top, et moi je fais la gueule quand le Kalamaki que j'ai commandé arrive avec des frites (beurk). Mais j'ai faim et je m'en vais commander des boulettes au pumpkin en complément...
Bon ce ne sera pas notre meilleur repas du voyage. Et en plus l'addition met deux heures à arriver!


On fait un petit tour du quartier où les fêtards commencent à envahir les rues, mais nous nous allons nous balader ailleurs, et rentrer petit à petit vers l'appartement...



... et comme tous les soirs et cette fois ci pour la dernière fois, je prend une photo de l'Acropole qui surveille la ville de son promontoire de pierre.


Il est temps de préparer sa valise du retour, et de téléphoner pour prendre rendez vous avec le pick up vers l'aéroport. Apparemment, suite à une manifestation prévue demain matin, toutes les rues du centre ville sont interdites à la circulation. Nous aurons donc rendez vous à 11h30 avec nos valises dans une rue derrière le musée de l'Acropole.
Les vacances sont terminées!

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire