jeudi 7 janvier 2021

Zagreb - Jour 1 - Partie 2 - Gradec de haut en bas

Si la (petite) colline de Kaptol est le centre religieux de Zagreb (avec la cathédrale), la (plus haute) colline de Gradec  - que nous allons maintenant gravir - reste le centre du pouvoir politique avec l'ancien palais du Ban, siège du gouvernement, ainsi que le parlement croate, tout proche.


Je pense que ce quartier est le coin le plus ancien de la ville. Avant d'entamer l'ascension, on a envie de se balader un peu... Par exemple faufilons-nous dans cette petite ruelle.


Elle débouche sur l'entrée d'un genre de tunnel bien caché...


Il s'agit du tunnel de Gric, dont on aura l'occasion de reparler un peu plus tard.
Il fait 350 mètre de long pour 3.5 mètre de large et traverse une bonne partie de la colline. 


Mai revenons à notre itinéraire.
Alors bien entendu qui dit colline dit montée... Elle est quand même bien pentue la rue Radiceva!


Le saviez vous? La cravate  a été démocratisée par les hussards croates. C'était un accessoire de leur tenue militaire et quand un régiment croate fut envoyé auprès du roi Louis XIV pour servir la France, et on les nomma 'Royal Cravate' (en déformation du mot 'croate'). Peu à peu l'accessoire si particulier de leur tenue vestimentaire influença la mode parisienne...


Alors, pour pénétrer dans l'ancien quartier fortifié de Gradec, il faut tourner à gauche après la statue de Saint Georges. La voilà!
D'ailleurs il est un peu bizarre son dragon à Saint Georges: il ressemble plus un poisson géant...


Voici la porte de Pierre, dernière rescapée des anciennes fortifications de Gradec, qui ont brulées dans un incendie au 18ème siècle...


Et à l'intérieur de la petite tour abritant la porte de Pierre il se trouve l'une des curiosités de Zagreb: une chapelle votive a été installée là, au bord de la route, avec des cierges et même un coin avec des bancs pour prier...


Tout cela pour accueillir ce petit tableau de la vierge, miraculeusement rescapé de l'incendie qui ravagea la colline en 1731.


Entouré de fleurs et de dorures, le petit tableau miraculeux attire l'adoration des fidèles croates. En témoignent les nombreux ex-voto qui tapissent les murs de la porte de Pierre.
Drôle d'endroit, entre route et chapelle votive...


En continuant notre chemin, jetons un coup d'œil à la pharmacie qui se trouve juste à côté: c'est la plus vieille du pays encore en activité.


Montons, montons encore jusqu'en haut de la pente... jusqu'à la place Saint Marc, avec en son centre (on ne peut pas la rater)... l'église saint Marc!
La raison du caractère emblématique de cette église est évidente: ses tuiles polychromes figurant les blasons de la ville et de l'ancien royaume de Croatie.
Si l'église a été construite au XIIème siècle, ce n'est qu'en 1880 que l'on lui ajouta ses tuiles colorées.


On ne pourra malheureusement pas entrer dans l'église car celle-ci n'est ouverte que pendant les offices.
Sur cette même place se trouvent d'autres bâtiments importants pour le pays: l'ancien palais du Ban (ou vice-roi), devenu depuis le palais présidentiel, et de l'autre côté le palais où siège le parlement.
Mais je pense qu'on aura l'occasion de revenir ici...


Nous continuons notre chemin, tout droit en face de l'église Saint Marc. On comptait aller visiter une autre église, celle du couvent Sainte Catherine mais elle est fermée pour travaux. 
Néanmoins on peut bifurquer sur la gauche pour accéder à une large terrasse avec une superbe vue sur la ville en bas, dont émergent les tours de la cathédrale en face...


Endroit idéal pour un selfie.
Il y a même un gars qui joue de la guitare jazz, pour l'ambiance...


En descendant l'escalier sur la droite on peut accéder à la suite de notre itinéraire, en observant au passage une fresque moderne évoquant des croates célèbres: Nicolas Tesla (grand maître du courant électrique alternatif) et David Schwarz (inventeur du premier Zeppelin).


L'escalier débouche sur la promenade Strossmayer, agréable corniche arborée qui surplombe la ville depuis les remparts de gradec.


La promenade fut aménagée en 1843 et très vite appréciée des citadins et par exemple par le poète Antun Gustav Matos, à qui cette sculpture rend hommage. En son temps il fut qualifié de 'successeur de Baudelaire'.


