mercredi 20 janvier 2021

Zagreb - Jour 2 - Partie 2 - La cravate au fusil

Après notre visite du cimetière de Mirogoj, nous voici donc de retour dans le centre ville.
Et à vrai dire on ne sait plus trop quoi faire. C'est à dire que nous avons rendez-vous vers 15h pour une visite guidée alors en attendant...


Les allées du marché de Dolac sont toujours aussi animées, alors par réflexe on va prendre ce chemin là pour se rendre sur la place du Ban...


Nous sommes Samedi et il y a une certaine agitation dans le marché, entre les locaux qui font leurs courses du weekend et les touristes... toujours prêts pour une photo intéressante!


En réfléchissant bien il y a quelque chose que nous pourrions visiter: toute la partie de la ville qui se trouve derrière la place du Ban, ce que mon guide appelle 'La ville basse '.


On va donc suivre le 'Fer à cheval vert'. Les urbanistes qui dessinèrent cette partie de la ville en 1857 imaginèrent de larges avenues bordées d'immeuble baroques avec au centre de grands parcs. L'ensemble forme un genre de U qui s'éloigne et revient vers la vieille ville... et qui donne son surnom à cet ensemble.


Voici la place Zrinski (ou Zrinjevac), qui fut le premier des espaces verts construits dans la ville basse. Vert... c'est le mot!


Le parc est coupé en deux par le palais Strossmayer, édifice érigé en 1872 par Herman Bollé pour accueillir l'académie des Sciences et des Arts. On y trouve également un musée avec des artistes du 15ème au 19ème siècle.


Dans le parc Zrinjevac il y a des animations en ce moment: ça s'appelle le "Food and Football Festival"... 


Stands de nourriture, jeux pour les enfants sur le thème du foot, petite scène pour des concerts... Il n'y a pas encore grand monde, mais d'ici ce soir ça va se remplir je pense.


Au sud du parc se trouve le Pavillon des Arts, bâtiment érigé en 1898. Il fut construit par un collectif d'Artistes sécessionistes soucieux de trouver un lieu pour exposer leurs tableaux, en profitant des évènements de l'exposition millénaire organisée par Budapest (à l'époque la Croatie faisait partie de la Hongrie).



Derrière s'ouvre l'esplanade du roi Tomislav (premier roi de l'état croate) avec encore un large parc.
Coupe du monde oblige, c'est tout le centre ville qui s'est reconverti à la mode football: ils sont en train de construire une scène dans le parc, de quoi accueillir beaucoup de spectateurs...


Il faut dire que le parc se trouve juste en face de la gare des trains, ce qui permettra ainsi aux banlieusards de rentrer chez eux plus rapidement une fois le match terminé.
Vous avez remarqué les animaux sauvages qui s'ébattent sur le gazon?


On bifurque à droite pour continuer notre visite...
C'est une balade architecturale que nous sommes en train de faire là, alors observons les bâtiments. Cet immeuble Art Déco par exemple...



Suivent le Jardin botanique, les Archives nationales, le Musée ethnographique... Cette partie de la ville est riche en musées de toutes sortes.


Dernier édifice remarquable de notre balade: le Théâtre national croate, gros gâteau baroque tout jaune.
L'architecte était viennois et ça se voit. Il parait que l'intérieur est aussi baroque que l'extérieur. 
J'aurais bien aimé y aller voir un concert durant le voyage mais cela n'était pas possible...


Devant le théâtre se trouve la petite fontaine (sans eau en ce moment) du Puits de la vie, œuvre du plus célèbre des sculpteurs croates, Ivan Mestrovic


Voilà! Nous avons fait le tour du fer à cheval! Nous pouvons donc remonter peu à peu vers la ville haute.
Notez cette église: c'est la Cathédrale de la Transfiguration, l'autre cathédrale de la ville fréquentée par les chrétiens orthodoxes (d'origine serbes pour la plupart). 


Nous rejoignons la rue Illica, ses tramways et ses magasins. La rue est stratégique car elle longe la place du Ban et sépare la vieille ville de la ville basse.



C'est bientôt l'heure de la relève de la garde devant le palais présidentiel, alors on se dépêche un peu.
Le funiculaire de Gradec est juste là, mais nous on est pressé alors on va prendre les escaliers 😉.


Il fait chaud dis donc! Surtout après toutes ces marches...
Il y a des musiciens qui mettent l'ambiance devant le musée des cœurs brisés, mais nous on se dépêche d'aller rejoindre la place Saint Marc où va se dérouler un autre spectacle.
Pas de panique! On n'est pas en retard: les soldats qui viennent faire la relève patientent dans une rue adjacente, en train d'attendre qu'on leur donne le feu vert.


Devant le palais, les gardes en faction attendent également patiemment d'être délivrés... tout comme les quelques touristes qui observent en face. Un soldat (en costume militaire) est chargé de surveiller que le public ne s'approche pas trop de la "scène".


C'est le moment d'observer les jolis costumes dorés des soldats de la garde, avec la fameuse cravate noire, qui ne ressemble pas à celles que nous portons en France, mais c'est quand même très élégant.
Je remarque qu'il y a plusieurs femmes parmi les soldats.


Tiens, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas vu de couples de mariés en pleine séance photo! 


De la musique? Ça y est la fanfare approche suivie par les nouveaux gardes.


Le tambour rythme les mouvements très chorégraphiés de la marche militaire. Chaque soldat lève le bras en cadence. Aucun faux pas. Parfait.


Deux lignes se mettent alors en face l'une de l'autre: ceux qui arrivent contre ceux qui partent.
Notez les lignes jaunes au sol...



Le capitaine fait alors le tour de ses troupes, vérifiant les équipements de chacun. Puis les armes sont déchargées, les coutelas enclenchés, et on échange enfin les lignes.


Les uns croisent les autres dans un ballet parfaitement chronométré.


Chacun est bien installé à sa place, et il ne reste plus au cortège qu'à repartir un peu plus loin pour opérer un autre changement, une autre relève à une autre porte du palais...


On va nous aussi repartir pour la suite de notre journée, à commencer par notre déjeuner qui nous attend dans l'un des restaurants de la ville (reste plus qu'à choisir lequel).
Et revoici les fameuses cravates (issues de la tradition croate je l'ai déjà raconté) dans un magasin de souvenirs. Non rien à voir avec l'UNESCO: ce sont les dentelles de Lepoglava (juste dessous) qui ont été déclarés patrimoine mondial immatériel en 2009.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------







Aucun commentaire:

Publier un commentaire