vendredi 6 mars 2020

Nicosie - Jour 1 - Partie 1 - Le ciel le soleil et la mer

Je n'ai presque pas dormi... l'excitation du voyage peut être?
En tout cas le lever à 8 heures est difficile. Une petite douche aidera à me réveiller.


Un truc que je remarque ici, ce sont les chauffe eau qui sont sur les toits des maisons et même des immeubles. J'imagine que c'est un moyen de chauffer l'eau avec la chaleur du soleil... La climatisation est aussi de rigueur.


Je peine un peu à fermer ma valise, qui décidément est trop petite...
Mais avant de prendre la route: le petit déjeuner!
On retourne sur le très agréable bord de mer...


Nous revoilà dans le restaurant repéré la veille. Les petits croissants sont offerts avec les cafés, mais en fait ils ne sont pas très bons (certainement du surgelé). Content d'avoir choisi une formule muesli! Healthy breakfast ça s'appelle!
Le restaurant semble également être le point de rendez vous pour les employés et les étudiants du coin pour un premier café avant de commencer le boulot.


9h15! On est déjà en retard sur notre planning. Retour à l'appartement, les valises dans la voiture et je monte pour redéposer les clés et le badge du parking.
Il fait déjà très chaud...


Pierre-André sera notre chauffeur et Fred notre copilote... le binôme parfait! Et puis moi qui prend des photos derrière...
L'autoroute est très fleurie. Il ne manquerait qu'une belle vue sur la mer, mais malheureusement celle-ci est un peu trop loin sur notre droite.



Notre voyage ne durera pas longtemps car nous voilà déjà à Ayia Napa, une station balnéaire  tout ce qu'il y a de... balnéaire!
Nous trouvons à nous garer dans un terrain vague sur le bord de la large rue principale que voici, sur laquelle alternent restaurants, boutiques de souvenirs ou de maillots de bains.
Et puis il y a les touristes qui vont avec. Vous savez: le genre de touristes qui se baladent en quad en pleine ville et qui klaxonnent comme des fous, histoire de frimer un peu!


Il y a plusieurs restaurants à thèmes sur notre route (dont le célèbre Hard Rock Café), mais le plus impressionnant reste celui-ci, dédié à l'univers des Pierrafeu!


Ayia Napa donne l'image d'une ville qui ne vit que par le tourisme, superficielle et tape à l’œil... pas vraiment le genre d'endroit que j'apprécie...
Il y a même une entreprise de location de limousines.


Dans un supermarché nous achetons des bouteilles d'eau (car on sent qu'il va faire chaud aujourd'hui), et bien sûr quelques cartes postales...
Fred a déjà trouvé son porte clé en plastique pour parfaire sa collection!




En longeant la fête foraine, on essaie de se diriger vers la plage mais on a un peu de mal: il y a un tas de résidences et d'hôtels construits en bord de mer qui nous en bloquent l'accès...
On finit par traverser un terrain vague pour enfin atteindre la mer, prendre 2 photos... et puis repartir!
Cette ville n'est pas faite pour nous...


J'ai déjà bien soif et j'en profite pour acheter un bubble tea sur le chemin du retour. Malgré ce petit vent, il fait quand même bien bien chaud... on est contents d'avoir la clim dans l'auto!
En voiture! Sous le regard amusé de Youri Gagarine


Nous avons à peine commencé à découvrir Chypre... mais nous allons déjà la quitter!
Direction le côté turc de l'île.
On traverse des petits villages inconnus sur les cartes, avec l'impression d'être un peu perdus, mais non voilà bien le poste frontière, on est sur la bonne route.
Pas de file d'attente, on gare notre voiture devant le kiosque qui vend l'assurance auto obligatoire de 20€ pour trois jours, puis ensuite on passe au kiosque de la douane où nos cartes d'identité suffiront à nous faire changer de pays.
Le gars du stand d'information touristique est carrément en train de piquer un somme...


Avant de nous rendre à notre prochaine destination, nous cherchons à nous rendre devant le quartier de Varosha, en banlieue de Famagouste. Jadis une station balnéaire à la mode (fréquentée par Brigite Bardot, Elizabeth Taylor...), elle fut vidée de ses habitants quand cette partie de l'île a été envahie par les turcs en 1974. C'est devenu depuis un no man's land, une ville morte où la vie s'est arrêtée.
On aperçoit une église entourée de barbelés, puis plus loin un chemin qui nous mène au plus près des murs en ruine. Tous les accès sont fermés et il y a des panneaux interdisant de prendre des photos...
Circulez y'a rien à voir...
On repartira donc en direction de notre prochaine visite.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Aucun commentaire:

Publier un commentaire