Mon guide conseille un restaurant qui se situe juste au dessous, dans les escaliers. On y a parait-il une belle vue sur les toits de la ville...
On s'installe donc en terrasse et on commence par commander une limonade à la menthe. 
Au final la limonade est un peu tiède et il n'y a pas grand chose d'intéressant au menu, juste des sandwichs et des salades. Je pense qu'on va repartir à la recherche d'un autre endroit pour déjeuner...



C'est sur la promenade Strossmayer que se trouve également la tour Lotrscak, sur laquelle nous avons prévu de grimper (un peu plus tard). C'est un autre vestige des remparts qui entouraient la ville haute, où elle permettait de protéger la porte sud. Chaque soir également on y sonnait la cloche qui indiquait que les portes de la ville haute allaient être closes pour la nuit.


Il y a un autre restaurant conseillé par mon guide qui se trouve un peu plus loin... enfin... juste en bas du funiculaire.


Le funiculaire de la colline de Gradec serait le plus court du monde: 66 mètre seulement...


... alors on va plutôt descendre à pieds. On n'est pas des fainéants, nous!



Vallis Aurea, c'est le nom du restaurant, et il a l'air bien sympa. Installé dans une salle voutée, on dirait presque une cantine, avec une serveuse souriante et sympa en rab.
Et en plus c'est super bon: voilà une bonne choucroute-saucisse, toute simple.
Dire que je n'avais pas trop faim en entrant, voici maintenant que je me laisse tenter par la proposition de dessert de la serveuse: un strudel à la cerise! Argh...



On le remarquera dans les autres restaurants durant notre voyage, en Croatie les cafés sont très corsés... Exactement comme je les aime...
On reprend la route? Il y a encore des trucs à voir sur la colline de Zagreb, mais avant de remonter...


Notre regard est attiré par un passage entre deux immeubles.
Il mène vers une cour avec à droite une auberge de jeunesse et au fond un joli jardin public installé sur les flancs de la colline.


Apparemment ça s'appelle le 'Art Park': il y a des tags sur les murs, une table de ping pong avec un comptoir qui doit se transformer en bar le soir.
Bref c'est le genre d'endroit un peu bohème où il fait bon 'chiller' et se retrouver entre amis...



Il y a plein de petits détails à photographier, comme cet ours ailé accroché dans un arbre...


Le jardin en pente a l'air bien sympa aussi, avec ses bancs installés invitant au farniente...


C'est aussi là que débouchent deux autres des entrées du tunnel de Gric (où nous étions tout à l'heure), taguées comme il se doit: il y a l'entrée 'chat' et l'entrée 'corbeau'. 
On va y jeter un œil? Juste un alors parce qu'on a des trucs à visiter...


Il a été creusé en 1943 pour servir d'abri en cas de raid aérien pendant la guerre. Il fut par la suite délaissé, utilisé pour des rave parties dans les années 90 et n'a été ré-ouvert au public qu'en 2016. Pour l'instant il est vide mais la municipalité pense le transformer en "musée interactif des sens".
Il fait bien frais à l'intérieur...


On fait demi-tour.
Nous voici de retour au funiculaire où nous achetons donc un ticket pour la très longue montée qui va nous ramener à Gradec... 
Juste pour le fun, parce que franchement on irait autant vite à pieds.. 



Le funiculaire fut construit en 1890 et a d'abord fonctionné à l'aide d'une machine à vapeur jusqu'en 1934 où on installa l'électricité, beaucoup plus facile à utiliser.


Avec une vitesse de 1.5 mètre par seconde, le trajet ne durera en tout pas plus de 2 minutes (en prenant son temps).


Pourtant l'ascension est toujours agréable, notamment quand on voit les toits de la ville surgir peu à peu devant nous...



Une fois en haut, continuons notre balade sur la promenade Strossmayer, en passant sous la porte de 'Strossmartre', nom donné à cette partie de la promenade en référence à Montmartre (on ne comprend pas vraiment pourquoi).


A droite les ruines d'un ancien château, et à gauche des bancs pour pouvoir observer le panorama. 
Rien de bien extraordinaire, mais juste un havre de paix qui doit être bien agréable les soirs d'été...


Un autre petit parc sur la droite, installé juste devant l'immeuble du centre de météorologie de la ville, avec une fontaine et quelques parterres fleuris...


Dommage que le temps soit si nuageux, mes photos auraient été plus sympa quand même avec du soleil.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire