vendredi 15 janvier 2021

Zagreb - Jour 2 - Partie 1 - Recueillement

7h15: le réveil sonne. 
Finalement je n'ai eu aucun mal à dormir, la nuit ayant été plus fraiche que prévu.


Après un bon petit déjeuner, voilà notre journée qui est prête à commencer, et nous voici donc partis, la fleur au fusil... 


Aujourd'hui nous aurons droit à un peu plus de soleil que la veille. On verra même peut être du ciel bleu. Il était temps!


Nous empruntons ce matin un chemin qui n'est finalement pas trop différent de celui d'hier, puisque nous nous dirigeons également vers la cathédrale, en passant par la même rue...



Sur le marché de Dolac aussi, comme hier, les marchands sont à leur poste. Et les clients sont déjà là.


Par contre nous n'allons pas à nouveau visiter la cathédrale, on va bifurquer juste avant...
Nous allons prendre le bus 106 pour nous éloigner un peu du centre ville. 


Notre destination? Je vous donne des indices: juste à côté de l'arrêt de bus, il y avait un stand qui vendait des cierges et des lanternes, et puis le bus sera presque exclusivement remplis de vieilles dames.


Un cimetière? Gagné! 10 minutes plus tard nous voici devant le cimetière de Mirogoj.
Avant d'y pénétrer, observons son entrée monumentale entourée de ses deux longues ailes qui semblent s'étirer vers l'infini.
 


Oui, ça peut paraître une drôle d'idée de visiter ce genre d'endroit, mais mon guide papier indiquait: "S'il est un site qu'il faut absolument visiter à Zagreb, c'est bien le cimetière monumental de Mirogoj."
Moi, je fais confiance à mon guide...


On ne sait pas trop par quoi commencer. 
On va d'abord peut être parcourir les galeries qui entourent l'entrée, où se trouvent pleins de tombes richement sculptées...


L'impressionnant bâtiment, avec la chapelle et les arcades, est de style Néo-renaissance et fut l'œuvre de l'architecte Herman Bollé qui le débuta en 1879, alors que le cimetière était déjà ouvert depuis 3 ans.
Sa construction dura presque  50 ans.


Récemment (en Mars 2020), Zagreb a dû faire face à un tremblement de terre de magnitude 5.5 qui fit beaucoup de destructions dans la ville, y compris dans le cimetière, notamment dans les arcades qui perdirent quelques pierres...



Les galeries sont dédiées aux sépultures de croates célèbres ou aux monuments aux morts. Celui-ci parait très austère...





Celui-là est plus poétique...


Alors bien sûr ce cimetière n'est pas aussi impressionnant ni bucolique que celui du Père Lachaise (que je vous conseille de visiter d'ailleurs), mais on finit toujours par découvrir des choses en parcourant ce genre d'endroits.




Par exemple, comment dit-on 'famille' en croate? "Obitelj", c'est le mot qui apparait sur la plupart des tombes.


On remarque aussi cette tradition pour laquelle certaines familles déposent des croix de bois sur les sépultures. On y retrouve également les bougies et les lanternes vendues à l'extérieur du cimetière.


A peu près tous les groupes religieux sont représentés: catholiques, orthodoxes, musulmans, juifs,  protestants ou même mormons... ou athés!
C'est la particularité de ce cimetière, qui a l'époque a été construit par la municipalité et pas par les instances religieuses, afin de désengorger les différents autres cimetières de la ville...



Notre balade continue sous le chant mélodieux des petits oiseaux qui virevoltent dans les branches... et pour ma part des piqures de moustique qui s'acharnent sur mes jambes nues (j'aurais pas dû mettre un short).



Certaines tombes sont vraiment singulières, comme celle-ci couverte de fleurs. Notez que le nom est en cyrillique: il y a eu une forte émigration russe dans le pays à la suite de la révolution d'Octobre. C'étaient des gens pauvres qui fuyaient le communisme...




Celle-ci est tout à fait le contraire: le végétal a fait place au minéral sous une forme beaucoup plus... moderne et froide.



Mon guide indiquait qu'il y a des tombes musulmanes dans ce cimetière... en voilà quelques unes. La pierre tombale est coiffée d'un turban traditionnel turc. 



Bon. Je crois qu'on ne va pas visiter tout le cimetière qui a l'air quand même bien grand... on va se diriger vers la sortie en empruntant un autre chemin.



Mais notre regard reste toujours en alerte, attiré par les particularités de certaines tombes.
Par exemple celle-ci surmontée d'une petite statue d'avion. Elle doit accueillir le corps d'un pilote...


Frédéric et Pierre-André stoppent net devant celle-ci: Drazen Petrovic, l'un des plus grands basketteurs de Croatie et du monde, une légende! Il est mort à l'âge de 28 ans dans un accident de voiture...



Une autre sépulture de sportif célèbre, voici celle de Matija Ljubek, plusieurs fois médaillé olympique en... devinez! 


Voilà une autre tombe très romantique, celle d'Ena Begovic, actrice de cinéma yougoslave et sex symbol des années 80.


Le mémorial aux victimes du communisme est composé de plusieurs murs de marbre noir sur lesquels sont notés les noms des victimes. 
Par provocation il a été positionné juste en face du vieux mémorial des soldats soviétiques morts pendant la guerre, qui est tout de blanc vêtu. 


Enfin voilà! Notre balade se termine, nous sommes revenus à l'entrée du cimetière...
Au final je dirais que ce ne fut pas vraiment l'une des visites inratable à faire à Zagreb, mais ce fut une balade agréable, alors que demander de plus?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------






Aucun commentaire:

Publier un commentaire